Les véhicules électriques sont actuellement en vedette sur le marché boursier, car une pléthore de fabricants de véhicules électriques ont vu la valeur de leurs actions monter alors que les manufacturiers semblent vouloir bénéficier de l’intérêt du marché boursier pour leurs produits.

Cependant, selon la dernière analyse de la firme de recherche Wood Mackenzie l’éclosien du secteur se situera au moins dans une décennie.

Selon le rapport publié hier par Wood Mackenzie, les ventes annuelles de véhicules électriques atteindront 45 millions d’unités d’ici 2040. Cela signifierait une croissance étonnante d’environ 2043% par rapport aux 2,1 millions de véhicules électriques vendus en 2019, selon le tableau fourni par l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En outre, le stock cumulatif de VÉ devrait atteindre 323 millions d’unités d’ici 2040, ce qui correspond à une croissance de 4386% par rapport au stock de VÉ de 2019 qui représentait 7,2 millions d’unités.

Ram Chandrasekaran, analyste principal chez Wood Mackenzie, a noté dans le rapport:
«Les grands constructeurs automobiles ont pour objectif d’être climatiquement neutres d’ici 2050 et considèrent les véhicules électriques comme le levier le plus efficace pour atteindre cet objectif.»

Remarquez que ces projections concernant le stock de véhicules électriques de 2040 représentent une diminution de 2% par rapport aux projections publiées par Wood Mackenzie avant le début de la pandémie de la COVID-19. Cependant une autre projection dans le rapport donne à réfléchir:

«Bien que le stock de VÉ doive atteindre 35 fois sa taille actuelle, la courbe des émissions de gaz issues du transport s’aplatira et ne baissera pas. La contribution globale des transports aux émissions de CO2 augmentera de 1,3 mégatonnes d’ici 2040. »

En ce qui concerne l’adoption des véhicules utilitaires électriques, Wood Mackenzie s’attend à ce que les ventes annuelles de ces véhicules électriques dépassent 5,5 millions d’unités et que le stock cumulé atteigne 40 millions d’unités d’ici 2040. Fait important, le rapport note:

«Les bus électriques en Chine ont représenté l’ensemble des véhicules électriques commerciaux au cours des dernières années. Les bus mèneront l’électrification du segment commercial mondial jusqu’en 2026. Après 2026, les camions légers prendront le relais. »

Dans un autre rapport publié par Wood Mackenzie le 10 août dernier, le stock de camions électriques devrait passer de 2 000 unités à la fin de 2019 à plus de 54 000 unités d’ici 2025. Il est fort probable que ce type de véhicules électriques connaitra une concurrence intense dans les années à venir avec de nouveaux manufacturiers comme Nikola Corporation ( NASDAQ: NKLA42,53 1,84% ), Workhorse (NASDAQ: WKHS16,41 -2,09% ), etc., qui se battront pour augmenter leur part de marché. Déjà, Nikola tente de se procurer un avantage en incorporant des piles à hydrogène dans le mix énergétique, réduisant ainsi considérablement les temps de ravitaillement de ses camions électriques de classe 8 tout en augmentant leur autonomie.

Dans le cadre d’un développement connexe qui devrait catalyser l’adoption accrue des véhicules électriques, la société s’attend à ce que la capacité de fabrication mondiale de cellules lithium-ion atteigne 1,3 térawatt-heure (TWh) en 2030, soit une multiplication par quatre par rapport à la capacité disponible en 2019. De plus, à mesure que l’adoption des véhicules électriques s’accélèrera, le coût des batteries devrait connaître une baisse rapide. À titre d’illustration, Wood Mackenzie estime désormais que le seuil de 100 $ / KWh sera atteint d’ici 2024, un an plus tôt que les projections précédentes de l’entreprise.

WCCFtech

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!