#element-d0d2a914-2c47-49cf-9f9b-c96d3c1d63a6 .colored-box-content { clear: both; float: left; width: 100%; -moz-box-sizing: border-box; -webkit-box-sizing: border-box; -ms-box-sizing: border-box; box-sizing: border-box; background-color: #d5d5d5; padding-top: 20px; padding-bottom: 20px; padding-left: 20px; padding-right: 20px; -webkit-border-top-left-radius: 0px; -moz-border-top-left-radius: 0px; border-top-left-radius: 0px; -webkit-border-top-right-radius: 0px; -moz-border-top-right-radius: 0px; border-top-right-radius: 0px; -webkit-border-bottom-left-radius: 0px; -moz-border-bottom-left-radius: 0px; border-bottom-left-radius: 0px; -webkit-border-bottom-right-radius: 0px; -moz-border-bottom-right-radius: 0px; border-bottom-right-radius: 0px;}

Tesla produira des Model Y d’ici la fin de l’année dans sa giga-factory d’Allemagne, La Global EV Drivers Association veut que tous les véhicules soient rechargeables d’ici 2030, 357 000 voitures à énergie nouvelle vendues en Chine en septembre seulement, LG Chem participe généreusement à l’effort financier requis par le rappel des batteries de Bolt, Toyota investi 3,4 milliards USD dans les batteries pour voiture, C’est la fin pour la mythique Nissan Leaf. Chronique Y a pas juste des voitures avec Philippe Corbeil on parle véhicules nautiques avec le eOpen de Zodiac et le X-Shore. Chronique Inno-VÉ avec Philippe Calvé on démystifie les batteries à l’état solide. En grande entrevue, Stéphane Pascalon nous parle du projet e-Roule. Connaître son auto en 60 secondes top-chrono : peut-on se charger uniquement sur le 120V ? Les événements à venir dans les prochaines semaines.
Photo

Si vous ne l’avez pas déjà dans votre appareil, c’est que vous n’êtes pas abonnés !

>> S’abonner et recevoir les épisodes
​     automatiquement

    (C’est la meilleure méthode !)

>> Écouter l’épisode sur le site de Silence on Roule

​>> Page archive des baladodiffusions

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Des reportages intéressants et des informations pertinentes de la semaine pour nos électromobilistes.
Les voitures électriques gourmandes en puces
Si vous avez suivi le moindrement les actualités au courant des dernières semaines, vous savez sans doute que l’industrie automobile fait face à une pénurie sans précédent de semi-conducteurs. Des chaînes d’assemblage complètes sont au ralenti ou carrément arrêtées, ce qui dégarnit les stationnements des concessionnaires. Alors que le passage vers le tout-électrique s’orchestre, le défi de l’approvisionnement deviendra de plus en plus prononcé.
Charles René

 La Presse

Des bus électriques seraient préférables au tramway
La Ville de Québec fait fausse route avec le tramway et devrait envisager la seule solution « logique » pour du transport structurant : les bus électriques à haut niveau de service, estiment deux experts.
Stéphanie Martin

Journal de Québec

Prix de l’essence «En ce moment, c’est moins cher d’acheter un véhicule électrique» Benoit Charette
La hausse du carburant au cours des derniers mois n’est rien de moins que spectaculaire, ce qui pourrait inciter des gens à acquérir une voiture électrique.
Par Philippe Rezzonico

98.5

Taiga lance un réseau de recharge hors route révolutionnaire afin de stimuler l’exploration des grands espaces
Corporation Moteurs Taiga, un fabricant chef de file de véhicules électriques hors route, a annoncé aujourd’hui le lancement de son réseau de recharge hors route. Alimenté principalement par des énergies renouvelables, des installations de recharge sur l’eau ont été mises en place sur les premiers sites pour l’Ontario et le Québec, et l’électrification sur terre devrait commencer au Québec à court terme. Avec des milliers de bornes de recharge ciblées, l’exploration des grands espaces deviendra de plus en plus écologique.

CISION
Accès à la recharge pour véhicules électriques en copropriétés
L’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) est en pleine campagne de sensibilisation à l’accès à la recharge pour véhicules électriques en copropriété. Cette initiative se tient alors que les gouvernements provincial et fédéral ont récemment annoncé l’interdiction de ventes de véhicules neufs à essence à partir de 2035. L’électrification des transports est à nos portes, mais une question primordiale demeure : lorsqu’on habite en condo, où va-t-on brancher nos véhicules électriques pour les recharger? Si on vit dans l’un des 350 000 logements en copropriété du Québec, cette question n’est pas étrangère.

CISION

L’électrification à marche forcée
Le Québec pourrait devenir le premier territoire en Amérique du Nord où il sera obligatoire pour les constructeurs de véhicules électriques de récupérer puis de recycler leurs vieilles batteries. Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, prévoit également renforcer la norme sur les véhicules zéro émission pour accélérer encore un peu plus l’électrification du transport.
Alain McKenna

Le Devoir
Recyclage Lithion et Appel à Recycler s’associent afin d’offrir une solution intégrée pour le recyclage et la logistique des batteries de véhicules électriques
Recyclage Lithion, entreprise innovante ayant mis au point une technologie de recyclage des batteries lithium-ion rentable et durable, et Appel à Recycler, un leader nord-américain de la collecte et du recyclage des piles et batteries, ont le plaisir d’annoncer la signature d’un protocole d’entente pour collaborer à la fourniture d’une solution de gestion complète et clé en main pour le recyclage sécuritaire et efficace des batteries de véhicules électriques (VÉ).

CISION

François Legault voit vert et électrique
Québec veut sauter de pied ferme vers une économie verte et vers l’électrification des transports. Alors que nous avons une réserve inépuisable d’énergie renouvelable grâce à notre hydroélectricité qui émet zéro GES, on se réjouit d’être enfin ambitieux !
Elsie Lefebvre

Journal de Montréal

26 autobus scolaires électriques circuleront bientôt dans la région de Valleyfield et Beauharnois
Le distributeur d’autobus scolaire Autobus Girardin est fier d’annoncer l’entente que l’entreprise vient de conclure avec Autobus Venise pour l’acquisition de 26 autobus scolaires électriques. Le leader en électrification du transport scolaire livrera ces 26 autobus électriques dans les trois prochaines années.

CISION

Filière batterie: Québec n’est pas certain de réaliser la «chaîne au complet»
La «filière batterie» moussée dans le discours inaugural du premier ministre François Legault mardi est une affaire d’au moins 2 à 3 milliards $. Mais il n’est pas encore certain que le Québec pourra réaliser «la chaîne au complet» de la production des batteries. 
Patrice Bergeron

L’Actualité

Philippe Couillard souhaite séduire Pierre Fitzgibbon
L’ex-premier ministre du Québec, Philippe Couillard, vient de s’inscrire, mercredi, comme lobbyiste au Québec pour obtenir des fonds publics d’Hydro-Québec, d’Investissement Québec (IQ) et du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) pour une usine de fabrication de cellules de batteries ici.
Francis Halin

Journal de Montréal

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

​Plus de véhicules livrés, un plus gros chiffre d’affaires, plus de profit : Tesla confirme sa croissance au troisième trimestre 2021 sans perte de rentabilité. De plus, la société californienne a publié une nouvelle intéressante dans son dernier rapport annuel : Tesla veut passer aux modèles avec batteries LFP.
Tout d’abord, les dernières données financières : Tesla annonce un bénéfice de 1,62 milliard $ USD pour le troisième trimestre 2021. C’est un demi-milliard de plus que le précédent record de 1,14 milliard $ US du trimestre précédent qui était déjà considéré comme un bond significatif des bénéfices, car les excédents trimestriels du constructeur américain de voitures électriques avaient auparavant tendance à se situer dans la fourchette basse à moyenne. On passe maintenant à un retour sur investissement plus élevé.

Tesla évalue l’augmentation relative des bénéfices par rapport au troisième trimestre 2020 à 389 %. Alors que les revenus étaient surtout dans le passé entièrement ou partiellement dus au fait que Tesla s’était positionnée comme un vendeur de certificats de CO2, cet avantage a perdu de son importance. Les ventes de crédits réglementaires à d’autres constructeurs automobiles ne représentent plus ce trimestre que 279 millions $ USD (au premier trimestre 2021, elles dépassaient un peu plus d’un demi-milliard $ USD). La marge d’exploitation, quant à elle, est passée de 5,7 et 11,0 pour cent à 14,6 pour cent. Cela dépasse les prévisions à moyen terme de Tesla

En termes de chiffre d’affaires, la courbe est également inclinée vers la hausse. Après 10,39 milliards et 11,96 milliards de dollars aux T1 et T2 de cette année, la société californienne a atteint un volume de ventes entre juillet et septembre à 13,76 milliards $ USD. Cela correspond à une augmentation de 57 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. Cela indique également une constante croissance due à sa popularité.

Tesla elle-même décrit l’augmentation des livraisons de véhicules et d’autres secteurs d’activité en croissance comme décisifs pour l’augmentation des bénéfices et de son chiffre d’affaires. Les Model 3 et Model Y demeurent les moteurs de la croissance : 228 882 unités ont été construites au troisième trimestre et 232 025 ont été livrées aux clients. Depuis août , on peut ajouter les premiers Model Y livrés à des acheteurs européens en Allemagne, aux Pays-Bas et en Norvège.

En revanche, les Model premium X et S, qui ont récemment connu un arrêt de production en raison de mises à jour devront probablement attendre l’année prochaine avant d’atteindre le marché européen, ne jouent toujours qu’un rôle marginal. Entre juillet et septembre, seulement 8 941 de ces modèles ont été produits et 9 275 ont été livrés. Il est probable qu’il s’agissait presque exclusivement de véhicules Model S, car les livraisons du Model X révisé aux États – Unis viennent tout récemment de reprendre. La société avait déjà annoncé les données de production et de livraison du troisième trimestre il y a quelques semaines.

Un effet secondaire de la longue pause dans la production des Model S et X est que le prix de vente moyen par véhicule a baissé de 6 % par rapport à la même période l’an dernier. Au deuxième trimestre 2021, ce chiffre était encore de 2%. Selon Tesla, la progression de l’écart est due à l’augmentation de production de véhicules moins rentables . Dans le bilan global, cependant, cet effet est apparemment amorti par l’augmentation du volume des ventes et la réduction des coûts. Sinon, la marge d’exploitation ne serait pas de 14,6%.

Pendant ce temps, Tesla laisse entendre que le trimestre aurait pu être encore meilleur financièrement sans certains problèmes ponctuels et des facteurs externes. Concrètement, en plus de la baisse du prix de vente moyen des véhicules, la société mentionne des coûts supplémentaires pour la chaîne d’approvisionnement, qui sont probablement dus à la pénurie de puces, à une dépréciation liée au bitcoin de 51 millions $ USD et à un bonus dû au PDG Elon Musc d’une valeur de 190 millions $ USD.

Les commentaires de Tesla sur l’utilisation de ses usines sont les suivants : L’usine automobile de Fremont a produit plus de 430 000 véhicules au cours des quatre derniers trimestres. C’est plus de la moitié de la production de Tesla et aussi plus que toutes les années précédentes. Cependant, il y a encore place à l’amélioration, disent-ils. Ce n’est pas pour rien que le rapport annuel de Fremont confirme une capacité de production annuelle allant jusqu’à 500 000 Model 3 et Model Y ainsi que 100 000 Model S et Model X.

Tesla décrit toujours la Gigafactory de Shanghai comme son centre d’exportation le plus important . Par exemple, la demande européenne est actuellement servie à partir de cette usine. Dans le rapport annuel, la capacité annuelle de production à Shanghai est évaluée à plus de 450 000 véhicules. Tesla n’indique cependant pas combien de véhicules y sont réellement produits actuellement. Un rapport de Reuters avait récemment laissé entendre que Tesla avait atteint une capacité de production de 300 000 véhicules en Chine à la fin septembre. Cependant, cela n’a pas été officiellement confirmé.

En ce qui concerne les deux usines en construction au Texas et den Allemagne, Tesla vise toujours produire son premier Model Y allemand d’ici la fin de l’année. Tesla travaille fort pour compléter les installations qui lui permettront d’entreprendre la production de ses premiers véhicules au Texas. De plus, la production en série du Cybertruck progresse et devrait actuellement suivre le Model Y à Austin.

Tesla rapporte également que les tests sur les équipements s’activent à Berlin-Brandebourg. À cet égard, la société s’attend à recevoir l’approbation gouvernementale avant la fin de l’année. Selon les rumeurs, l’approbation finale serait confirmée malgré plusieurs retards.

En ce qui concerne les autres objectifs pour l’année et pour le futur, Tesla répète plusieurs éléments dans le rapport annuel actuel connus grâce aux documents trimestriels précédents. Sur un horizon pluriannuel, le constructeur de voitures électriques souhaite augmenter son volume de livraison de 50 % en moyenne annuellement. Basé sur près de 500 000 livraisons en 2020, Tesla s’attend toujours à plus de 750 000 livraisons pour l’année en cours. Notons qu’après trois trimestres, Tesla a enregistré un total de 632 521 livraisons, ce qui signifie que la barre de 750 000 véhicules pour 2021 ne devrait être qu’une formalité.

Tesla a également fait une annonce intéressante concernant la Gigafactory de Shanghai. La société a l’intention d’équiper tous les modèles avec des batteries Lithium Fer Phosphate (LFP). Le Model 3 dispose déjà d’une batterie avec des cellules LFP de CATL. La possibilité que le Model Y pourrait également être équipé de la batterie analogique avait déjà été envisagé , mis n’avait toujours pas été officiellement confirmé. Lors du Battery Day en septembre 2020 , Elon Musk, avait déjà annoncé son intention d’utiliser davantage les batteries LFP.
Un reportage de Cora Werwitzke

Electrive.com

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Les avantages pour la santé de la réduction de la pollution de l’air due à une part croissante de véhicules électriques en Chine l’emportent sur les avantages pour le climat.
Soutenu par des subventions gouvernementales, environ la moitié des véhicules électriques dans le monde sont vendus en Chine. C’est le plus grand marché au monde pour les véhicules électriques. Les principaux objectifs de ces incitatifs étaient de réduire l’utilisation de combustibles fossiles et les émissions de gaz à effet de serre. Maintenant, une nouvelle étude dans Nature Sustainability démontre que réduire la pollution de l’air, etaugmenter la flotte de véhicules électriques dans le pays pourrait également sauver des milliers de vies.

Si un peu plus d’un quart des voitures privées et plus de véhicules utilitaires étaient électriques, selon les chercheurs de l’étude, la réduction de la pollution de l’air pourrait éviter près de 17 500 décès.

De plus, « les avantages de l’électrification des véhicules pour la qualité de l’air et la santé l’emportent sur les avantages climatiques », déclare K. Max Zhang de l’Université Cornell et co-auteur de l’article. Une étude antérieure menée par d’autres chercheurs avait clairement démontré les avantages similaires des véhicules électriques pour la santé aux États-Unis. Mais étonnamment, ajoute Zhang, « les avantages en matière de qualité de l’air n’ont vraiment jamais été pris en compte dans le développement de programmes incitatifs pour les véhicules électriques en Chine ».
 
Le transport est l’une des plus importantes sources de pollution et d’émissions de gaz à effet de serre dans le monde. L’Agence internationale de l’énergie suggère qu’environ un tiers des voitures devraient être électriques pour respecter l’accord de Paris sur le climat visant à maintenir l’augmentation moyenne de la température mondiale à moins de 2 °C.

Le rôle des véhicules électriques dans l’amélioration de la qualité de l’air a cependant été contesté, car ils ne rejettent pas d’émissions qui conduisent au smog nocif et à la pollution par de minuscules particules, mais ils peuvent augmenter les émissions selon la provenance de l’électricité nécessaire pour les recharger ; une majorité de l’électricité en Chine provient de centrales électriques au charbon.

Pour cette étude, Zhang et Ye Wu de l’Université de Tsinghua et leurs collègues ont modélisé deux scénarios pour 2030. Le premier  n’a inclus aucun véhicule électrique tandis que l’autre a présumé que 27 % de voitures particulières et une plus grande part de véhicules commerciaux, tels que les bus publics et les camions légers, sont électriques. Ils ont envisagé la production d’électricité à partir d’un mélange de charbon et d’ énergies renouvelables, et uniquement à partir de ces deux sources.

Ils ont utilisé un modèle de transport de chimie atmosphérique pour calculer les concentrations de pollution particulaire, d’ozone et de dioxyde d’azote pour trois grandes régions urbaines développées de l’est de la Chine : Beijing-Tianjin-Hebei, le delta du fleuve Yangtze et le delta de la rivière des Perles.

Tous les scénarios de production d’électricité ont démontré des avantages positifs pour la qualité de l’air et la santé. L’adoption des véhicules électriques a réduit la pollution par les particules à l’échelle nationale, la réduction étant plus élevée dans les trois zones développées. Les niveaux de dioxyde d’azote ont diminué et ont baissé le plus dans les villes peuplées de Pékin, Shanghai et Guangzhou. De même, l’électrification a entraîné une baisse importante des niveaux d’ozone en été dans les trois régions. La réduction de l’exposition à long terme à la pollution de l’air pourrait sauver 17 456 vies d’ici 2030.

L’équipe a également calculé et comparé les avantages monétaires ainsi que les avantages pour la santé liés à la qualité de l’air par rapport aux avantages sociaux de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ils ont constaté que la qualité de l’air et les bienfaits pour la santé étaient au moins quatre fois supérieurs.

« D’une manière ou d’une autre, les efforts visant à contrôler la pollution de l’air et à développer l’industrie des véhicules électriques en Chine ne se sont pas alignés au niveau politique », a déclaré Zhang. « Nous voulons faire prendre conscience de cet écart à nos décideurs. » Les ventes de véhicules électriques ont considérablement ralenti quand le gouvernement a réduit les subventions aux véhicules. Alors, écrivent Zhang et ses collègues, les décideurs locaux devraient prendre note des avantages pour la santé des véhicules électriques et envisager de continuer à soutenir les véhicules électriques à l’échelle régionale. « Les gouvernements municipaux des mégalopoles sont invités à promouvoir des incitatifs plus progressistes. »

Source : Xinyu Liang et al. La qualité de l’air et la santé bénéficient de l’électrification de la flotte en Chine.
 Prachi Patel

Anthropocene

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Girardin, leader québécois en électrification du transport scolaire, est fière d’annoncer qu’elle a conclu une entente avec la société québécoise Recyclage Lithion pour assurer le recyclage des batteries de ses autobus électriques.

Cette entente a pour but de récupérer et recycler de façon responsable et écologique les batteries haute tension des autobus Blue Bird et Micro Bird et ainsi de minimiser l’empreinte environnementale des autobus scolaires.

La signature de cette entente permettra à Girardin de continuer à améliorer ses pratiques environnementales et à diminuer son empreinte écologique, puisque 95 % des composantes des batteries de ses autobus électriques pourront être récupérées par Recyclage Lithion.

« En tant que leader en électrification du transport scolaire au Québec, Girardin complète son écosystème électrique. Nous sommes impressionnés par le procédé novateur de Recyclage Lithion qui permet de récupérer 95 % des composantes des batteries pour être réutilisées par les fabricants, tout en minimisant les impacts environnementaux à la fin de vie d’un autobus.»
– Michel Daneault, vice-président Ventes et Service pour l’Est du Canada chez Girardin à Drummondville

« Nous sommes fiers d’annoncer cette entente de collaboration avec Girardin, un leader québécois de l’électrification des transports.Cette entente favorise l’essor du Québec dans les secteurs des batteries et du transport électrifié en plus d’assurer à nos fabricants locaux un avantage compétitif supplémentaire au point de vue du développement durable et de leur empreinte carbone. »
– Yves Noël – vice-président et chef de la direction du développement des affaires

Girardin, avec ses partenaires Blue Bird/Cummins Power Drive et Micro Bird/Ecotuned, propose la gamme complète d’autobus scolaire électrique de type A, C et D 100 % électrique incluant le chauffage pour une réduction additionnelle de GES.

L’ensemble de la gamme est soutenu par une équipe hors pair de service après-vente.

Girardin offre en plus un service complet d’accompagnement pour l’implantation des infrastructures électriques, ce qui aura pour effet de faciliter la transition électrique de sa clientèle du Québec.

À propos de Girardin

Girardin, entreprise québécoise ayant son siège social nord-américain à Drummondville, est spécialisée dans la fabrication, distribution et opération d’autobus depuis plus de 62 ans. Regroupant plus de 40 entreprises principalement au Québec, en Ontario ainsi que dans les états de New York et du Connecticut aux États-Unis, le groupe Girardin fabrique et distribue plus de      5 000 autobus par an dont la majorité est fabriquée ici même au Québec. Girardin compte à son actif près de 3 000 membres à son équipe dont une grande partie au Québec dans la fabrication et distribution d’autobus scolaires et autobus scolaire électriques.
 
Girardin est un partenaire de longue date et le distributeur officiel d’autobus scolaires BLUE BIRD et de minibus MICRO BIRD, ces derniers étant fabriqués à son usine de Drummondville. Fortement engagé dans la lutte aux changements climatiques par la voie de l’électrification des transports, Girardin offre la gamme la plus complète d’autobus scolaires électriques ainsi qu’un service d’accompagnement personnalisé pour les infrastructures de recharge. Aujourd’hui, Girardin est le leader incontournable en énergies alternatives (véhicules électriques, propane et gaz naturel) en transport scolaire, commercial, urbain et adapté. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site web de Girardin : www.girardinbluebird.com.

À propos de Recyclage Lithion

Recyclage Lithion a développé un procédé efficace et rentable pour récupérer les matériaux stratégiques des batteries lithium-ion en fin de vie et des rebuts de production. Le procédé Lithion permet de récupérer et traiter 95 % des composantes des batteries afin de permettre la réutilisation par les fabricants de batteries. Cette technologie accélère la transition vers des énergies vertes et permet de rencontrer les cibles de décarbonation en réduisant la pression sur l’extraction des ressources naturelles. En 2022-2023, Lithion lancera sa première usine commerciale s’appuyant sur les données provenant de son usine de démonstration d’échelle industrielle créée en 2019. Lithion vise un déploiement, par le biais d’un modèle de licence, de plus de 20 usines de recyclage à l’échelle mondiale.

Girardin Bluebird

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Aux Grands reportages, voyez À contresens : voiture électrique, la grande intoxication.

Opter pour une voiture électrique est-ce dangereux, égoïste ou salvateur? Quel choix faut-il faire pour respecter la planète?

Marc Muller, ingénieur expert en développement durable, a été l’un des pionniers des tours du monde en véhicules électriques et solaires, il y a 10 ans. Il était persuadé que les véhicules électriques allaient sauver la planète. En 2019, après plusieurs années de dénigrement médiatique, il en vient à se demander s’il ne vaudrait pas mieux opter pour un véhicule à essence. Alors que les journaux, les livres, les directeurs de groupes automobiles soutiennent en coeur que la mobilité électrique est le désastre écologique de demain, où est la vérité? Personne n’arrive à lui donner des réponses satisfaisantes.

En partant de certaines vidéos et messages circulant dans les médias à l’effet que la voiture électrique serait faite d’énergies « sales », encourageant par exemple le travail des enfants et utilisant des métaux toxiques, Marc Muller et le journaliste Jonas Schneiter décident de mener leur propre enquête. Ils font démonter deux voitures (une électrique et une à essence) pour y étudier leurs composantes.

Marc se rend ensuite dans différents pays pour visiter les usines qui extraient et transforment les métaux composant la batterie des voitures électriques européennes (cobalt au Congo, lithium au Chili). Son enquête le mènera également dans des usines de recyclage de batteries électriques et dans les bureaux de scientifiques qui conçoivent les moteurs électriques.

Ils découvriront avec stupéfaction qu’il y a plus de terres rares dans un catalyseur de voiture à essence que dans une voiture électrique vendue en 2018, et que les messages véhiculés sur la voiture électrique sont en général faux et proviennent du lobby de l’industrie pétrolière. Marc ira finalement confronter ceux qu’il croyait jusqu’alors. Une histoire passionnante et révélatrice de notre époque.

ICI Radio-Canada

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Hydro Ottawa a le plaisir d’annoncer qu’elle recevra bientôt du financement lui permettant de distribuer des fonds à des candidats admissibles qui souhaitent installer des bornes de recharge pour VÉ sur le territoire de la Ville d’Ottawa.
Cette initiative permettra de financer jusqu’à 50 % des coûts d’achat et d’installation de bornes de recharge pour les usages suivants :

  • immeubles résidentiels à logements multiples;
  • parcs automobiles légers;
  • milieux de travail;
  • stationnement dans les rues;
  • lieux publics, tels que les commerces de détail, les stations-service, les cliniques médicales et plus.

Les résidences privées ne sont pas admissibles à cette initiative, même si une entreprise est enregistrée à leur adresse.

Comme le Canada vise la création d’un milieu de vie carboneutre d’ici 2050, le gouvernement fédéral a fixé l’objectif obligatoire suivant : d’ici 2035, tous les véhicules de tourisme et camions légers neufs seront des véhicules zéro émission. L’un des principaux obstacles à l’adoption des véhicules zéro émission (VZE) est le manque de bornes de recharge. L’objectif de cette initiative consiste à éliminer les obstacles qui freinent l’adoption des VE en élargissant l’infrastructure nécessaire à ces véhicules.

Au cours des prochaines semaines, Hydro Ottawa diffusera davantage d’information sur cette initiative, sur le processus de demande de participation et sur les dates limites.
 
Faits en bref :
 
Cette initiative financera, pour les candidats admissibles, jusqu’à 50 % du total des coûts admissibles de leur projet d’achat et d’installation de bornes de recharge admissibles.

Différents incitatifs financiers seront offerts en fonction des projets de bornes de recharge de niveau 2 et de niveau 3 envisagés.

Le financement sera limité en fonction du type de borne de recharge.

Le financement total devra être inférieur à 100 000 $ par demande de participation.

Les fonds seront destinés exclusivement aux candidats admissibles qui souhaitent installer des bornes de recharge pour VE sur le territoire de la Ville d’Ottawa, et ce, jusqu’au 28 février 2022. Après cette date, il est possible que des fonds soient alloués à des projets admissibles à l’extérieur d’Ottawa.

Les candidats admissibles ne sont pas obligés d’être des clients d’Hydro Ottawa.

Pour en savoir davantage sur cette initiative et sur les incitatifs financiers offerts ainsi que pour vous inscrire à notre liste d’envoi, visitez hydroottawa.com/financementVE.

CISION

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Selon les vendeurs automobiles, le coût du carburant combiné aux incitatifs gouvernementaux sont les principales raisons de l’intérêt accru des consommateurs.
Au milieu d’une tendance à la hausse du prix de l’essence au Canada, de plus en plus de Néo-Écossais optent pour les véhicules électriques.

Plus de 300 personnes ont profité du programme de rabais provincial pour acheter les véhicules depuis février dernier. Et avec les prix de l’essence grimpant à plus de 1,40 $ le litre,  l’intérêt pour l’électricité est en croissance.
 
« L’industrie connaît une croissance rapide », a déclaré Dave Giles, spécialiste des véhicules électriques chez All EV Canada à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Auparavant, les consommateurs qui envisageaient l’achat de véhicules électriques considéraient que c’était plutôt « cool et à la mode », mais il a déclaré qu’un changement s’était produit cette année.

« La question n°1 que les gens se posent est de savoir quel genre d’économies pourraient-ils obtenir en passant à l’électrique », a-t-il déclaré. Ces coûts peuvent représenter près d’un quart des dépenses de carburant.

Les chiffres publiés par la province la semaine dernière confirment que 325 consommateurs ont appliqué pour obtenir leur rabais dans le cadre du programme de véhicules électriques de la Nouvelle-Écosse, programme dévoilé le 24 février dernier.

« Une forte augmentation «

Le programme offre un rabais de 3 000 $ pour l’achat d’un véhicule électrique neuf et de 2 000 $ pour un véhicule usagé. Un rabais de 500 $ est également disponible pour certains vélos électriques.

« Avant ce programme, il y avait environ 600 véhicules électriques sur les routes en Nouvelle-Écosse, et depuis l’annonce du programme, plus de 300 personnes en ont profité, il s’agit donc d’une importante augmentation », a déclaré Peter Porteous, le vice-président du développement des affaires chez Steele Auto Group, qui détient maintenant All EV Canada.

Alors que Porteous a déclaré que les véhicules électriques représentent toujours une faible part du marché, il croit qu’une tendance est en train de s’installer.

Steele et All EV signalent qu’ils ont un grand choix de VÉ, malgré une pénurie mondiale de voitures neuves en raison d’une pénurie de puces informatiques .

L’essence est affichée à 143,9 $ le litre le 16 octobre dans une station-service de la rue Young, à Halifax. (Gareth Hampshire/CBC)

La Clean Foundation, qui organise des tournées de présentation dans toute la province permettant aux gens d’essayer des véhicules électriques, a confirmé que les essais de VÉ étaient de plus en plus populaires.

La directrice des transports de la Fondation, Sarah Balloch, a déclaré que la Nouvelle-Écosse est dans ce qu’elle appelle la « phase d’adoption précoce » des véhicules électriques, mais elle prévoit une accélération du marché car les prix de l’essence d’aujourd’hui rendent le remplissage d’un réservoir de plus en plus coûteux.

« Lorsque les gens commencent à examiner le coût total de possession, ils constatent d’énormes économies financières, incluant des économies de carburant et également des économies d’entretien.», a déclaré Balloch. Elle note, par exemple, qu’il n’y a pas de vidange d’huile sur les véhicules électriques.

Confirmant que les véhicules électriques peuvent être plus chers à l’achat, Balloch a cependant ajouté que les prix se rapprochaient de la parité, et que les fabricants proposent davantage de modèles.

En plus de l’incitatif provincial, il existe également une subvention allant jusqu’à 5 000 $ du gouvernement fédéral pour l’achat de véhicules électriques.

CAA Atlantic s’implique dans le développement des véhicules électriques

Un autre obstacle qui a rendu les gens réticents à faire le changement est la crainte de manquer d’électricité. Mais c’est quelque chose qui est exagéré, selon ceux qui conduisent les voitures.

« On n’y pense presque jamais, seulement lors de longs trajets », a déclaré Kurt Sampson, qui s’est récemment rendu en Ontario avec son véhicule, s’arrêtant à quelques reprises pour le recharger. Sampson est cofondateur et président de l’Association des véhicules électriques du Canada atlantique.

« Cela nécessite un peu plus de planification. Nous utilisons une application pour trouver des stations de recharge », a-t-il déclaré. « Ce n’est vraiment pas désagréable de s’arrêter toutes les deux ou trois heures. »

La plupart des voitures électriques ayant désormais une autonomie allant jusqu’à 400 kilomètres avec une charge complète, Sampson a déclaré que la recharge se faisait la plupart du temps à la maison pendant la nuit.

Kurt Sampson près du lac Ontario où il a conduit sa voiture électrique plus tôt ce mois-ci. (Soumis par Kurt Sampson)

Avec plus de véhicules sur la route, l’organisme d’assistance routière CAA Atlantique développe sa stratégie pour véhicules électriques.

« Le marché évolue très rapidement », a déclaré Steve Olmstead, directeur des affaires publiques et gouvernementales.

CAA sonde ses membres et forme ses techniciens qui assurent l’assistance routière pour répondre aux besoins spécifiques des véhicules électriques.

« L’une des principales choses que nous faisons est de dépanner les véhicules sur le bord de la route qui pourraient avoir une crevaison ou être en panne d’essence. Avec un véhicule électrique, ils ne seront pas à court d’essence mais ils pourraient avoir besoin d’une recharge « , a déclaré Olmstead. « Pour le moment, nous pouvons mettre un véhicule électrique sur l’une de nos remorques et l’amener à une station de recharge. »

En plus de son programme incitatif, la Nouvelle-Écosse a déclaré qu’elle travaillait avec l’industrie automobile pour essayer de mettre plus de véhicules électriques sur la route.

Son objectif est que les véhicules à zéro émission représentent 30 % des ventes de véhicules d’ici 2030. Le gouvernement provincial s’engage également à offrir des rabais pour aider les entreprises à payer les coûts d’installation des bornes de recharge.
Gareth Hampshire

CBC

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Introduit pour la première fois en 2016 et après une année d’essais en mer au Japon, le nouveau moteur de bateau électrique Yamaha, le Harmo, a fait ses débuts européens au Salone Nautica de Gênes, en Italie.

À peu près à la même époque l’année dernière, Plugboats avait mentionné les essais sur l’eau par Yamaha du moteur et du système de direction qui l’accompagne sur le canal d’Otaru à Hokkaido, au Japon. Mais l’histoire du moteur remonte à 2016, lorsqu’il a été présenté au salon METSTRADE. Même à cette époque, Yachting News avait écrit : « Le prototype nous est présenté après plus d’un an de planification et d’essais et les premiers échantillons ont été testés sur des bateaux le long des canaux néerlandais. »
Moteur de bateau électrique Yamaha sur bateau Respiro voyageant dans les canaux de Venise, la version finale est étonnamment proche de ce qui a été présenté il y a 5 ans et met en évidence les avantages de l’Harmo. Outre le silence et les émissions nulles d’un moteur de bateau électrique, l’Harmo est un moteur à jante qui peut pivoter de 140 degrés offrant des capacités de manœuvre remarquables et a un profil ultra-bas élégant lorsqu’il est en fonctionnement.

Au salon de Gênes, il a été monté sur le bateau Respiro tout aussi élégant (6,9 m / 22 ′) construit par la compagnie Cantiere Venmar de Venise.

Dès le départ, l’Harmo est plus qu’un moteur électrique autonome, et l’ensemble de ce que Yamaha appelle sa « plateforme de système de manœuvre de bateau de nouvelle génération » offre plusieurs capacités et avantages.

Cet ensemble se compose de l’unité de propulsion alimentée par un moteur électrique, un boîtier de télécommande et un joystick.

Diagramme de la conception de la jante Moteur de bateau électrique Yamaha. Le moteur électrique est un moteur à jante, nommé ainsi parce que les pales de l’hélice sont attachées à une jante extérieure plutôt qu’à un moyeu central. Dans le concept de Yamaha, la jante est le moteur lui-même, avec le stator (partie stationnaire) à l’extérieur et le rotor (partie tournante) à l’intérieur. Le courant électrique traverse les bobines du stator et le rotor intérieur a des aimants permanents. L’anneau extérieur aide également à canaliser le flux d’eau pour la propulsion.

​Les moteurs électriques à jante ont été utilisés comme propulseurs d’étrave dans les grands bateaux pendant de nombreuses années pour aider à l’amarrage serré, mais ne gagnent en popularité que maintenant que ces moteurs sont montés à l’arrière sur les petits bateaux. Le RS Electric Pulse 63 RIB introduit en mai utilise un moteur à jante de RAD Propulsion, et le bateau de canal Old Nick utilise une jante VETUS plus traditionnel comme propulseur de direction.
Diagramme montrant le moteur du bateau électrique Yamaha qui a utilisé la capacité du propulseur d’étrave de l’Harmo à pivoter à 140 degrés. L’unité de propulsion de la jante et l’arbre qui maintiennent les câbles de connexion se déplacent indépendamment du sommet de l’unité, la partie visible au-dessus de l’eau. En le contrôlant avec le joystick Helm Master EX, un pilote peut faire pivoter un bateau et avec deux moteurs peut faire bouger un bateau latéralement.

Le Harmo de 55 kilogrammes est alimenté par une batterie de 48 V et la configuration et la technologie de la jante du moteur de 3,7 kilowatts fournissent une poussée statique de 102 kg – à peu près la même qu’un hors-bord FF (combustible fossile) de 9,9 chevaux.

Un autre grand pas pour l’eboating

Lors du dévoilement à Gênes, Yamaha a également annoncé qu’elle prenait des précommandes européennes pour le printemps 2022 et que l’HARMO sera disponible sur le marché américain en 2023.

Alors qu’il a fallu 5 ans pour passer du prototype au marché, un moteur de bateau électrique Yamaha est une grande nouvelle pour l’avancée de l’eboating. En 2013, la compagnie célébrait la livraison de leur 10 millionième hors-bord, et un communiqué de l’entreprise de 2018 confirme qu’elle a vendu 300 000 unités cette année-là.

L’HARMO est initialement lancé en Europe en raison des restrictions environnementales plus strictes qu’aux États-Unis, et Ben Speciale, président de l’unité commerciale américaine de Yamaha Marine, a déclaré : « Harmo est le système idéal pour les voies navigables à puissance ou à combustion interne restreintes ». Ainsi, alors que les hors-bords électriques sont encore méconnus du public, lorsque Yamaha, qui revendique environ 1/3 des ventes mondiales et le leader du marché Brunswick / Mercury annoncent qu’ils auront 5 modèles hors-bord électriques aux États-Unis d’ici 2023, il semble de plus en plus évident que nous nous sommes à l’orée d’un changement de propulsion dans le secteur nautique.
Jeff Butler

Plugboats

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Que vous conduisiez un véhicule électrique ou un véhicule à combustion, nous aimerions connaître vos préférences afin d’améliorer l’expérience des électromobilistes sur l’autoroute.

Vos réponses à ce sondage de deux minutes serviront à concevoir la station de recharge de l’avenir.

À noter, le sondage est en Google Forms, et requiert un compte Google pour y répondre.

Rabais sur assurance pour voiture électrique!