Des reportages intéressants et des informations pertinentes de la semaine pour nos électromobilistes.
Vers une nouvelle révolution en Mauricie et au Centre-du-Québec
CHRONIQUE / Si on prête une oreille facile aux économistes et autres prévisionnistes, il ne ferait à peu près plus de doute qu’on se dirige sur le plan mondial vers une période de perturbations économiques… et certains diront que c’est déjà pas mal commencé.
Jean-Marc Beaudoin

Le Nouvelliste
La pénurie de véhicules perdurera au moins un an
La pénurie de véhicules Communauto devrait persister au moins jusqu’à la fin de 2023, en raison des délais importants de livraison chez les constructeurs automobiles. D’ici là, l’entreprise d’autopartage espère pouvoir poursuivre sa croissance, mais appelle la Ville à accélérer l’attribution de stationnements publics afin de déployer plus de véhicules en station pour les usagers.
Henri-Ouellette Vézina

La Presse

Lion Electric souligne la signature d’un protocole d’entente mondial visant à accélérer l’adoption de véhicules moyens et lourds à zéro émission
JOLIET, ILL., le 18 nov. 2022 /CNW/ – La Compagnie Lion Électrique (NYSE: LEV) (TSX: LEV) (« Lion » ou la « Société »), l’un des principaux fabricants de véhicules moyens et lourds entièrement électriques, a souligné aujourd’hui la signature d’un protocole d’entente mondial par l’administration Biden lors de la Conférence de Charm el-Cheikh de 2022 sur les changements climatiques (COP 27), tenue en Égypte. Ce protocole vise à soutenir l’électrification complète des ventes en faveur des véhicules moyens et lourds à zéro émission (VMLZE) à l’horizon 2040.

CISION

Un F-150 qui réduit les GES
(Joliette) Pour éviter que les gros rebuts dont les citoyens veulent se débarrasser finissent au dépotoir, la MRC de Joliette leur prête une camionnette électrique. Ils peuvent ainsi les apporter à son écocentre, où les deux tiers des matières reçues sont revalorisées.
Ariane KroL

La Presse

Lion Électrique conclut un contrat d’approvisionnement pluriannuel avec un fournisseur de premier plan, pour des cellules destinées à la fabrication de batteries pour véhicules électriques
MONTRÉAL, le 22 nov. 2022 /CNW Telbec/ – La Compagnie Électrique Lion (NYSE : LEV) (TSX : LEV) (« Lion » ou la « Société »), fabricant de premier plan de véhicules urbains de poids moyen et lourd 100 % électriques, a annoncé aujourd’hui avoir conclu un contrat d’approvisionnement d’une durée de quatre ans avec un fournisseur de premier plan (le « fournisseur ») pour l’approvisionnement de cellules lithium‑ion (le « contrat d’approvisionnement de cellules ») qui seront utilisées dans le cadre de la fabrication de batteries destinées aux véhicules électriques.

CISION

Le Canada désormais au deuxième rang
Le ministre fédéral de l’Innovation, François-Philippe Champagne, vante à nouveau cette semaine les prouesses du Canada en matière de chaîne d’approvisionnement en batteries en Asie, mais cette fois, il a une nouvelle vantardise dans sa poche arrière.
Mia Rabson

La Presse

Nemaska Lithium : une journée concluante pour son insertion sociale
Nemaska Lithium a tenu lundi une journée de rencontres et d’échanges avec le milieu socio-économique régional à l’Auberge Godefroy de Bécancour. En présence de la mairesse de Bécancour, Lucie Allard, et des députés Marie-Louise Tardif et Donald Martel, cet important événement a permis de réunir plus de 70 acteurs socio-économiques du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

La Nouvelle Union

Batterie électrique: Hydro-Québec a signé une entente de 8 M$ US avec l’armée américaine
Hydro-Québec a allongé des millions de dollars durant plusieurs années pour développer deux brevets de matériaux de cathodes clés en collaboration avec un laboratoire de recherche de l’armée américaine.
Francis Halin

Journal de Québec

Un terminal de conteneurs électrifié envisageable sur la Rive-Sud de Québec
La falaise de 60 mètres donnant accès au fleuve Saint-Laurent depuis les terrains du défunt projet de terminal méthanier Rabaska, sur la Rive-Sud de Québec, est non seulement surmontable, mais elle pourrait même être mise à profit pour déplacer des conteneurs de marchandises sans émettre de gaz à effet de serre.
David Rémillard

ICI Radio-Canada

Retour de la Fiat 500 en version tout électrique début 2024 : une bien bonne nouvelle pour moi!
Fiat affirme qu’entre l’ancienne et la nouvelle 500, tout a été repensé de A à Z (96 % des pièces sont entièrement nouvelles à commencer par la plateforme expressément conçue pour une motorisation électrique). La Fiat 500e n’existe donc pas en version à essence. Le seul modèle à essence qui reste est basé sur l’ancien modèle. Tout le monde veut la nouvelle 500 électrique. C’est un gros succès là-bas ! De trimestre en trimestre, elle est toujours dans le top 5 des meilleurs vendeurs de voitures électriques, pas loin derrière Tesla. Et la cerise sur le sundae ? Tout le monde dit qu’elle est super fiable, que ça n’a rien à voir avec les anciennes 500 à essence.
Daniel Jasmin

Roulez électrique

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Un nouveau rapport d’une équipe du Laboratoire national d’Argonne examine l’évolution des caractéristiques des véhicules électriques rechargeables légers (PEV) de 2010 à 2021, en évaluant l’autonomie, l’efficacité énergétique, les coûts et les performances.
​Le rapport estime les kilomètres parcourus, la consommation d’électricité, la réduction du pétrole et les émissions de gaz à effet de serre attribuables aux véhicules électriques. Le rapport explore également la fabrication des véhicules et la production de batteries, en tenant compte des chaînes d’approvisionnement allant des cellules de batterie à l’assemblage.
 
Plus de 2,1 millions de VÉ ont été vendus aux États-Unis jusqu’en décembre 2021, dont 1,3 million de ces véhicules électriques (BEV) tout électriques et 800 000 véhicules électriques hybrides rechargeables (PHEV) qui peuvent utiliser de l’essence. 
Ventes annuelles de VÉ aux États-Unis par année. De 2011 à 2021, les ventes annuelles de VÉ sont passées d’environ 18 000 à plus de 630 000, ce qui équivaut à un taux de croissance annuel moyen de 43 %. Gohlke et al.
Part des ventes de VÉ aux États-Unis par fabricant, 2011-2021. Gohlke et al.
 
La moyenne pondérée d’autonomie pour les BEV a atteint 450 km en 2021 et 45 km pour les PHEV. Les auteurs estiment que les véhicules électriques ont parcouru 109 milliards de kilomètres depuis 2010, réduisant ainsi la consommation nationale d’essence de 0,54 % en 2021 et de 9,46 milliards de litres cumulés jusqu’en 2021.
 
En 2021, les VÉ ont utilisé 6,1 térawattheures d’électricité pour parcourir 30,7 milliards de kilomètres, compensant 2649 millions de litres d’essence. Les auteurs constatent que ce manque de carburant a réduit les coûts de carburant des consommateurs de 1,3 milliard $ USD (1,74 milliard $ CAD) en 2021.
Proportion des principales mesures nationales attribuables aux VEP aux États-Unis par année, 2010-2021. Gohlke et al.
 
Depuis 2010, 65 % des VÉ vendus aux États-Unis ont été assemblés dans le pays et plus de 110 gigawattheures de batteries lithium-ion ont été installées dans des véhicules à ce jour.
Diagramme de flux de Sankey montrant le lieu de fabrication des cellules, des batteries et des véhicules pour les PEV vendus aux États-Unis de 2010 à 2021 (GWh). Gohlke et al.
 
Ressources : Gohlke, David, Zhou, Yan, Wu, Xinyi et Courtney, Calista. (2022) « Évaluation des véhicules électriques rechargeables légers aux États-Unis, 2010 – 2021. »

Green Car Congress

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Selon une mise à jour du plan d’affaires à moyen terme du constructeur automobile, Mazda vise désormais à ce que les véhicules électriques représentent jusqu’à 40 % de ses ventes mondiales d’ici 2030 et prévoit entretemps introduire un nouveau modèle hybride.
 
« Nous estimons que le ratio de VÉ de Mazda dans les ventes mondiales devrait atteindre une fourchette comprise entre 25% et 40% à partir de 2030« , indique un communiqué de presse de la société. Mazda a déclaré en 2021 qu’elle s’attendait à ce que les véhicules électriques représentent 25 % de ses ventes mondiales d’ici la fin de la décennie, ils seront construits sur une plateforme de VÉ évolutive qui devrait arriver vers 2025, appelée, le Skyactiv EV.
Mazda MX-30 2022
 
Mazda avait précédemment déclaré qu’elle souhaitait que toute sa gamme de véhicules ait un certain pourcentage d’électrification d’ici 2030. Elle a réitéré cet objectif dans sa dernière annonce, ajoutant qu’un nouveau modèle hybride est en cours de développement. Le constructeur automobile n’a fourni aucun détail technique, mais a déclaré que ce modèle hybride serait disponible avant le lancement de production de véhicules tout électriques et que d’éventuels investissements seraient disponibles pour la production de batteries afin de soutenir le programme.
 
Mazda a récemment déployé des hybrides en Europe, bien qu’elle ait utilisé la technologie de Toyota. Mais le constructeur automobile a dernièrement annoncé une série d’accords avec des fournisseurs pour développer et fabriquer des unités d’entraînement électriques, incluant un moteur, un onduleur et un réducteur de vitesses, qui indiquent le désir d’inclure cette technologie à l’interne.
Mazda MX-30 2022
 
Basé sur les ventes mondiales, l’objectif de 40 % de véhicules électriques de Mazda s’aligne sur la politique de l’administration Biden pour les États-Unis, bien que le plan de l’administration pour les véhicules électriques prévoit que l’objectif est d’atteindre 50 % de véhicules électriques d’ici 2030.
 
Mazda n’a pas de base solide sur laquelle s’appuyer pour les ventes de véhicules électriques aux États-Unis. Son premier véhicule de recharge américain, le Mazda MX-30, a une autonomie de 160 km selon l’EPA, bien que l’on préconise pour bientôt une version avec une plus grande autonomie. Jusqu’à récemment, Mazda cherchait à mettre l’accent sur le diesel aux États-Unis plutôt que sur les hybrides et les véhicules tout électriques.

Stephen Edelstein

Green Car Reports

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Le Cybertruck se rapproche de la mise en production, et en tant que premier nouveau modèle du constructeur automobile en trois ans, l’entreprise en a grandement besoin pour se relancer.
 
Mais la camionnette électrique peut-elle être à la hauteur du battage médiatique d’Elon Musk et des 1,5 million de précommandes ?
 
Musk a présenté le Cybertruck non seulement comme le meilleur véhicule de Tesla à ce jour, mais peut-être comme le meilleur produit de tous les temps.
 
Le PDG est connu pour son utilisation de l’hyperbole, mais il a une certaine crédibilité en ce qui concerne les véhicules de Tesla puisque chaque modèle a relevé la barre d’une manière ou d’une autre dans l’industrie automobile.
 
Alors que le lancement du véhicule en 2019 n’a pas été sans problème ni critique, avec l’échec de la fenêtre incassable et la conception polarisante du camion, le battage médiatique autour de lui a cependant été assez réussi.
 
Musk avait par la suite annoncé que Tesla avait reçu plus de 250 000 réservations pour le Cybertruck dans la semaine suivant le dévoilement du véhicule.
 
Généralement, Tesla reçoit beaucoup de réservations tôt après un dévoilement, puis cela diminue, mais ce ne fut pas le cas avec le Cybertruck.
 
Même tout au long de la pandémie, des sources nous ont informé que plusieurs boutiques Tesla recevaient des centaines de réservations Cybertruck par semaine, et les précommandes Cybertruck ont ​​même contribué à stimuler les ventes.
 
En 2021, un décompte des réservations Cybertruck « crowdsourcing »* validait les précommandes à plus d’un million d’unités.
 
Maintenant en 2022, le même décompte place les réservations de Tesla Cybertruck à plus de 1,5 million d’unités.
 
On parle d’une demande sans précédent, mais, Tesla ne demande qu’un dépôt remboursable de 100 $ par réservation, ce qui n’est pas la plus forte manifestation d’intérêt. Mais même si le taux réel de commandes pourrait être relativement faible, il s’agit quand même d’une demande extrêmement forte.
 
Dernièrement, plusieurs mouvements de Tesla démontrant des progrès dans la mise en production de la camionnette électrique à la Gigafactory du Texas semblent se confirmer. La société affirme qu’elle pourrait démarrer la production en juin 2023.
 
La production Tesla Cybertruck sera-t-elle à la hauteur de ce battage médiatique?
 
Selon Electrek

Il semblerait que ce soit positif. Peu importe ce que vous pensez d’Elon Musk ou de Tesla en tant qu’entreprise, les programmes de véhicules du constructeur automobile n’ont jamais déçu.
 
Son dernier né, le Model Y, est en passe de devenir la voiture la plus vendue au monde.
 
Si Tesla livrait le Cybertruck au prix et selon les spécifications annoncées en 2019, il pourrait potentiellement battre le modèle Y.

Cependant, il est fort probable que cela soit difficile dans la situation actuelle. Tesla pourrait s’en tenir à des spécifications à peu près similaires, mais le coût du véhicule devrait augmenter de 10 à 20 % en raison de l’inflation au cours des trois dernières années.
 
Il se pourrait donc que la fourchette de prix du Cybertruck se situe entre 50 000 $ à 90 000 $ USD, et Tesla, comme toujours livrera initialement des versions haut de gamme.
 
Même avec un prix plus élevé, le programme devrait avoir beaucoup de succès tant que les spécifications seront similaires. Il faut reconnaitre l’attrait brutal de la carrosserie en acier inoxydable, sans peinture du pickup. Combiné à son utilisation potentielle, beaucoup de gens verront le Cybertruck comme une option fort intéressante.
 
Tesla y met tous ses meilleurs collaborateurs, y compris David Zhang, responsable du Model S et du Model X de Tesla. Zhang a également dirigé le développement du Model Y pendant un an ainsi que pour le Cybertruck jusqu’à sa conception et à son passage au mode production.
 
En ce qui concerne les véhicules existants, en général, les consommateurs ont été ravis des Tesla, et le Cybertruck devrait répondre aux mêmes attentes.

* Crowdsourcing: Le « crowdsourcing », externalisation ouverte ou production participative, un des domaines émergents de la gestion des connaissances, consiste en l’utilisation de la créativité, de l’intelligence et du savoir-faire d’un grand nombre de personnes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur.

Fred Lambert

Electrek

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Price Waterhouse Coopers Strategy (PwC) prédit que les camions zéro émission seront plus performants que les camions à combustion dans une dizaine d’années. Le rapport sur : L’aube du camionnage électrique vers la décarbonisation des véhicules utilitaires prévoit que d’ici 2030, les véhicules zéro émission ou à pile à combustible représenteront un tiers de tous les camions en Europe, en Amérique du Nord et en Chine, et 70 % d’ici 2035.
 
Selon Price Waterhouse, deux facteurs principaux sont à l’origine de la décarbonisation du camionnage : des exigences réglementaires de plus en plus strictes et la baisse du coût total de possession (CTP) pour les véhicules zéro émission.
 
Les camions électriques commenceront à être plus économiquement intéressants que toute autre technologie dès 2025 et devraient représenter un coût inférieur de 30 % par rapport aux véhicules à combustion interne en 2030.
 
La transition vers les camions électriques dépendra du déploiement rapide d’infrastructures de recharge. Price Waterhouse estime que l’Europe devra investir jusqu’à 36 milliards d’euros d’ici 2035 pour développer son réseau de bornes de recharge et de stations de remplissage d’hydrogène.
 
« La transformation s’accélère actuellement à une vitesse fulgurante », a déclaré le co-auteur de l’étude, Jörn Neuhausen, au magazine allemand Wirtschaftswoche . Il note que l’UE prévoit offrir aux camions électriques des frais d’utilisation réduits à partir de mai 2023. « Les entreprises de logistique pourront ainsi économiser jusqu’à 25 000 euros par camion annuellement. »
 
Bien sûr, ce qu’une société de recherche financière considère comme une vitesse de croissance rapide pourrait être considéré comme un rythme trop lent par les défenseurs des véhicules électriques. Une fois que les camions électriques offriront un coût total de possession inférieur à celui des diesel, et certains affirment que c’est déjà le cas pour certaines catégories de véhicules, les propriétaires de flottes ne devront-ils pas passer rapidement à l’électricité pour demeurer compétitifs ? D’autre part, le rythme d’un tel changement majeur pour le système de transport mondial dépendra d’une foule de facteurs imprévisibles, notamment la vitesse d’accélération de la production, la disponibilité des matières premières et les impacts politiques sur les combustibles fossiles. Laissons à d’autres la possibilité d’imaginer le futur, mais il faut noter que certains spécialistes ont révisé à la hausse leurs estimations du rythme d’adoption des véhicules électriques, à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Source : PwC via Elective

Image : Mercedes-Benz

Charles Morris

ChargedEVs

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Pour que l’adoption massive réussisse, les véhicules électriques devront se vendre à des prix comparables à ceux des voitures à combustion interne tout en générant des bénéfices pour leurs fabricants. Malgré les récents problèmes d’approvisionnement qui ont provoqué une baisse de l’accessibilité des batteries, General Motors et Volvo prédisent maintenant que cela se produira d’ici le milieu de la décennie.
 
Dans une entrevue accordée à l’Automotive News Europe lors du récent dévoilement du VUS électrique EX90, le PDG de Volvo Cars, Jim Rowan, a déclaré qu’il s’attendait à atteindre la parité des prix avec les voitures à combustion interne vers 2025.
 
Rowan s’attend à ce que les améliorations technologiques permettent une plus grande autonomie sans augmenter la taille des batteries, ce qui entraînera des économies de coûts. Et bien que Volvo n’ait pas confirmé si l’EX90 sera admissible au crédit d’impôt fédéral de 7 500 $ pour les véhicules électriques en vertu de la loi révisée sur la réduction de l’inflation (IRA), Rowan a déclaré que les prochains plus petits véhicules électriques de Volvo le seront fort probablement.
Chevrolet Equinox électrique 2024
 
Pour sa part, GM s’attend à ce que les bénéfices des véhicules électriques correspondent aux véhicules à combustion interne d’ici 2025, des années avant la date prévue, a déclaré la PDG Mary Barra à CNBC et à d’autres médias lors de la journée des investisseurs du constructeur automobile jeudi dernier.
 
L’IRA* a également été un facteur majeur pour cette prédiction optimiste. Les incitatifs anticipés augmenteront les marges bénéficiaires des futurs véhicules électriques, a déclaré le directeur financier Paul Jacobson à CNBC, ajoutant que GM s’attend à être parmi les premiers, sinon le premier à se qualifier pour le crédit complet de 7 500 $ dans le cadre du programme de l’IRA, ce qui ajoute de nouvelles exigences pour la batterie, l’approvisionnement en matériaux et l’assemblage domestique pour les véhicules électriques éligibles.
 
GM et Volvo pensent que l’IRA finira par constituer une plus grande rentabilité pour les véhicules électriques, mais dans l’intervalle, l’IRA a rendu certains véhicules électriques plus dispendieux, suite à un crédit d’impôt remanié pour les véhicules électriques qui réduit considérablement le nombre de véhicules éligibles.
Cliquez ici pour modifier.
Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Sony Honda Mobility, la coentreprise de véhicules électriques, a d’énormes plans pour devenir concurrentiel sur le marché en pleine croissance des véhicules électriques. Bien que la coentreprise n’ait pas encore de modèle de véhicule électrique à montrer, les partenaires recherchent déjà des moyens de défier les principaux fabricants de véhicules électriques comme Tesla en se centrant sur le divertissement, pour lequel Sony détient une immense expertise.
 
Sony travaille son concept de Vision S EV depuis plusieurs années déjà alors qu’elle s’approche d’un lancement commercial. La société de technologie est convaincue de posséder des modes de divertissement et de logiciels de qualité supérieurs pouvant fournir la technologie lui permettant de développer efficacement la conduite autonome.
 
Pendant ce temps, le directeur financier de Sony a déclaré que la société : « ne fabriquerait pas de batteries ou de véhicules à l’interne ». IIs souhaitent plutôt se concentrer sur le développement d’un partenariat avec un constructeur automobile existant.
 
En juin, Sony et Honda ont structuré une coentreprise dans le but de créer une nouvelle société de véhicules électriques appelée Sony Honda Mobility.
 
Bien que Honda soit relativement en retard sur le marché des véhicules électriques, le constructeur automobile a récemment intensifié ses efforts. En octobre, Honda a dévoilé son premier VUS électrique grand public, le Prologue, qui devrait faire ses débuts aux États-Unis en 2024, un véhicule construit sur la plateforme Ultium de GM.
 
La nouvelle coentreprise Sony Honda Mobility prévoit lancer son premier véhicule électrique en 2025, et bien qu’elle n’ait pas de stratégie d’entreprise, la société cherche déjà des moyens d’utiliser ses atouts afin de rivaliser avec les meilleurs
Sony Honda Mobility EV inclura des options de divertissement de premier plan comme la PS5

Dans une nouvelle entrevue avec le Financial Times, les dirigeants de Sony Honda Mobility ont expliqué comment la coentreprise pourrait tirer parti de la puissante technologie de Sony pour défier les concurrents des véhicules électriques tels que Tesla.
 
Izumi Kawanishi, vice-président principal de l’activité robotique IA de Sony et directeur de l’exploitation de la nouvelle entreprise commerciale, explique comment l’ajout de contenu et de services de divertissement au véhicule électrique peut les aider à rester compétitifs, en déclarant : « Sony propose des contenus, des services et des technologies de divertissement qui passionnent les gens. Si nous adaptons ces atouts à la mobilité, ce sera notre force face à Tesla. Il ajoute: « que Tesla ne fournit aucun contenu et que l’inclusion d’une PlayStation 5 dans le Sony Honda Mobility EV est technologiquement possible. »
 
Les dirigeants de la coentreprise nouvellement créée insistent sur le fait que les véhicules électriques de l’entreprise seront axés sur le divertissement, comme l’explique le nouveau PDG, Yasuhide Mizuno : « Nous voulons développer une voiture qui offrira du divertissement et un réseau qui profiteront aux utilisateurs. »
 
Selon Electrek
Il n’est pas surprenant de voir Sony tirer parti de son divertissement et de son contenu pour améliorer l’expérience de conduite. Cependant, la capacité de conduite autonome devra être incluse pour vraiment profiter du divertissement offert.
 
Dans cette optique, Kawanishi ajoute : Pour profiter de votre voiture, vous devez en faire un espace où vous n’avez pas besoin de conduire. La solution est la conduite autonome. La conduite autonome devra évoluer considérablement par rapport au niveau actuel pour en arriver là, et il faudra du temps pour que cela se produise.
 
L’ajout d’options de divertissement par Sony Honda Mobility est un moyen d’obtenir un avantage concurrentiel sur le marché des véhicules électriques. Néanmoins, pour qu’elle soit utilisée efficacement, la technologie aura probablement besoin de plus de temps pour se développer.
 
Même si vous pouvez jouer à vos jeux vidéo préférés, si la voiture n’est pas autonome, elle ne sera utile que pour les passagers ou lorsque le VÉ est stationné.

Peter Johnson

Electrek

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Le programme de certification intensive de 175 heures prépare les techniciens de véhicules à obtenir les connaissances dont ils ont besoin pour réparer et entretenir les véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Un programme de formation à la réparation et à l’entretien des véhicules électriques et hybrides rechargeables fondé au Québec est en cours de déploiement dans deux nouvelles provinces avec le soutien du fournisseur de pièces et de réparations automobiles National Automotive Parts Association (NAPA) Canada.
 
Le Conseil provincial du Comité paritaire de l’industrie des services automobiles (CPCPA), un organisme qui élabore et met en œuvre des normes de qualification et de formation dans le secteur de la réparation et de l’entretien automobile, a créé le programme de réparation et d’entretien EV Skills au Québec en 2019.
 
NAPA Canada reconnait ce programme, qui a déjà été suivi par près de 400 mécaniciens automobiles au Québec, et le lance en Ontario et en Colombie-Britannique.
 
« Nous sommes très fiers de nous associer à NAPA et de contribuer au déploiement d’un programme national de formation à l’entretien des véhicules électriques qui a été développé ici même au Québec et qui est déjà reconnu comme une référence dans l’industrie », a déclaré dans un communiqué de presse, Charles Gagnon, directeur général du CPCPA.
 
Manufacturiers, sans distinction de véhicules
 Le programme a été développé selon des normes très élevées pour répondre aux besoins actuels et futurs de l’industrie. Il n’est lié à aucun constructeur automobile en particulier et est mis à jour régulièrement pour suivre les derniers développements technologiques. Aucun autre programme n’offre 175 heures de formation et le soutien d’un réseau de maîtres formateurs de VÉ certifiés. 
 
Dès cet automne, le programme sera offert à tous les ateliers membres NAPA AUTOPRO et AutoCare en Ontario, dans le cadre du programme de certification NexDrive de NAPA Canada. Le programme sera également déployé en Colombie-Britannique au début de 2023.
 
« Ce programme a vraiment motivé nos membres qui avaient besoin d’une solution pour combler le manque de connaissances de leurs techniciens actuels, les recycler et les rééquiper pour l’avenir« , déclare Martyn Johns, directeur national du programme NexDrive chez NAPA AUTOPRO, dans un entrevue avec Electric Autonomy Canada. « En tant qu’organisation, nous avons tout intérêt à comprendre les attentes de nos clients, ce qu’ils achètent et comment nous allons pouvoir réparer et entretenir leurs véhicules à l’avenir. »
 
Combler un manque de connaissances
Lorsque NAPA a commencé à rechercher le meilleur programme de formation des compétences pour la réparation et l’entretien des VÉ, il est devenu évident qu’il y avait un manque de connaissances au Canada qui devait être comblé.
 
« Nous avons besoin d’un niveau de formation de base constant qui peut aider aussi bien un nouvel apprenti technicien qu’un compagnon de 20 ans », explique Johns. « Ils doivent être capables de comprendre en toute sécurité et mécaniquement le fonctionnement des véhicules. »
 
Le programme CPCPA est une certification intensive de 22 jours et 175 heures couvrant des sujets sur la maintenance et les outils de diagnostic des véhicules électriques et hybrides rechargeables, ainsi que les bases des courants et de la tension électriques.
 
Avant de commencer le programme, les techniciens doivent passer un test de pré-évaluation pour déterminer leur niveau de familiarisation avec les VÉ. En fonction des résultats de leur évaluation, ils sont placés dans des classes d’expertise allant du niveau un au niveau cinq.
 
« Les techniciens qui passent souvent ces évaluations comptent parmi les meilleurs techniciens en diagnostic ou en mécanique de l’industrie dans les ateliers de réparation au Canada », explique Johns. « Nous avons constaté qu’environ les deux tiers des personnes qui suivent cette formation ont commencé au niveau un et environ 10 % ont déjà dépassé le niveau trois. »
 
Soutenir le droit à la réparation
Pour de nombreux techniciens et mécaniciens indépendants, l’accès aux informations sur la réparation et les pièces des véhicules électriques est limité. Les constructeurs automobiles peuvent choisir s’ils souhaitent ou non partager les données de diagnostic de leurs véhicules et les informations sur l’entretien et les réparations avec les ateliers de réparation.
 
Il en est de même pour les constructeurs de véhicules à moteur thermique. Mais la différence, selon l’Association des industries de l’automobile (AIA) du Canada est qu’aujourd’hui, les véhicules électriques sont reliés numériquement au FEO*, ce qui signifie qu’en cas de problème, l’information concernant le problème est envoyée au fabricant alors que l’atelier de réparation local n’y a pas accès.
 
Dans de nombreux cas, les fabricants de véhicules électriques tels que Tesla choisissent de ne pas partager les données des véhicules et les informations sur l’entretien en dehors de l’organisation.
 
Actuellement, il y a un mouvement dans l’industrie automobile vers l’établissement d’une législation sur le droit à la réparation qui obligera les fabricants à partager l’entretien de leurs véhicules. En février de cette année, le projet de loi d’initiative parlementaire sur le droit de réparer les véhicules automobiles a été présenté au Parlement et est actuellement examiné par le Comité permanent de l’industrie et de la technologie. Plus tôt ce mois-ci, l’AIA a comparu devant le Comité permanent de l’industrie et de la technologie pour demander des modifications au projet de loi sur les droits d’auteurs, afin de permettre aux consommateurs de réparer plus facilement leurs véhicules à un prix abordable.
 
Entre-temps, NAPA Canada espère que le lancement du programme national de réparation et d’entretien NexDrive EV aidera l’industrie à progresser, alors que l’on attend la décision politique.
 
« La formation est un énorme pas en avant pour l’industrie. Elle permet également à nos clients d’avoir accès à ces nouvelles compétences et surtout à la compréhension de ces compétences », déclare Johns.
 
« Le marché secondaire doit s’unir pour soutenir le droit à la réparation. Et c’est pourquoi des organisations comme la nôtre doivent continuer de démontrer notre leadership. Nous le devons à nos clients Canadiens qui achètent nos pièces et nos services.
 
*Un fabricant d’équipement d’origine ( FEO ) est généralement perçu comme une entreprise qui produit des pièces et de l’équipement qui ne sont pas destinés au marché secondaire et qui peuvent être commercialisés par un autre fabricant. Il s’agit d’un terme industriel courant reconnu et utilisé par de nombreuses organisations professionnelles telles que SAE International, ISO, et d’autres.

Mehanaz Yakub

Electric Autonomy Canada

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La compagnie Pilot (anciennement Pilot Flying J), qui exploite plus de 800 stations-service, s’investit en toute confiance dans la recharge des véhicules électriques . L’entreprise a signé une lettre d’intention avec le groupe Volvo pour développer un réseau de recharge ouvert à toutes les marques de camions électriques de classe 8.
 
Les bornes de recharge seront situées dans certains centres Pilot et Flying J à travers les États-Unis, idéalement le long des couloirs de transport et bien équipés pour servir les chauffeurs professionnels. Pilot a récemment annoncé son intention d’investir 1 milliard $ USD pour moderniser ses emplacements, permettant le développement de réseaux de recharge pour les véhicules de tourisme et les camions de classe 8. Les emplacements des bornes seront sélectionnés en fonction des besoins des clients, de la densité prévue de camions électriques et de la disponibilité de financement public pour soutenir les coûts d’infrastructure.
 « La compagnie Pilot est impatiente d’aider ses clients à atteindre leurs objectifs de développement durable en s’associant au groupe Volvo pour développer l’infrastructure et les systèmes nécessaires leur permettant d’évoluer vers un avenir plus décarboné« , a déclaré le PDG Shameek Konar. « L’expertise éprouvée du groupe Volvo dans les camions électriques, combinée à notre réseau national de centres de voyage et à notre plateforme énergétique robuste, permet de profiter de nos connaissances et de nos ressources respectives pour faire progresser l’infrastructure de recharge au pays. »
 
« Nos clients VNR Electric, ainsi que les autres flottes qui cherchent à adopter des camions électriques, pourront avoir l’esprit tranquille en sachant qu’ils peuvent accéder à un réseau de recharge fiable et robuste, accessible au public, stratégiquement situé le long des principaux corridors de transport, leur permettant d’étendre leur exploitation, leur rayon d’action et décarboner encore plus leurs itinéraires », a déclaré Peter Voorhoeve, président de Volvo Trucks North America.

Source : Compagnie Pilote

Charles Morris

ChargedEVs

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Du nouveau cette année dans la maintenant célèbre revue de fin d’année de Silence on Roule… Les auditeurs sont appelés à voter pour des prix du public et ce, dans quatre catégories.

Image

Chaque fin d’année,  Silence on Roule diffuse un épisode spécial dans lequel Martin Archambault et ses invités identifient les 10 événements les plus marquants de l’année, dans le monde fascinant des voitures électriques.

Cette année, cet épisode haut en couleur sera diffusé le 16 décembre.   Évidement, il s’agit d’un podcast, vous pouvez l’écouter quand vous voulez et les informations pour vous y abonner gratuitement sont ici.

Il y aura cependant, du nouveau cette année…  Les auditeurs sont appelés à voter pour déterminer les gagnants dans quatre catégories :

  • Nouveau VÉ de l’année
  • Borne résidentielle québécoise de l’année
  • Réseau public de l’année
  • Personnalité québécoise faisant la promotion de l’électromobilité de l’année

Pour voter, simplement visiter le site : vote2022.silenceonroule.com 
Vous devez avoir un compte google pour voter.  Un seul vote par personne accepté.

Contribuez à faire rayonner les bons coups, et à donner de la reconnaissance à ceux qui mettent l’épaule à la roue !


Rabais sur assurance pour voiture électrique!