Klaus Uebelacker devant un camion de BCAA, où il travaille comme formateur pour la flotte d’assistance routière. Photo gracieuseté de Klaus Uebelacker

Klaus Uebelacker croit que les mécaniciens ont peur des voitures électriques.

Le résident d’origine allemande de Maple Ridge, en Colombie-Britannique, a passé sa carrière à réparer les voitures. Uebelacker, 53 ans, a travaillé comme mécanicien chez Mercedes-Benz pendant plus de 20 ans avant de devenir formateur auprès du personnel responsable de l’assistance routière à la BCAA, tout en enseignant dans le programme automobile de l’Université polytechnique de Kwantlen.

Il pense qu’il y a actuellement trop peu de professionnels qualifiés dans l’industrie qui peuvent ouvrir en toute confiance le capot d’un véhicule électrique et savoir dans quoi ils s’embarquent. C’est un problème au Canada en 2020, dit-il, un problème qui risque d’empirer s’il n’est pas réglé rapidement.

«Nous retrouvons de plus en plus de voitures électriques sur la route et nous devons être préparés à en assurer la maintenance. L’industrie automobile, à mon avis, n’y est pas préparée », a déclaré Uebelacker dans une entrevue. «Le monde a peur des VÉ».

C’est la curiosité d’Uebelacker qui l’a poussé à s’inscrire au programme de formation à la maintenance des VÉ du British Columbia Institute of Technology (BCIT), programme qu’il a complété plus tôt cette année, juste avant que la pandémie nous frappe.

 «C’était le seul programme de formation où ils travaillent réellement sur des voitures électriques et s’entraînent sur elles», a déclaré Uebelacker. «Vous pouvez démonter les composants, les analyser, on vous enseigne comment activer et retirer la batterie. En fait, vous démontez une batterie complète, vous l’analysez et vous en comprenez le fonctionnement ».

Le programme du BCIT a été lancé avec le soutien de CleanBC, le plan climatique provincial. Mubasher Faruki, doyen associé de l’automobile, a déclaré que la demande de formation de techniciens compétents pour travailler sur les véhicules électriques était en croissance.

La Coalition pour un budget vert a recommandé que le gouvernement fédéral consacre 10 millions de dollars à un programme national de formation de techniciens automobiles pour les véhicules zéro émission.

Uebelacker considère que c’est une nécessité et a déclaré qu’il recommandait fortement de structurer un programme de formation pour les mécaniciens de VÉ. «Je pense que ce programme devrait être intégré dans tous les programmes de formation mécanique, cela devrait être obligatoire», a-t-il déclaré. «Étant issu de l’industrie automobile et étant instructeur dans une université, je le recommande fortement.»

Il aimerait intégrer plus particulièrement certaines de ces compétences dans la formation qu’il donne à la BCAA. En effet, il est responsable de la formation de la flotte de fournisseurs de services routiers de la BCAA spécialisés dans le remorquage des voitures, la recharge de batteries ou le changement de pneus. Il parcourt également la Colombie-Britannique pour former d’autres entreprises embauchées sous l’égide de la BCAA.

Il est convaincu de l’importance pour les opérateurs de remorquage de comprendre comment fonctionnent les véhicules électriques, afin qu’ils puissent les manipuler sans être électrocutés par le système haute tension de la voiture. La procédure de vérification des composants d’un véhicule électrique est complètement différente de celle d’un véhicule à essence.

Ces informations sont également utiles pour les organisations axées sur la santé et la sécurité telles que WorksafeBC ou même les services d’incendie, a déclaré Uebelacker.

Geek autoproclamé des véhicules électriques, Uebelacker a révélé que le EV1 de General Motors, un véhicule électrique produit à la fin des années 1990 avait initialement piqué sa curiosité. Les voitures sans émissions, qui ne sont pas des vecteurs de pollution urbaine et qui ne menacent pas la santé des gens sont clairement l’avenir de la technologie automobile, a-t-il déclaré.

En Colombie-Britannique, les VÉ sont de plus en plus présents sur nos routes, les normes provinciales exigent qu’un pourcentage des ventes soit des modèles zéro émission. Bien que les véhicules électriques ne représentent jusqu’à présent qu’environ 3% des ventes nationales de véhicules, cela pourrait changer rapidement si le gouvernement fédéral respecte sa promesse de rendre les véhicules électriques plus abordables.

Mais l’essentiel, en tant que mécanicien, c’est d’apprécier la simplicité des VÉ. Une voiture traditionnelle comprend beaucoup de composants interreliés, elle fait du bruit, elle nécessite un générateur d’énergie, elle roule à l’huile ou à l’essence, elle pollue », a-t-il dit, alors que dans un véhicule électrique, il n’y a rien à cela, simplement un moteur électrique et un logiciel de contrôle.»

Humboldt Journal

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!