Il faut le lire pour le croire. James Dyson souhaite conquérir le marché de l’automobile électrique après avoir révolutionné le marché des aspirateurs. Ce sera la première fois que la marque travaille sur un produit qui n’est pas encore absorbé par le marché. Le PDG souhaite aller vite et recruter à grande échelle en investissant deux Milliards de livres.

Le Time to Market est pour l’instant défini à 2020, pour tenir la cadence il sera important de mettre les moyens sur deux fronts: Le design et la batterie. Le fondateur de la marque rappelle que Dyson avait travaillé sur un filtre à particule pour les voitures Diesel mais ce filtre n’avait intéressé personne durant l’âge d’or de cette technologie que tout le monde souhaite oublier aujourd’hui.

Dyson parle d’une équipe de choc qui a date compterait 400 personnes piochées chez Tesla ou Aston Martin et c’est suite à une note interne diffusée aux 6000 salariés de la firme que la presse a été mise au courant.

James Dyson insiste sur un point: Aucune information ne sera dévoilée avant le « Reveal » en 2020 ni en termes de design, ni en termes de technologies.

La marque souhaite mettre à profit sa compétence acquise dans les batteries mais c’est légèrement difficile à croire lorsque l’on sait que l’autonomie des batteries des aspirateurs Dyson V8 n’est jamais mise en avant. En effet, pour la première génération de ce modèle, la batterie tenait 15 minutes et nécessitait 8 heures de charge… Pour un prix assez élevé.

Il faudrait tout de même que la marque détaille d’avantage le point des batteries au risque de subir un Bad Buzz qui pourrait remettre en cause la crédibilité de la marque.

 

Crédit photo: La superbe image de mise en avant est issue du superbe magazine Phonandroid

 

 

The post Dyson: Une voiture électrique pour 2020? appeared first on Tesla Magazine.

Morgan Stanley est la banque d’affaire qui suit le plus près la marque Tesla Motors. L’analyste vedette de cette banque d’affaire, Adam Jonas a récemment fait suivre une note à ses clients que nous vous partageons en version originale:

“We believe TSLA’s reveal of its autonomous, electric Class 8 semi-truck this month could be the biggest catalyst in Trucking in decades and potentially set off separation between the technology leaders and the laggards among carriers, shippers, truck OEMs and suppliers.”

Cet analyste poursuite son mail en faisant la synthèse de rumeurs ou d’informations fiables qu’il aurait pu obtenir:

  • A partir de quand ce véhicule sera disponible? Il évoque 2020
  • Combien pourrait-il coûté? Il parle de 100 k$ avec un coût de leasing de batterie
  • Est-ce que ce véhicule pourrait être productif? Il pourrait être 70 % plus productif qu’un camion classique, toujours selon cet analyste.

Ce camion devrait pouvoir parcourir des distances de 200-270 km pour parcourir des régions.

Quant à la date de la présentation réalisée par Elon Musk, l’analyste suppose que ce serait en septembre 2017 à la marge du salon du véhicule commercial nord américain qui se tiendra à Atlanta le 25 Septembre.

L’avis de la rédaction

Si cet analyste a raison, Tesla pourrait développer une activité à part entière qui révolutionnerait le transport dans le monde entier et réduirait substantiellement les émissions de gaz à effet de serre.

Mais nous pensons qu’il est clairement trop tôt pour tirer des analyses financière alors que la présentation par Elon Musk n’a pas encore eu lieue.

Nous verrons si la fin du mois nous apportera les informations nécessaires à la réalisation d’analyses plus poussées.

 

 

The post La perspective d’un camion autonome Tesla affole les analystes appeared first on Tesla Magazine.

De la Renault ZOE à la Tesla Model X, le monde du véhicule électrique (VE) s’étire déjà sur un large segment, de la petite urbaine à 24 000 euros jusqu’au SUV le plus rapide de tous les temps à plus de 180 000 euros. Pourtant, bientôt, l’offre s’étoffera encore.

Fisker enfin sur les rails

La première venue sera concurrente de Tesla. Son nom : Fisker, du nom de son designer en chef Henrik Fisker. Voilà bien des mois que la firme promet monts et merveilles à grand renfort d’images 3D – dans l’esprit de la marque Lucid qui, elle aussi, peine à se lancer. Cette fois, c’est promis, Fisker arrive sur le marché. Ce sera au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas en janvier prochain.

Fisker EMotion

 

Sur le papier, les prestations de la Fisker EMotion sont prometteuses : autonomie de 645 km et la possibilité d’en recharger 200  km en seulement 9 minutes. Comparé à Tesla, les batteries seront plus denses et l’on passera des Supercharger…aux Ultracharger. Le pilotage automatique sera directement au niveau 4 (sur 5), c’est-à-dire pouvant se passer totalement de conducteur – le niveau 5, lui, n’offrira même plus de volant ni de poste de conduite. La réalité l’emportera-t-elle ? Fisker aura-t-elle les moyens de déployer un réseau de charge aussi puissant et distribué mondialement que celui de Tesla ? Sera-t-il lui aussi gratuit ? Les deux réseaux seront-ils compatibles ? Beaucoup de questions restent ouvertes. Le prix de la EMotion, lui, est déjà fixé : à partir de 130 000 dollars, en concurrence frontale d’une Tesla Model S.

Le Combi du XXIème siècle

A l’opposé, le groupe VW a promis pour 2022 de commercialiser son fameux Combi en version électrique. Le VE s’appelle en réalité I.D. BUZZ mais son ascendance le trahit : formes rondes, orientation tourisme, ses fameuses vitre latérales et un indéniable esprit surf avec des couleurs rétro.

Volkswagen I.D. Buzz

Ce « Microbus » déjà montré aux salons de Detroit et Genève a été largement plébiscité par le public et sera bel et bien fabriqué en VE avec, comme toujours, un socle de batteries sous le plancher. Son autonomie théorique sera de 400 km et sa conduite autonome de niveau 3 (présence obligatoire, même passive, du conducteur derrière le volant). Son prix, en revanche, n’est pas encore connu.

Volkswagen I.D. Buzz

 

The post Super car ou Super van ? appeared first on Tesla Magazine.