La nouvelle réglementation proposée qui limite arbitrairement la durée de vie des batteries de véhicules électriques à 10 ans et impose le recyclage obligatoire risque d’enrayer l’innovation en matière de longévité des batteries et de promouvoir une culture de voiture jetable, prévient le Dr Jeff Dahn

Depuis plusieurs années, le Québec est l’un des chefs de file au Canada en matière de politique environnementale et climatique. L’électrification des transports est peut-être le domaine où le Québec a joué le plus grand leadership. Mais, le Québec risque de faire un pas important dans la mauvaise direction avec son projet de règlement sur le recyclage des batteries des véhicules électriques (VÉ). Le règlement proposé pourrait mettre le Québec sur la mauvaise voie, développer une mauvaise gestion environnementale, une utilisation inefficace des ressources et des coûts plus élevés pour les acheteurs de véhicules électriques.

Pour ceux qui n’ont pas suivi les subtilités de la réglementation québécoise sur le recyclage, le principal problème avec la proposition est que le gouvernement considère que les batteries ont une durée de vie de 10 ans et veut obliger les fabricants à récupérer jusqu’à 90 % de leurs batteries à la fin de cette période, même si elles fonctionnent toujours bien.

Le propriétaire d’un VÉ ne devrait pas être obligé de recycler sa batterie après 10 ans et si son véhicule fonctionne bien, pourquoi le ferait-il ? Mais alors comment le fabricants répondront-ils à cette exigence? Il est possible que cette politique encourage les fabricants à installer des batteries de qualité inférieure offrant une durée de vie limitée de 10 ans leur permettant de répondre aux exigences de cette règlementation.

L’hypothèse de Québec selon laquelle les batteries de VÉ ont une durée de vie moyenne de 10 ans est tout simplement incompatible avec la réalité et l’évolution de l’industrie.

J’ai passé une bonne partie de ma carrière à travailler pour prolonger la durée de vie des batteries lithium-ion. Les batteries des véhicules d’aujourd’hui ne peuvent pas et ne doivent pas être gérées comme s’il s’agissait de filtres à huile, de téléviseurs, de batteries grand public ou d’ampoules. Les producteurs devraient être responsables des batteries qu’ils produisent et ils devraient avoir l’obligation de récupérer leurs batteries en fin de vie. Une telle exigence encouragerait les constructeurs automobiles à se concentrer sur la longévité des batteries. Mais ce n’est pas la vision du Québec.

La partie la plus importante d’une voiture électrique est la batterie. On s’attend à ce que bon nombre des batteries de véhicules électriques d’aujourd’hui durent plus longtemps que les véhicules qu’elles alimentent. Les batteries de VÉ ne sont pas comme les batteries de téléphones intelligents car leur valeur nécessite une recharge et un contrôle de température sophistiqués. Les batteries de VÉ sont de plus en plus conçues et exploitées pour assurer une longue durée de vie.

À mon avis, le Québec doit retourner à la planche à dessin et consulter des experts en batteries sur la durée de vie des batteries.

L’un de mes principaux objectifs en tant que chercheur est de comprendre ce qui conduit aux défaillances des cellules lithium-ion et comment faire pour que ces cellules durent plus longtemps. Donc, je suis déçu de voir le Québec développer des règles qui décourageraient l’innovation, qui récompenseraient les batteries à durée de vie plus courte et pénaliseraient les entreprises qui fabriquent des batteries à longue durée de vie.

S’il adopte son projet de règlement, le Québec créera un terrible précédent pour lui-même, le Canada et le monde. Avant de finaliser sa réglementation, le Québec doit prendre du recul sur ses objectifs et concevoir un nouveau plan de recyclage : les producteurs devraient être responsables des batteries qu’ils produisent et encouragés à concevoir et mettre en œuvre une la plus longue durée de vie possible. Obliger les fabricants à récupérer les batteries lorsqu’elles continuent de répondre aux besoins de transport de leur propriétaire serait totalement contre-productif pour le plan d’électrification des transports du gouvernement et les objectifs environnementaux généraux.

La bonne façon de maximiser les avantages pour l’environnement et les consommateurs serait d’obliger les constructeurs automobiles à récupérer et à recycler leurs propres batteries lorsque le consommateur n’en veut plus et s’il ne veut pas la vendre lui-même à un recycleur pour récupérer et recycler les matériaux précieux qu’elle contient.
Dr. Jeff Dahn

Electric Autonomy

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!