De plus en plus de propriétaires de Tesla ont la possibilité de demander l’accès à la version bêta Full Self-Driving (conduite automatisée complète) de l’entreprise, grâce au bouton d’activation ajouté dans sa dernière mise à jour. Cependant, pour ceux qui voulaient avoir rapidement accès à ce logiciel d’assistance au conducteur, ce n’est pas aussi simple que de simplement peser sur le bouton.

Selon un rapport publié lundi, le programme d’accès anticipé de Tesla exige que tout utilisateur signe une clause de non-divulgation. Cette clause interdit aux conducteurs de Tesla triés sur le volet de parler aux médias et de leur permettre de faire des essais.

Comme Tesla n’exploite pas de service de relations publiques pour répondre aux demandes, il est impossible de le confirmer avec le constructeur automobile. Mais ce n’est pas une information surprenante. La vidéo du service FSD (Full Self Driving) provient d’un groupe de pilotes sélectionné. Selon le rapport, le programme d’accès anticipé encourage les membres à partager leurs expériences sur les réseaux sociaux de manière responsable et sélective, à partager moins de vidéos, et uniquement celles jugées intéressantes ou dignes d’être partagées ».

La clause de non-divulgation inclurait un message aux élus: « N’oubliez pas qu’il y a beaucoup de gens qui veulent que Tesla échoue; Ne les laissez pas dénaturer vos commentaires et vos publications dans les médias. » Les prévilégiés, doivent être prêts à répondre aux critiques chaque fois qu’ils partagent une vidéo, une photo ou des nouvelles sur le fonctionnement du FSD.

L’accès à la version bêta n’est pas gratuit. Car, l’accès au programme de conduite entièrement autonome est actuellement une option qui coûte 10 000 $ USD lors de l’achat d’une voiture ou subséquemment si vous désirez l’ajouter. Ou vous pouvez vous abonner pour 99 $ USD ou 199 $ USD par mois, selon l’ordinateur dont dispose la voiture.

Le FSD (conduite automatisée complète) demeure un système d’aide à la conduite de niveau 2 et nécessite que le chauffeur garde les mains sur le volant et toute son attention à tout moment. Les critiques soulignent souvent que le choix du nom de Tesla et du PDG Elon Musk de « Full Self-Driving » est risqué et constitue un problème puisqu’il est question d’un logiciel puissant mais loin d’être fini qui pourrait être confié à des milliers de conducteurs publics. Tout le monde sur la route, qu’il conduise, traverse un passage pour piétons ou fasse du vélo, fait partie du bêta-test FSD. Quiconque utilise le logiciel a plus de responsabilités que de simplement protéger l’image de Tesla.
Sean Szymkowski

Road Show

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!