Des reportages intéressants et des informations pertinentes de la semaine pour nos électromobilistes québécois.
Sayona accroît sa présence au Témiscamingue
Bien que le projet de lithium Tansim n’en soit toujours qu’à ses premiers balbutiements, Sayona Québec a voulu lancer un signal clair face à la confiance qu’elle y accorde en accroissant sa présence dans ce secteur du Témiscamingue.
Patrick Rodrigue

Le Citoyen
[CHRONIQUE] Le grand remplacement de l’automobile
Le vélo électrique prolifère. Il y en avait quelque 200 millions sur Terre l’an dernier, estime la firme d’analyse économique Deloitte. Il y en aura plus de 330 millions d’ici trois ans. On passera le cap du demi-milliard dans les années suivantes. Et ces vélos à assistance motorisée remplaceront essentiellement… des voitures! 
Louis-Philippe Messier

24HRS.ca

Deux nouvelles bornes de recharge électrique à Sorel-Tracy
Deux nouvelles bornes de recharges pour les véhicules électriques ont été installées à Sorel-Tracy: l’une se situe dans le stationnement de la Maison des gouverneurs (90, chemin des Patriotes), tandis que l’autre se trouve au parc régional des Grèves (3100, chemin du Golf).  
Photo: Courtoisie Ville de Sorel-Tracy

Sorel-Tracy Express

Îles-de-la-Madeleine : devenir un leader de la transition énergétique
Après avoir étudié la pose d’un câble sous-marin de 225 km entre Percé et Cap-aux-Meules pour assurer l’alimentation des Îles-de-la-Madeleine en électricité propre, Hydro-Québec a annoncé son intention de revoir cette solution devant les coûts trop élevés et les enjeux de fiabilité du câble causés par les fonds et le courant marin. Une décision que ne repousse pas le maire des Îles, Jonathan Lapierre, qui voudrait qu’Hydro-Québec innove en misant sur les énergies renouvelables (éolien, solaire, stockage), les microréseaux.
Yvan Cliche

La Presse.ca

Voitures électriques : la région au-dessus de la moyenne
La région se trouve en bonne posture parmi les détenteurs de véhicules électriques. Alors que la moyenne provinciale est de 79,4 véhicules par 10 000 habitants, l’ensemble des municipalités de la MRC de la Vallée-du-Richelieu se retrouve au-dessus de cette moyenne.
Sarah-Eve Charland

 L’Oeil Régional
Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Des boutiques à Toronto, Montréal et Vancouver positionnent favorablement Polestar sur le marché des véhicules électriques canadien.

Polestar est sur le point de devenir le deuxième fabricant de véhicules uniquement électriques à s’établir au Canada.

Basée en Suède, la société a récemment annoncé des partenariats avec le groupe Grand Touring Automobiles, un détaillant de véhicules de luxe, et GAIN Group, un représentant de véhicules basé en Colombie-Britannique, pour ouvrir des points de vente au détail au Canada. Les points de vente, appelés Polestar Spaces , seront situés à Montréal, Toronto et Vancouver.

Il y aura également deux centres de service Polestar, un à Victoria en Colombie Britannique et l’autre à Waterloo, en Ontario.

«95% des propriétaires et des détenteurs de réservation canadiens de Polestar vivront dans un rayon de 240 kilomètres de ces espaces de vente au détail Polestar», déclare Hugues Bissonnette, directeur de Polestar Canada. «Grâce à cette couverture et aux deux centres de service supplémentaires, nous sommes convaincus que le marché canadien sera bien soutenu dès le premier jour.

Fondée en 2017, Polestar propose actuellement deux véhicules: le Polestar 1, un hybride haut de gamme en édition limitée, et le Polestar 2, un véhicule entièrement électrique au même prix que le Model 3 de Tesla, le seul fabricant 100% VÉ présent au Canada (11 magasins Tesla, plus deux nouveaux à venir).

La venue sur le marché de Polestar, qui appartient conjointement à Volvo Car Group et à sa société mère chinoise Geely, est une bonne décision à la fois pour l’entreprise et pour l’ensemble de l’industrie des véhicules électriques, déclare Robert Karwel, directeur principal, Power Information Network Canada, chez JD Power et Associés .

«Les performances actuelles des VÉ au Canada, d’après ce que nous en estimons, semblent confirmer que les Canadiens sont prêts à acheter des VÉ de luxe et à renoncer jusqu’à un certain point au modèle de vente traditionnel,», déclare Karwel, dans une entrevue par courriel avec Electric Autonomy Canada .

Bien que cet ajout ne devrait pas créer un changement radical de notre industrie du jour au lendemain», ajoute-t-il, il permettra à Polestar d’être à l’avant-garde de ce changement.

«Aujourd’hui, ils semblent prêts à développer leur marché en réalisant des investissements tout en revendiquant leur place sur le marché canadien», dit Karwel. «Je pense que l’amalgame de la technologie de VÉ et de la technologie hybride démontre que l’industrie ne passera pas au tout électrique du jour au lendemain, mais se fera plutôt de façon évolutive et Polestar semble refléter cette réalité.

Alors que Polestar privilégie un modèle de vente au détail numérique, la compagnie confirme que ses boutiques (Spaces) emploieront des conseillers non commissionnés pour informer les clients sur les produits et pour aider les acheteurs potentiels à faire des essais sur routes.

Les véhicules Polestar seront disponibles à l’achat dans tout le pays. La société offrira une option de livraison à domicile et de service pour ceux qui vivent à 250 kilomètres d’un point de vente ou d’un centre de service. Pour ceux qui sont plus éloignés, l’entreprise dit qu’elle élaborera un plan pour livrer le véhicule aux propriétaires.

Electric Autonomy

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La construction de la première usine de la société progresse rapidement en Arizona, où elle prévoit produire 35 000 camions électriques lourds annuellement. Et elle a annoncé le 10 août qu’elle avait signé un accord avec Republic Services, basé à Phoenix, pour 2500 camions à ordures électriques zéro émission, avec la possibilité de 2500 autres par la suite. Republic est le deuxième récupérateur d’ordures en importance aux États-Unis.

La puissance des camions à ordures électriques sera limitée électroniquement à 1 000 chevaux c’est-à-dire près de trois fois la puissance des camions similaires alimentés au gaz naturel comprimé. Les camions comprendront des configurations à chargement latéral et à chargement frontal. En règle générale, des entreprises comme la compagnie Republic Services commandent le châssis de leurs camions au fabricant et la benne de déchets à une entreprise distincte, mais Nikola a reçu le mandat de livrer des camions complets à Republic. Il s’agit d’une première dans l’industrie. Les camions auront une autonomie d’environ 241 km plus que suffisante pour effectuer leurs trajets quotidiens. Selon l’entreprise, certains camions pourront être équipés d’une batterie de 720 kWh. Les essais sur route devraient commencer en 2022 et la production débutera en 2023.

«Nikola se spécialise dans les camions lourds de classe 8 à zéro émission. Le marché des déchets est l’un des marchés les plus stables du secteur et assure une valeur à long terme pour les actionnaires », déclare le fondateur de Nikola, Trevor Milton.

«Le groupe motopropulseur Nikola Tre est idéal pour le marché des ordures car il partage l’utilisation des mêmes batteries, commandes, modulateurs de fréquence et essieux électriques. En partageant la plateforme Tre, nous pouvons réduire le coût de production en utilisant les mêmes pièces d’équipement. Il aurait été difficile de choisir un meilleur partenaire que Republic Services, un chef de file en matière de durabilité environnementale et de service à la clientèle. Republic Services sera le partenaire qui nous aidera à faire en sorte que le Nikola Tre puisse réponde aux exigences de nos clients et de leurs flottes et nous sommes ravis de leur participation au processus de conception.

De toutes les applications possibles pour un camion électrique, le transport de déchets est peut-être la plus intéressante. Ces camions font généralement des centaines d’arrêts et de démarrages par jour, certains à seulement quelques mètres les uns des autres. Le couple instantané du groupe motopropulseur électrique les aidera à décoller d’un point mort, et le freinage régénératif facilitera la recharge de la batterie tout en effectuant le travail. Si l’on tient compte des coûts de carburant et d’entretien considérablement réduits d’un camion électrique par rapport à son équivalent diésel, alors l’attrait d’un camion électrique pour une entreprise comme Republic devient encore plus évident.

S’il n’y a jamais eu une catégorie de véhicules qui aspirait à être remplacée par l’énergie électrique, c’est bien le camion à ordures. Plus besoin de respirer la fumée des diésels pour ramasser les ordures dans les villes et villages américains. Une alternative zéro émission est désespérément nécessaire et Nikola Motor semble être la première entreprise à y parvenir à grande échelle.

Clean Technica

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La valeur boursière du constructeur automobile chinois Nio a perdu 6,9% de sa valeur mardi dernier alors que les investisseurs vendaient leurs actions en raison des performances de l’entreprise.

  • Le constructeur automobile chinois Nio a effacé ses premiers gains et sa valeur a chuté de 6,9% mardi malgré qu’il ait dépassé les pronostics pour son deuxième trimestre.
  • La société a presque triplé les livraisons de véhicules au cours du trimestre et s’est rapprochée de la rentabilité avec une perte plus faible que prévue.
  • Pourtant, malgré une forte activité de vente ce trimestre a effacé les gains initiaux et a brièvement poussé l’action à son plus bas depuis le début d’août.
  • La firme espère répondre à la demande accélérée de ses modèles aussitôt que les contraintes de production seront levées, a déclaré le PDG William Bin Li.

Les actions avaient gagné jusqu’à 8% de leur valeur après que le concurrent de Tesla ait dépassé les estimations bénéficiaires et affiché une marge brute positive pour la première fois. La société avait réduit sa perte trimestrielle pour le quatrième trimestre consécutif après avoir presque triplé ses livraisons de véhicules par rapport à l’année précédente.

Pourtant, les actions ont perdu hier de leur valeur moins de 30 minutes après le début de la séance, les investisseurs ayant lancé une vague de prises de bénéfices. La crise a brièvement effacé le gain de 6% de Nio. Les activités boursières ont cependant réduit certaines pertes plus tard dans la matinée.

Market Business Insider

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La révolution des véhicules électriques s’accélère, mais elle ne peut aller aussi loin sans l’infrastructure et la technologie nécessaires. Alors qu’il devient conceptuellement de plus en plus facile de passer des combustibles fossiles au tout électrique, nous pouvons concevoir un monde plus brillant et plus optimiste.

L’engagement du gouvernement britannique d’interdire la vente de toutes nouvelles voitures non électriques, incluant les véhicules à essence, diésel et hybrides à partir de 2035, souligne la volonté de mettre fin à la contribution du pays au changement climatique d’ici 2050.

Si l’objectif 2035 doit être atteint, nous devrons planifier des changements majeurs dans le transport et la mobilité urbaine. En passant à l’utilisation de la recharge sans fil ultrarapide à la prise en charge des pays en développement et à la réutilisant des batteries de voiture, le groupe WMG de l’Université de Warwick, propose des avancées dans les connaissances et les technologies d’électrification, qui pourraient permettre de faire le saut vers un avenir automobile électrique prometteur. Alors, pour le présent et le futur, que devons-nous considérer?

Améliorer les batteries

La demande de véhicules électriques augmente au Royaume-Uni et les immatriculations de voitures rechargeables ont augmenté de plus de 160 000 entre 2013 et 2018. La valeur du secteur de l’électrification étant estimé à plus de 6 milliards de livres (7,8 milliards USD) d’ici 2025, la prochaine décennie offre d’énormes opportunités.

Cependant, selon le professeur David Greenwood, le grand public n’adoptera pas vraiment les véhicules électriques tant que les consommateurs ne se verront pas offrir un modèle de convivialité, de commodité et de prix abordables que les véhicules conventionnels offrent aujourd’hui. Il est responsable du projet projet Multi optimal Solutions for Energy Storage Systems (MoSESS) financé par Innovate UK de 2 millions de livres sterling ( 2,7 millions USD) dans le cadre d’un consortium dirigé par McLaren Automotive incluant A123 Systems qui a pour mission de réduire la taille, le poids et les émissions des véhicules électriques actuels.

L’objectif est d’améliorer tous les aspects de la performance et de la fiabilité et de débloquer la possibilité de produire une batterie qui corresponde aux performances des véhicules classiques à essence et diésel, répondant aux attentes des consommateurs, contribuant à favoriser l’adoption du transport hybride et électrique et à soutenir la politique gouvernementale. La stratégie Road to Zéro vise à rendre efficace le transport routier sans émissions d’ici 2050. «La raison pour laquelle les gens n’achètent pas de voitures électriques aujourd’hui est parce qu’elles sont trop chères, il y a également un scepticisme généralisé autour de l’autonomie de la batterie et des questions pressantes autour de la régularité et de la fiabilité des bornes de recharge. Les technologies de pointe actuelles sont en mesure de répondre aux besoins d’un petit pourcentage d’utilisateurs et la nécessité de planifier une infrastructure de recharge de batterie efficace est essentielle », explique Greenwood.

La technologie actuelle demande de longs temps de recharge. Même les meilleures densités d’énergie de leur catégorie impliquent que la batterie soit relativement grosse pour atteindre la capacité d’autonomie électrique souhaitée. Comme elles sont grosses, elles sont également lourdes, ce qui signifie que le véhicule consomme plus d’énergie pour rouler. De plus, pour des raisons de sécurité, les batteries doivent avoir un niveau de complexité élevé. Donc, dans l’ensemble, vous avez un composant lourd, inefficace et encombrant.

«Nous visons à développer et à intégrer dans un véhicule, une batterie incluant un mélange de cellules à électrolytes à haute densité énergétique et de cellules à haute densité de puissance», déclare Greenwood. «Ces nouveaux types de batteries seront plus efficaces, en offrant un meilleur stockage d’énergie, un boitier plus petit et une capacité de recharge plus rapide. Nous voulons proposer une solution avec un système de refroidissement plus simple, une structure de collision réduite, un temps de recharge réduit pour assurer une autonomie électrique allant jusqu’à 500 km et une économie de poids allant jusqu’à 10% par rapport aux solutions existantes.

Bien que l’efficacité, la commodité et la sécurité soient des facteurs vitaux pour les consommateurs, le coût reste également important dans le processus de prise de décision des futurs utilisateurs de VÉ. L’implication de WMG dans le projet Nextrode, financé par la Faraday Institution, s’attaque à ce problème. Le projet explore les méthodes de fabrication des électrodes pour les batteries Li-Ion. En utilisant le centre de recherche et de développement sur les batteries de WMG et la future installation d’UKBIC, le projet permettra à WMG de modéliser et d’optimiser les moyens de réduire les coûts de fabrication des électrodes, d’augmenter leur capacité de stockage d’énergie et de réduire le temps nécessaire pour atteindre le marché.

La relation entre l’infrastructure de recharge et la fabrication des batteries est essentielle, en particulier lorsqu’elle est considérée par rapport aux comportements et modèles de mobilité typiques des consommateurs. 98% des trajets font moins de 80 km, donc le fait de transporter le poids d’une batterie dimensionnée pour parcourir 485 km sur des trajets aussi courts contrecarre quelque peu les efforts visant à améliorer l’efficacité et la convivialité pour les consommateurs.

​Des considérations comme celles-ci démontrent l’importance d’une infrastructure de recharge de batteries robuste et soulignent que la technologie doit répondre aux modes de vie et aux modèles des consommateurs si elle veut réussir à grande échelle. Le professeur Greenwood a ajouté: «Avec un réseau de recharge rapide, fiable, accessible et omniprésent, les batteries de voitures particulières pourraient diminuer en taille et couper de moitié le prix d’une batterie qui offrirait environ 240 km d’autonomie dans le monde réel,

Développer un réseau: la bonne puissance au bon endroit

Bien que les véhicules électriques soient sur le marché depuis un certain temps maintenant, l’adoption massive de la technologie par le public n’a toujours pas eu lieu. Les préoccupations concernant la recharge entre les trajets, ainsi que l’anxiété concernant l’autonomie sont les principaux obstacles à l’achat d’un véhicule électrique. Le professeur Richard McMahon de WMG explique: «De nombreux acheteurs qui sont venus tôt aux véhicules électriques ont probablement acheté une voiture électrique et un véhicule à moteur à combustion interne pour parcourir de plus longues distances. Cependant, à mesure que les voitures électriques se généralisent, les conducteurs voudront parcourir de plus grandes distances, d’où le besoin de plus de possibilités de recharge publiques. La recharge sur les autoroutes et le long des routes principales est clairement un catalyseur de voyages. Les Superchargeurs Tesla en sont un exemple; BP et National Grid, entre autres, étudient également le développement de centres de recharge rapide. Des solutions de recharge sur voie publique sont également en cours de développement. »

La start-up char.gy a développé la technologie permettant aux conducteurs de simplement brancher leur voiture sur un lampadaire. La société a créé une nouvelle borne de recharge, qui peut être facilement installée sur des lampadaires. L’installation ne nécessite aucune alimentation électrique supplémentaire ni aucun espace supplémentaire. WMG a aidé char.gy à concevoir, construire et tester rapidement un prototype de la nouvelle carte électronique nécessaire à la conception du projet pour répondre aux normes de l’UE pour les bornes de recharge publiques. Les bornes de recharge sont maintenant prêtes à être utilisées par le public londonien à la suite de l’intégration de char.gy au réseau d’approvisionnement de l’infrastructure de recharge de Transport for London (TfL) en 2018, organisme qui a pour objectif de favoriser le déploiement des véhicules électriques en installant plus de 1000 bornes de recharge dans la rue d’ici la fin de 2020.

Aider les propriétaires de véhicules à recharger leur voiture est une chose, mais la pression est vraiment forte pour trouver de nouvelles solutions pour les flottes de véhicules de nos villes qui doivent rouler constamment. Les taxis électriques par exemple roulent tous les jours, mais il existe toujours une crainte associée à la recharge. Y a-t-il suffisamment de bornes de recharge pour suffisamment de conducteurs dans une ville donnée et la batterie du VÉ durera-t-elle assez longtemps pour effectuer suffisamment de travaux entre les recharges? Les conducteurs ne peuvent pas se permettre de rester immobiles pendant de longues périodes pendant qu’ils rechargent leur véhicules et le public des grandes villes s’attend à ce qu’il y ait suffisamment de véhicules sur la route pour pouvoir héler un taxi à tout moment.

De même, les véhicules d’urgence fonctionnent encore majoritairement au diesel, et le jour ou une flotte sera électrifiée, elle devra garantir un niveau de service équivalent. Il serait inconcevable qu’un véhicule des services d’urgence doive attendre pour recharger la batterie.

C’est là qu’intervient l’idée de recharge sans fil ou de recharge en mouvement. McMahon commente: «Le concept de recharge en mouvement est vraiment attrayant en principe, mais il reste encore du travail à faire pour assurer la compatibilité et concevoir les procédures d’installation. » WMG et les partenaires du projet travaillent actuellement sur une étude de faisabilité pour évaluer le potentiel de recharge sans fil des taxis électriques. Le consortium espère ensuite obtenir d’Innovate UK un financement supplémentaire pour un projet pilote à grande échelle qui leur permettrait de tester la technologie et l’application sur des sites à Nottingham et à Londres.

Renforcer le réseau électrique britannique

Une fois la technologie perfectionnée, cependant, elle doit être utilisée de manière efficace, ce qui nécessite un réseau de distribution capable de faire face à des niveaux élevés de recharge de VÉ dans une variété de quartiers et d’emplacements. Un système véritablement durable serait celui où la capacité de stockage d’énergie excédentaire pourrait être réutilisée.

​Cette idée est explorée par une autre équipe de recherche de WMG, qui étudie la possibilité d’accéder à l’énergie stockée dans les véhicules électriques lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Ce concept de véhicule à réseau (V2G) a le potentiel de remédier au déséquilibre, en faisant avancer l’idée d’une connectivité énergétique.

Le public est généralement en faveur des véhicules électriques, mais tant qu’ils ne répondront pas aux exigences du seuil d’autonomie, de capacité de recharge et d’accessibilité pour les utilisateurs individuels, ils resteront hors de portée.
 
Le professeur James Marco, chef de projet, pense que la connexion des VÉ au réseau fournira une bonne solution aux problèmes de capacité, et des projets de modélisation comme celui-ci aideront à démontrer les avantages du système. Il a dit: «Nous utilisons des données du monde réel pour démontrer le potentiel du concept V2G. Cela nous aide non seulement à établir la confiance dans la technologie, mais fournit également un apprentissage inestimable qui sera utilisé pour atteindre l’objectif ultime de faire du V2G un composant du réseau. Grâce à une bonne gestion de la batterie, il sera possible d’atténuer la dégradation de la batterie via V2G et peut-être même de prolonger sa durée de vie. »

Une fois qu’une batterie de VÉ aura atteint sa durée de vie prévue d’environ 8 à 12 ans, et bien que le fabricant soit responsable du recyclage de la batterie et doive payer les coûts associés au transport et au traitement, ce sera cependant celui qui en fait l’ultime acquisition (normalement une installation de traitement autorisée ou ferraille) qui décidera ce qu’il faut en faire. Ils pourront la revendre pour réutilisation ou la recycler.

Cependant, les batteries conservent souvent jusqu’à 80% de leur capacité énergétique et de leur puissance après leur vie active, ce qui signifie qu’elles pourraient convenir à des applications de seconde vie, telles que le stockage d’énergie stationnaire à usage domestique et industriel.

Actuellement, la priorisation de la réduction des coûts de production et la rationalisation des processus de fabrication ont conduit à des conceptions de batteries qui sont de plus en plus difficiles à réutiliser ou à recycler en fin de vie. Anwar Sattar, ingénieur en chef du recyclage des batteries chez WMG, observe: «De nombreux blocs-batteries actuellement sur les routes n’ont pas été conçus en tenant compte de leur fin de vie (EoL). Les considérations les plus importantes pour les concepteurs sont encore le coût, la densité d’énergie, la sécurité et la facilité de fabrication. Cela signifie que certaines batteries auront une très faible recyclabilité car elles contiennent de grandes quantités de matériaux comme de la colle qui les rend difficiles à démonter et à recycler. Un autre défi majeur est le manque de standardisation dans la conception des batteries. Cela rend leur réutilisation difficile car elles peuvent différer d’un véhicule à l’autre. »

Cela dit, des travaux sont en cours pour y remédier. WMG a collaboré avec deux fournisseurs automobiles de classe mondiale qui se sont concentrés sur la réutilisation et le recyclage efficace de leurs batteries. Premièrement, ils veulent développer des processus de classement des batteries précis et rentables et, deuxièmement, stimuler l’innovation technologique des batteries pour soutenir les pays en développement et les communautés isolées.

Le public est généralement en faveur des véhicules électriques, mais tant qu’ils ne répondront pas aux exigences d’autonomie, de capacité de recharge et de prix abordables, ils resteront hors de portée. La science et une ingénierie dynamique peuvent résoudre ces problèmes et le feront avec le temps. WMG veut en faire une question d’années et non de décennies.

Automotive World

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Le marché des véhicules électriques en est encore à ses balbutiements en 2020, mais la pénétration globale du marché devrait augmenter au cours des deux prochaines décennies.

Étonnamment, il semble y avoir encore de la place dans le monde pour les moteurs à combustion traditionnels. Plusieurs constructeurs automobiles d’aujourd’hui auront indéniablement beaucoup de rattrapage à faire sur le plan de l’électrification.

Un rapport de Morgan Stanley a extrapolé sur le futur des véhicules électriques, plus spécifiquement jusqu’en 2040. L’entreprise évalue que le marché des VÉ représentera alors 72% des ventes mondiales. Avec des ventes mondiales de voitures d’environ 65,5 millions d’unités en 2019 moins que les 68 millions en 2018 et 2017, ces chiffres confirment une opportunité exponentielle de croissance des véhicules électriques dans les années à venir.

Morgan Stanley prévoit que Volkswagen devrait vendre environ 11,2 millions de véhicules électriques en 2040 et être au premier rang du nombre total d’unités vendues. L’un des avantages de VW est sa relation avec Ford. De plus, VW possède des usines et une chaîne d’approvisionnement structurée qu’elle peut exploiter pour accroître ses efforts d’électrification.

Bien que le marché automobile mondial soit en développement constant, les investisseurs, les consommateurs et les concessionnaires américains seront probablement les plus concernés par les efforts et les opportunités aux États-Unis.

Toyota Motor Corp. ( NYSE: TM ) est évaluée comme le deuxième plus gros vendeur loin derrière VW, avec des ventes de 6,5 millions de véhicules électriques en 2040. Morgan Stanley a noté en juin que la valeur de Tesla était deuxième derrière Toyota, mais cela a évolué alors que la capitalisation boursière de Tesla est passée à 265 milliards et que la capitalisation boursière de Toyota est évaluée à environ 180 milliards de dollars.

Tesla Inc. ( NASDAQ: TSLA ) a cependant investi dans d’autres entreprises autres que l’automobile, mais le leader actuel de la vente des VÉ devrait vendre 4,9 millions de véhicules électriques en 2040. En 2019, Tesla a livré environ 367 500 véhicules, soit une augmentation d’environ 50% par rapport à 2018.

Profitant d’une production en expansion aux États-Unis et en Chine, Tesla dispose d’une marge de croissance qui représente un taux de production 10 fois supérieur au taux actuel au cours des deux prochaines décennies. Jonas a également noté que Tesla était actuellement beaucoup plus petite en portée et en taille, par rapport à Apple et Amazon lorsqu’ils ont atteint ce niveau de capitalisation pour la première fois, Il considère cela comme une prime de valorisation significative tout en conservant une vision prudente pour le futur.

Toujours selon cette étude, General Motors Co. ( NYSE: GM ) devrait vendre 4,1 millions de véhicules électriques en 2040. Morgan Stanley avait précédemment suggéré à GM de changer son nom pour Ultium à la suite du lancement de sa nouvelle plateforme modulaire et de sa nouvelle batterie. La PDG de GM, Mary Barra, a cependant déclaré que la conversion de l’ensemble de la flotte vers des voitures américaines électriques, prendra des décennies.

Il avait également été mentionné que GM pourrait scinder une partie ou à la totalité de ses efforts en matière de véhicules électriques, et Morgan Stanley avait suggéré en juin que la division de véhicules électriques de GM pourrait valoir à elle seule 100 milliards de dollars, cependant il a récemment été suggéré à GM de peaufiner son discours. GM s’est récemment associée à EVgo pour ajouter plus de 2 700 bornes de recharge rapide au cours des cinq prochaines années afin d’augmenter le nombre de bornes de recharge aux États-Unis. L’usine GM Hamtramck de Detroit passe à la production entièrement électrique, et le GMC Hummer EV est prévu en 2021, ainsi qu’un nouveau modèle Chevy Bolt.

La grande question est peut-être de savoir ce qui adviendra de Ford Motor Co. ( NYSE: F ) au cours des deux prochaines décennies? Va-t-elle s’associer avec Volkswagen? Ford a récemment nommé Jim Farley au poste de directeur général, et l’objectif de l’entreprise n’est pas de rattraper Tesla mais de dépasser Elon Musk et sa société. Ford s’est déjà associée à Rivian pour fabriquer des fourgonnettes électriques et des camions de livraison et a investi avec Volkswagen dans la production d’un robocar doté d’intelligence artificielle développé par Argo AI. Ford produit déjà sa prochaine Ford Mustang Mach-E pour le marché tout électrique, et ses précommandes avec dépôts de 500 $ étaient déjà complètes à la fin de 2019, car la production avait être limitée à 50 000 unités du multisegment dans le monde pour le 12 premiers mois.

Ford a également annoncé en juin qu’elle avait élargi son partenariat avec Volkswagen pour produire une camionnette construite par Ford et vendue par Volkswagen à partir de 2022, et les deux sociétés prévoient un total combiné de 8 millions d’unités produites pour trois véhicules utilitaires.

Pouvoir fabriquer des batteries à des coûts comparables aux coûts de production des moteurs à combustion est l’une des étapes cruciales que doivent viser les constructeurs. De nombreux autres acteurs potentiels pour le développement et la croissance des véhicules électriques s’ajoutent régulièrement, notamment Nikola, Nio, Lordstown Motors, WorkHorse ainsi que de nombreuses autres entreprises qui veulent leur part du gâteau. La rapidité de croissance de l’électrification dépend de nombreux facteurs. Les divers intervenants seront-ils en mesure de répondre aux attentes?

MSN

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Crédits d’image: Hyundai

Hyundai a lancé une nouvelle marque dédiée aux véhicules électriques qu’elle a baptisée Ioniq afin de commercialiser trois véhicules tout électriques au cours des quatre prochaines années.

La nouvelle marque Ioniq sera cruciale dans la stratégie du constructeur automobile coréen visant à vendre 1 million de véhicules électriques et à prendre 10% du marché des véhicules électriques d’ici 2025.

La compagnie a décidé de baptiser sa nouvelle marque en utilisant le nom d’un véhicule déjà connu sur le marché.  En 2016, Hyundai a lancé l’Ioniq, une berline à hayon disponible en versions hybride, hybride rechargeable et tout électrique. Le constructeur coréen après mûre réflexion a décidé d’utiliser ce véhicule comme point de départ pour sa nouvelle mouture de VÉ.

Tous les véhicules de la marque Ioniq utiliseront la plateforme modulaire électrique sous-jacente de Hyundai, appelée E-GMP.

Hyundai a déclaré que le premier véhicule de la nouvelle marque de VÉ sera l’Ioniq 5, un multisegment de taille moyenne qui sera lancé au début de 2021. L’Ioniq 5 sera basée sur le Concept 45 de Hyundai, un multisegment de style monocoque que la société a dévoilé en 2019 au Salon international de l’automobile de Francfort. Les concepteurs du Concept 45 se sont appuyés sur certaines des lignes et des caractéristiques du premier modèle de Hyundai, le Pony Coupé 1974. Le nom «45» est inspiré, en partie, par des formes angulaires de 45 degrés à l’avant et à l’arrière du véhicule.

Crédits d’image: Hyundai

Puis, suivra la berline Ioniq 6 en 2022 et le véhicule sera basé sur le concept Prophecy de Hyundai qui a été dévoilé en mars dernier. La Prophecy (photo ci-dessous) est une berline élégante et aérodynamique avec un long empattement et des courts porte-à-faux rappelant une Porsche.
Crédits d’image: Hyundai

Enfin, Hyundai a annoncé la sortie de son grand VUS, la Ioniq 7, au début de 2024.

La nomenclature des différents modèles manque clairement d’imagination mais on doit cependant garder en mémoire que les véhicules de la nouvelle marque Ioniq identifiés par des nombres pairs seront des berlines et les nombres impairs seront des VUS.

Tech Crunch

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Photo

Voici Sylvain Beauchesne, fier électromobiliste de Trois-Rivières, avec sa Volkswagen e-Golf. 
Amateur de la marque Volkswagen, Sylvain souligne les différentes fonctionnalités spécifiques à la e-Golf. Été comme hiver, il voyage sans problèmes à Québec, en Estrie et à Montréal… Sa voiture répond à ses besoins! 

Écoutez le témoignage de Sylvain :


Photo

«J’aime ma voiture électrique» : 6 témoignages
La vidéo ci-dessus s’insère dans une série de capsules coordonnée par l’AVEQ, dans le cadre de la campagne Roulons électrique.

Ces six électromobilistes, membres de l’AVEQ, ont accepté de vous présenter leur voiture électrique : Isabelle Boisvert, Richard Martel, Michel Turcotte, Sylvain Beauchesne, René Boisvert, et Marc Neiderer. 

Nous les remercions chaleureusement de leur participation! 

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Je veux utiliser une borne, elle est déjà en cours d’utilisation.

Depuis l’arrivée massive des bornes de recharge rapide (BRCC), il est d’autant plus important de rappeler aux utilisateurs potentiels l’importance d’utiliser l’affiche « Protocole de  Courtoisie » qui vous est offert gracieusement sur le  site de l’AVEQ. Mais pourquoi est-ce important au juste ? Voici…

Si la personne qui est déjà stationnée à la borne a eu la bonne idée d’utiliser le protocole de courtoisie de l’AVÉQ, vous saurez immédiatement si l’utilisateur vous invite à le débrancher si vous avez besoin de la borne… Mais s’il n’y a pas d’affiche vous avez 4 choix :

1. Attendre le retour de la personne, ce qui peut prendre entre 5 minutes et plusieurs heures…

2. Chercher le propriétaire pour le lui demander… Faisable si la borne est située devant un restaurant unique, mais  impossible si elle est située devant une salle de spectacle.

3. Utiliser la fonctionnalité de l’application du Circuit électrique afin d’être avisé quand la borne se libère
 
4. Débrancher cavalièrement l’utilisateur qui recevra possiblement l’information en direct sur son téléphone et reviendra peut-être vous voir en courant et ce ne sera pas pour vous souhaiter une bonne année !!!  
Même si dans les faits certains auront tendance à penser que débrancher une hybride-branchable pour y brancher leur 100% électrique semble « correct » puisque c’est plus prioritaire pour eux, cela demeure un geste très impoli qui risque de ne pas être apprécié par le propriétaire de l’hybride-branchable.   Il a le droit autant que vous de faire sa recharge.
 
5. Chercher une autre borne à proximité.  Les bornes de recharge de niveau 2 (240 volts) sont nombreuses en région urbaine. Ainsi, il est facile d’en trouver une disponible à proximité.

Photo

Photo

Cliquez sur le protocole de courtoisie pour le télécharger

Photo


​Rien de plus triste que de voir que de voir une voiture à essence bloquer une borne de recharge me direz-vous ?  Et bien oui, il y a plus triste encore…. Un propriétaire de voiture électrique qui bloque indûment l’accès à une borne de recharge !   Ça, c’est encore plus triste!   De plus en plus de cas nous sont rapportés.   Dans la quasi totalité, le fautif est un autre électromobiliste qui utilise mal les espaces de recharge.   La courtoisie , ce n’est plus une option avec le nombre grandissant de voitures électriques sur les routes et avec les besoins de recharge qui sont grandissants.   Voici donc un rappel amical , afin de s’assurer que tous tirent le meilleur parti de leur expérience en VÉ !

 J’arrive à une borne publique …. Je me stationne dans l’espace réservé.

  1. La SEULE ET UNIQUE RAISON pour laquelle vous devez vous stationner là, c’est pour vous recharger.   Pas de recharge, pas de stationnement dans un espace réservé pour la recharge.   Non-négociable, un point c’est tout !    Ces espaces ne sont pas des stationnements VIP pour véhicules électriques, ce sont des points utilitaires qui permettent quotidiennement à des gens de pouvoir se recharger et poursuivre leurs déplacements.   
  2. Vous vous branchez à une borne niveau 2 – 240 Volts.   Les recharges peuvent être assez longues.  Il est donc normal de se brancher et de vaquer à d’autres occupations.   L’idéal demeure d’indiquer dans votre pare-brise, à l’aide du « Protocole de  Courtoisie » , l’heure à laquelle un autre électromobiliste qui se stationne à coté de vous pourrait vous débrancher et se brancher.  Il est encore mieux de laisser notre numéro de cellulaire.  Évidemment , prenez soin de ne pas utiliser la fonction pour verrouiller le pistolet à votre voiture, ou encore utilisez le mode de déverrouillage automatique.

  La SEULE ET  UNIQUE RAISON pour laquelle vous devez vous stationner là, c’est pour vous recharger.   Pas de recharge, pas de stationnement dans un espace réservé pour la recharge.   Non-négociable, un point c’est tout !    

Photo

3.  Vous vous branchez à une borne rapide (BRCC).   Sachez que vous serez facturé tout le temps que le pistolet sera branché à votre voiture.  Sachez aussi que les BRCC ne sont généralement guère efficaces en haut de 85% de charge (cela varie d’une model de voiture à l’autre), puisque la vitesse de recharge diminue drastiquement passé ce niveau. Donc vous devriez laisser la place à un autre rendu à 80-85% , à moins que le surplus vous soit nécessaire pour vous rendre à destination.    Avec l’application du Circuit électrique vous pouvez être avisé automatiquement lorsque le niveau de charge voulu est atteint

Pour toutes ces raisons, il est fortement recommandé de demeurer à proximité du véhicule pendant la recharge rapide ou alors, d’utiliser le protocole de courtoisie afin que l’on puisse nous rejoindre.     Il faut savoir que les BRCC, en plus d’être en nombre plus restreint,  sont principalement utilisées pour des recharges lors de plus longs déplacements.   De ce fait, il pourrait y avoir quelqu’un dont la poursuite de son trajet dépende de la recharge et voudra se brancher « tout de suite », après la fin de votre recharge rapide.   Ne restez pas loin, et si vous devez vous éloigner, DE GRÂCE, utilisez le « Protocole de  Courtoisie » en indiquant clairement un numéro de téléphone pour vous rejoindre.   Une BRCC n’est pas prévue pour que l’on s’y branche et que l’on s’éloigne de la voiture pour une longue période de temps sans indiquer comment nous rejoindre.

Photo

​4. Vous vous branchez à une borne de recharge disponible à votre travail.    Grâce au programme branché au travail du gouvernement, de plus en plus d’entreprises installent une ou des bornes sur les lieux de travail.   Si vous êtes chanceux, vous êtes le seul VÉ de la place, donc la borne est toujours libre pour vous.   Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas et avec le nombre grandissant d’électromobilistes, les chances sont grandes qu’à court ou moyen terme, il y aura plus de VÉ dans le stationnement que de bornes.   Encore là, il y a des règles de civisme qui s’imposent :

  1. Si vous demeurez à 20 km du travail , il serait peut-être préférable de laisser la borne à quelqu’un qui dépend vraiment de la recharge pour retourner à la maison.
  2. Si vous vous branchez de façon constante, il pourrait être de bon usage de faire l’un ou l’autre des scénarios suivants :   A) convenez avec un autre électromobiliste de l’heure à laquelle il peut vous débrancher pour se brancher (dans le cas où vous arrivez avant lui le matin)    B) Une fois votre recharge terminée, allez vous débrancher et vous stationner ailleurs pour libérer l’accès à la borne
  3. Si vous vous branchez de façon sporadique, informez les utilisateurs réguliers de façon à obtenir une fenêtre de recharge durant la journée de façon à vous charger sans nuire aux autres.
  4. Dans tous les cas la même règle s’applique…   On n’utilise pas l’espace réservée si on ne se charge pas, et une fois la charge complétée, on se déplace pour laisser la place aux autres.  

Au travail,  les meilleurs résultats sont toujours obtenus lorsque les usagers réguliers se consultent et conviennent d’un horaire et d’une façon de faire.  Tout le monde en ressort gagnant.


Photoimprimer le billet et le conserver dans votre voiture. A mettre dans le pare-brise des contrevenants !

Lorsque nous sommes aux prises avec un véhicule qui ne respecte pas les règles (qu’il soit à essence ou électrique), il est possible de lui laisser amicalement un petit billet de courtoisie afin de sensibiliser le conducteur aux impacts de son geste (qui parfois est tout à fait non-conscient).    Vous pouvez utiliser les billets suggérés par l’AVÉQ .

Ah oui, un point à ne pas oublier.  Lorsqu’il n’y a pas de mécanisme de rappel automatique, veuillez ramasser le câble et le rouler correctement sur la borne.   Le prochain utilisateur appréciera ne pas avoir à ramasser par terre, et on évite ainsi des bris inutiles.

En conclusion, pensez-y… Laisseriez-vous votre ancienne voiture à essence stationnée devant une pompe , pour aller faire des emplettes pendant 3 heures ?    La logique est la même et l’utilisation du terme « stationnement réservé » nous laisse croire à tort que ces espaces sont prévus pour y laisser une voiture à long terme… Ce ne sont pas des stationnements, ce sont des espaces de recharge dans lesquels on peut y laisser notre voiture le temps d’utilisation de la borne.   En le voyant ainsi, ces petits différents entre électromobilistes pourraient être choses du passé, nous n’aurions que les véhicules à essence à surveiller !  L‘AVÉQ rappelle que la courtoisie est toujours de mise 100% du temps.  Il ne faut pas oublier que nous en sommes encore au début d’un grand changement qui s’installe tranquillement, avec une offre d’infrastructure en constante évolution.

Contribution : Martin Archambault


billet_de_courtoisie_-_aveq.pdf
File Size:192 kb
File Type:pdf

Télécharger le fichier


courtesy_ticket_-_aveq.pdf
File Size:97 kb
File Type:pdf

Télécharger le fichier


Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Vendredi dernier, Fisker Inc. a signé un protocole d’entente avec la société canadienne Magna International une entreprise canadienne spécialisée dans l’équipement automobile et sous-traitant pour de nombreux manufacturiers pour la construction de son VUS électrique Ocean à Graz, en Autriche. 

Fisker a ensuite confirmé à Reuters qu’il s’attend à signer un accord définitif «dans les prochains mois», permettant à Magna Steyr de produire le Fisker Ocean dès le quatrième trimestre 2022.​

Plateforme VW MEB

Il y a à peine une semaine, Fisker rapportait via un document de travail que les négociations avec Volkswagen pour l’utilisation de sa plate-forme MEB destinée à des millions de véhicules électriques abordables étaient interrompues.

Magna Steyr produit déjà l’I-Pace dans cette usine pour Jaguar Land Rover et prévoit des améliorations significatives pour 2021. L’I-Pace utilise des batteries LG Chem, alors que Fisker avait également déclaré qu’il prévoyait utiliser ces mêmes batteries pour l’Ocean.
Démonstrateur de technologie Magna e4 (Jaguar I-Pace)

Magna International possède ses propres compétences en matière de véhicules électriques, et plus tôt cette année, elle  a démontré qu’elle pouvait augmenter l’autonomie et la capacité dynamique de l’I-Pace en conservant la même batterie, mais en repensant essentiellement l’ensemble du système de propulsion.

Magna a confirmé le protocole d’entente à Green Car Reports, mais a refusé d’ajouter d’autres commentaires. Pendant ce temps, Fisker a déclaré à Reuters que la situation avec Volkswagen n’avait pas changé depuis vendredi et qu’elle évaluait également d’autres options de fabrication pour les États-Unis et la Chine.

Y a-t-il un lien avec toutes ces négociations? Selon Fisker, il n’y a aucun lien avec l’I-Pace autre que le partenariat de production potentiel. « Ce serait un accord direct entre Fisker et Magna et cette entente n’a rien à voir avec aucun autres clients de Magna », a déclaré Simon Sproule, vice-président des communications de Fisker à Green Car Reports.

Fisker prévoit son entrée en bourse grâce à une fusion avec le groupe Spartan Energy Acquisition Corp., une société dite «Chèque en Blanc» qui permettrait potentiellement au constructeur automobile d’être présent plus rapidement sur le NASDAQ.

Green Car Reports

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!