Taïga Motors a complété l’installation des premières stations d’un réseau de recharge de véhicules électriques, de 1 100 sites dans l’arrière-pays, alors que le fabricant québécois de motoneiges et de motomarines électriques cherche à couvrir 75 000 kilomètres de sentiers hors route et de voies navigables d’ici 2025.

Taïga Motors, le fabricant canadien de motomarines et de motoneiges entièrement électriques, fait son entrée dans le réseau d’infrastructure de recharge avec le déploiement de ses premières stations de niveau 2 et de niveau 3 au Lake Simcoe, en Ontario et au lac Memphrémagog, au Québec.

Les bornes de recharge seront alimentées par des sources d’énergie principalement renouvelables, lit-on dans le communiqué de presse, avec l’objectif d’inclure quelque 1 100 bornes de recharge donnant aux véhicules hors route électriques un accès à 75 000 kilomètres de sentiers et de voies navigables nord-américains.

Selon l’annonce, les premières stations sont des installations pour véhicules nautiques, tandis que le déploiement des premières stations terrestres devrait débuter incessamment au Québec.

​« L’une des stratégies clés de l’entreprise est d’accélérer le développement de notre réseau de recharge et c’est exactement ce que nous faisons actuellement », explique Jacques Demont, directeur commercial du marketing et des ventes dans une entrevue avec Electric Autonomy Canada .
Jacques Demont, directeur commercial des ventes et du marketing chez Taïga. Photo : LinkedIn

L’année de croissance de Taïga

Au cours de la dernière année, Taïga a entrepris un plan de croissance agressif allant des produits à son infrastructure qui a vu la société augmenter la taille de son carnet de commandes de 86 %.

En avril, elle a conclu une fusion avec Canaccord Genuity Growth II Corp., une société d’acquisition à vocation spéciale (SPAC), qui a permis une levée de fonds de 151 millions $ et d’être cotée à la Bourse de Toronto.

À la suite de cette annonce, l’entreprise a déménagé ses bureaux dans sa nouvelle installation à Montréal qui sert également d’usine de production à petite échelle, de centre de R&D et de siège social. De plus, en juillet, Taïga a annoncé un financement gouvernemental de 50 millions de dollars pour une usine d’assemblage de production de masse à Shawinigan, au Québec.
 
Et avec les premières unités sorties de la chaîne de production, Taïga se prépare à effectuer ses premières livraisons d’ici la fin de l’année. Ce mois-ci, la société a annoncé qu’elle disposait de 110 précommandes de motoneiges et de motomarines.

«Nous allons dans la bonne direction avec le développement du réseau, et nous prévoyons livrer très bientôt nos nouveaux véhicules», explique Demont. « Ce sont des objectifs difficiles à atteindre, mais avec notre équipe, je pense que nous avons tout ce qu’il faut pour réussir. »

Une évolution naturelle

L’une des premières questions que l’on se pose sur l’électrification hors route est de savoir où se recharger. Compte tenu de cela, il n’est pas surprenant que Taïga confirme qu’elle a toujours prévu que ses activités incluraient un réseau de recharge.

​La société prévoit exploiter son propre réseau à l’aide d’un logiciel interne qui va lui permettre de gérer l’utilisation et la maintenance du réseau. Elle a conçu une application pour les utilisateurs et un espace dédié sur son site Web qui affiche les spécifications et les emplacements des bornes de recharge, et elle construit également un solide réseau de partenariats avec des sites d’hébergement.
Image conceptuelle de la nouvelle station de recharge de Taïga . Photo : Taïga Motors

Certains des sites de recharge des voies navigables de Taïga prendront en charge les véhicules récréatifs électriques d’été et d’hiver. Ses motomarines et ses motoneiges prendront entre deux et trois heures pour se recharger sur une borne de niveau 2 à partir d’une batterie vide, mais comme très peu de conducteurs laisseront leur batterie se décharger complètement, Taïga prévoit que le temps moyen de recharge sera d’environ une heure.

Pour les emplacements ou seront installées les bornes de niveau 3, fournies par le géant de la technologie ABB, partenaire de Taïga, les utilisateurs doivent plutôt envisager 30 minutes pour une recharge de 80%.

L’objectif, dit-il, est de développer un réseau de recharge de qui s’étend sur l’Amérique du Nord avec des stations disponibles sur tous les principaux sentiers et voies navigables du continent.

«Nous serons présents sur tous les beaux sites, sur les belles marinas où nous aurons des clients et des commodités ainsi que sur les sentiers partout en Amérique du Nord. C’est notre priorité et nous offrirons éventuellement, une solution de recharge partout ou ce sera nécessaire», explique Demont.
Emma Jarratt

Electric Autonomy

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!