Les énergies renouvelables composent 66% de l’électricité canadienne

Plus des deux tiers de l’électricité canadienne provient d’énergies renouvelables depuis 2015, à annoncé l’Office national de l’énergie (ONÉ) au début du moi de mai.

Le rapport démontre que la production d’énergies renouvelables a augmenté de 17 % entre 2005 et 2015. Ce qui se reflète par une hausse de 6% dans la proportion des énergies renouvelables dans l’ensemble de l’électricité générée au pays au cours de ces dix dernières années.

Peu de gens savent que le Canada est le deuxième producteur d’hydroélectricité en importance dans le monde selon l’économiste en chef de L’ONÉ, Shelley Milutinovic.

La Chine a produit 29% de l’énergie hydroélectrique en 2015 suivie par le Canada avec 10%.

En termes de la production totale d’énergies renouvelables, le Canada se situe au quatrième rang, derrière la Chine, les États-Unis et le Brésil.

2e

Producteur d’hydroélectricité

4e

Production totale d’énergies renouvelables

Énergies renouvelables

Hydroélectricité : 60%
Éolien : 4.4%
Biomasse : 1.9%
Énergie solaire : 0.5%

Énergies non renouvelables

Nucléaire : 16%
Charbon : 10%
Gaz naturel : 9%

L’hydroélectricité compte pour 60 % de l’approvisionnement au Canada, tandis que l’éolien représente une portion de 4,4 %, la biomasse, 1,9 %, et l’énergie solaire, 0,5 %.

Les énergies non renouvelables constituent la portion restante, avec 16 % provenant du nucléaire, environ 10 % du charbon et 9 % du gaz naturel.

Chris Barrington-Leigh, un professeur en environnement de l’Université McGill, qui a analysé le potentiel de croissance de la production d’énergies renouvelables au Canada, a indiqué que 2015 avait été une année record pour les nouvelles installations d’énergies renouvelables à travers le monde.

M. Barrington-Leigh a qualifié la croissance au Canada de «bon départ», mais a affirmé que l’objectif était d’atteindre 100 %.

Le rapport de l’ONÉ souligne que les principaux obstacles à l’expansion des énergies renouvelables sont les craintes relativement aux prix pour les consommateurs, ainsi que la fiabilité.

Consulter l’article complet sur LaPresse.ca

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *