C’est lors d’événements tels le Salon du Véhicule Électrique de St-Hyacinthe, qui s’est tenu les 2-3-4 novembre 2018 dernier, que l’on peut observer l’engouement grandissant pour les véhicules électriques. En effet c’est grâce à l’engagement sans borne … sauf électrique… des 70 bénévoles présents lors de ces 3 journées très achalandées que nous avons pu réaliser pas moins de 1060 essais routiers. 

​Lors de la première édition en 2017, nous avions atteint 800 essais et j’avais prédit qu’en 2018 nous allions dépasser les 1000 essais. Bravo aux bénévoles sans qui cela n’aurait pas été possible. Plus de 850 visiteurs ont participé à un ou plusieurs essais routiers, choisissant parmi les 41 véhicules de 21 modèles différents. Je me joins à eux pour vous dire, à vous chers bénévoles, un immense MERCI.

Voici mon pari pour l’édition 2019 : 1500 essais routiers,  plus de 100 bénévoles répartis sur les 3 jours et plus de 60 véhicules qui vont circuler dans les rues de St-Hyacinthe. C’est ensemble que nous gagnerons ce pari. Qui se joindra à moi pour une 3ème édition à succès ?

Encore une fois, l’AVEQ, la direction régionale de la Montérégie et moi même, tenons à vous remercier, bénévoles passionnés, pour votre travail remarquables.

Eric Racine, Coordonnateur des Directions Régionales – Association des Véhicules Électriques du Québec

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

L’entreprise sherbrookoise Concept Geebee annonce à Sherbrooke le premier projet pilote d’expérimentation de ses trottinettes électriques au Québec, GEEBEE sur la route, en collaboration avec la Ville de Sherbrooke et Sherbrooke Innopole.  
​Cette première s’inscrit dans la foulée de l’arrêté n°2018-18 du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du 15 août 2018, qui a rendu possible l’expérimentation des trottinettes électriques au Québec. Cette décision offre la possibilité à tout fabricant ou distributeur de trottinettes visé par l’arrêté de s’enregistrer auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) afin de mettre en œuvre sous certaines conditions spécifiques un projet pilote d’expérimentation de ce type de véhicule. Concept Geebee est ainsi autorisée par la SAAQ à circuler sur les voies publiques depuis août dernier.
 
« Nous attendions cette opportunité depuis longtemps, s’enthousiasme Sabine Le Névannau, présidente de Concept Geebee. Il fallait avant tout que le modèle de trottinette que nous fabriquons ici à Sherbrooke puisse légalement circuler sur la voie publique et les pistes cyclables au Québec afin de pouvoir commercialiser plus facilement notre technologie au Québec. Nous remercions la SAAQ d’avoir permis l’établissement d’un cadre sécuritaire autour de ce projet d’expérimentation et pour la supervision de celui-ci, ce qui permettra à terme de faire évoluer la règlementation. »

Le projet d’expérimentation a été sélectionné par Sherbrooke Innopole dans le cadre du 2e appel à projets du programme de Validation d’innovation technologique à l’essai (VITE). Ce programme d’aide à la commercialisation offre l’opportunité à des entreprises sherbrookoises de démontrer leur innovation sur le terrain en les jumelant à une organisation publique, parapublique ou institutionnelle locale. Les projets lauréats bénéficient de l’accompagnement de Sherbrooke Innopole et d’une contribution non remboursable pouvant atteindre 10 000 $.   
 
Ainsi, la Ville de Sherbrooke recevra prochainement une flotte de trois véhicules motorisés individuels électriques GEEBEE qui seront à la disposition de ses employés pour deux ans afin d’optimiser leurs déplacements professionnels dans les parcs urbains ainsi qu’au centre-ville de Sherbrooke. Dans le cadre du projet d’expérimentation, le personnel sera formé sur l’utilisation de la trottinette et sur le respect des règles de la route en lien avec ce nouveau mode de transport.
 
« L’électrification des transports est une priorité pour la Ville de Sherbrooke. C’est donc avec fierté que nous participons à ce projet pilote et que nous permettons aux trottinettes électriques de Concept Geebee de circuler dans notre ville. Nous saluons par ailleurs ce concept tout sherbrookois », souligne le maire de Sherbrooke, Steve Lussier.    
« Concept Geebee est un modèle de détermination entrepreneuriale, affirme Josée Fortin, directrice générale de Sherbrooke Innopole. Le projet d’expérimentation que l’entreprise réalisera à Sherbrooke, avec le soutien du programme VITE, lui permettra non seulement d’accélérer son parcours vers la commercialisation, mais aussi de paver la voie à l’utilisation sécuritaire, écologique et plaisante de nouveaux types de véhicules électriques sur les routes du Québec. Nous sommes fiers d’accompagner les promoteurs dans leur croissance locale et leur déploiement à l’international. »
 
« Sans aucun doute, le GEEBEE est une formidable solution de mobilité durable pour améliorer l’efficience des transports dans un contexte professionnel. Ses caractéristiques techniques exceptionnelles et sa polyvalence sont bien éloignées de l’image classique que l’on peut se faire d’une trottinette. C’est un vrai véhicule qui dispose de plus de 50 km d’autonomie et qui peut circuler jusqu’à 32 km/h. C’est d’ailleurs ce qui plait à d’autres municipalités ici au Québec. Nous travaillons avec plusieurs villes de notre réseau comme les villes de Plessisville, Varennes ou L’Assomption pour mettre en place des projets d’expérimentation dans différents contextes de mobilité des agents municipaux ou des citoyens », ajoute Benoit Balmana, directeur général du Technopôle IVÉO spécialisé en déploiement de solutions de mobilités pour les villes petites et moyennes. 
 
Dans sa lancée, Concept Geebee entame déjà son développement à l’international, notamment en Europe et aux États-Unis. En juin dernier, elle a ouvert un site d’assemblage et de maintenance, ainsi qu’un premier réseau de distribution à Nevers en France avec l’aide d’IVÉO. L’entreprise compte répliquer la même stratégie à Denver au Colorado en 2019.
 
Son modèle d’affaires cible les grandes corporations comme Hydro-Québec qui vient de faire l’acquisition d’une flotte pour promouvoir le transport urbain électrique à l’instar du Quartier de l’Innovation de Montréal. D’autres domaines sont visés comme les entreprises des secteurs de la sécurité, de l’agriculture, de l’évènementiel et du récréotourisme. Dans cette optique, l’entreprise sherbrookoise prépare actuellement une importante ronde de financement afin de disposer des ressources suffisantes pour pénétrer rapidement ces marchés.
 
Concept Geebee vient à cet égard d’être sélectionnée dans la cohorte Automne 2018 de l’Accélérateur Ecofuel, où elle bénéficiera au cours des trois prochains mois d’un accompagnement personnalisé avec des mentors spécialisés dans le milieu des technologies propres, des affaires, des marchés internationaux et de l’entrepreneuriat.
 
À propos de Concept Geebee Inc.
Concept Geebee Inc. est une compagnie sherbrookoise fondée en 2013 qui conçoit, fabrique et commercialise le GEEBEE, une trottinette électrique qui optimise les déplacements et la réalisation d’activités sur courtes et moyennes distances. Destiné à un usage professionnel, le GEEBEE est le seul véhicule de sa catégorie à pouvoir être utilisé aussi bien par des organisations publiques que par des entreprises privées telles que des firmes de sécurité, des compagnies de construction, des exploitations agricoles ou bien par des acteurs du récréotourisme. www.conceptgeebee.com
 
À propos de Sherbrooke Innopole
Sherbrooke Innopole est l’organisme de développement économique de la Ville de Sherbrooke dont la mission est d’accélérer le développement des entreprises des cinq filières-clés – Industries manufacturières et fabrication de pointe, Technologies propres, Technologies des communications et de l’information, Sciences de la vie et Micro-nanotechnologies – et d’agir pour faire de Sherbrooke un environnement d’affaires attractif et innovant. www.sherbrooke-innopole.com

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La Ville de Magog a décidé d’encourager ses résidents à choisir la voiture électrique grâce à un programme d’aide financière pour l’achat et l’installation d’une borne de recharge à usage résidentiel. Cet incitatif s’ajoute au programme «Roulez électrique» offert par le gouvernement du Québec.
L’aide financière proposée par Magog va jusqu’à 500$. Il n’en coûtera donc pratiquement plus rien pour s’équiper d’une installation de recharge résidentielle pour les électromobilistes Magogois (actuellement, une borne de recharge subventionnée + installation revient à entre 600$ et 900$ (entre 1200$ et 1500$ [selon Hydro-Québec] moins l’incitatif du programme Roulez Électrique de 600$). 

La mairesse de la Ville de Magog, Mme Vicki-May Hamm, est visiblement pleine de bonnes intentions lorsqu’elle affirme vouloir «encourager les citoyens à faire le choix de rouler plus vert en facilitant l’achat d’un véhicule électrique et ainsi poursuivre [les] efforts pour contribuer à la réduction des gaz à effet de serre». «Je suis convaincue que cela pourra en persuader plus d’un», ajoute-t-elle.

L’initiative de Magog reste certes modeste pour le moment. Le programme se termine le 31 décembre 2018 ou lorsque le budget annuel de 5 000 $ sera épuisé. Environ une dizaine de citoyens devraient donc pouvoir profiter de l’offre, qui est rétroactive au 1er juin 2018.

Il y a cependant fort à parier que si la demande se révèle forte, la mairie reconduira le programme… comme Laval l’a fait pour son propre programme.

En espérant que ça inspire d’autres municipalités, et qu’encore une fois ce programme soit victime de son succès (ce qui fait toujours la démonstration de l’engouement des Québécois pour la voiture électrique) !

Tous les détails sur la page officielle du programme :
https://www.ville.magog.qc.ca/informations-services/programmes-et-subventions/#environnement


Sources : 
Ville de Magog

Auteur : Daniel Rochefort

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Au rythme auquel le nombre de véhicules électriques au Québec augmente, il est fort probable que le fameux objectif de 100 000 unités en 2020 soit atteint.
EXTRAITS : 

Selon les données compilées par l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), il y avait 35 170 véhicules électriques (VE) immatriculés auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), en date du 30 septembre dernier.

«La progression se fait à un rythme d’environ 50 % par année», confie Simon-Pierre Rioux, président de l’AVEQ

Le Québec profite également de l’annulation des rabais gouvernementaux en Ontario par le premier ministre Doug Ford, élu cette année.

«Les constructeurs automobiles envoient ici les véhicules électriques destinés au départ pour la vente en Ontario. Lesquels véhicules sont facilement vendus ensuite en raison des rabais toujours en vigueur au Québec», affirme Martin Archambault, porte-parole de l’AVEQ. «C’est un peu triste à dire, mais on se sent comme le corbeau qui picore sur la bête écrasée sur le bord de la route…» image-t-il.

Même si ce sont des données «publiques», l’interrogation de la base de données de la SAAQ est coûteuse à l’AVEQ. «On doit payer à la SAAQ 100 $ l’heure pour l’utilisation de l’ordinateur et deux ou trois cents par véhicule dans le résultat transmis dans un fichier Excel», explique M. Rioux. «C’est sûr que lorsque nous serons rendus à 100 000 véhicules et plus, on fait faillite!» blague-t-il, en ajoutant que l’AVEQ publie ces statistiques quatre fois par année.

ARTICLE COMPLET ICI

Source : LaTribune – Paul-Robert Raymond

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

A l’occasion du Salon du Véhicule Électrique de St-Hyacinthe, l’équipe du Téléjournal de Radio-Canada Estrie en a profité pour faire un reportage sur l’électromobilité.
Un reportage sur le sujet est présent à 3 min 27 sec.   On y voit entre autre le porte-parole média de l’AVÉQ, Martin Archambault.

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Voici un aperçu de ce que vous offre le Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe. Il reste encore une journée, soit dimanche le 4 novembre, de 10h à 18h.
L’AVÉQ organise les essais routiers pour l’occasion, en collaboration avec Équiterre. Merci à tous nos précieux bénévoles.

Tous les détails sur : http://salonelectrique.com


Collaboration : Daniel Rochefort

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Lors du lancement du Salon du véhicule électrique de Saint-Hyacinthe, Mme Chantal Soucy, la députée de la région, se voulait rassurante en annonçant que le gouvernement du QC s’engage officiellement à maintenir le programme d’incitatifs à l’achat de voitures électriques. Cette annonce nous a cependant laissés sur notre faim, car elle ne fait référence à aucune date, aucun montant, ni aucune cible…

Photo

En compagnie de Mme Chantal Rouleau la nouvelle ministre déléguée aux Transports, Mme Soucy s’est fait le porte-voix de la CAQ pour l’occasion. «Notre parti est engagé à maintenir les mesures et programmes qui soutiennent l’electromobilité…», soutient-elle.

Nous aurions cependant aimé obtenir des engagements plus fermes et plus concrets de la part de la ministre, car l’annonce reste très floue. Par exemple :

  • On s’engage à maintenir l’incitatif à l’achat, mais est-ce qu’on s’engage officiellement à bonifier l’enveloppe du programme jusqu’à la date butoir du 31 décembre 2020 ? (Le site du programme mentionne toujours que «le programme Roulez vert pourrait prendre fin plus tôt en cas d’épuisement des fonds disponibles». Or, les fonds actuellement alloués ne seront visiblement pas suffisants pour tenir jusqu’au printemps 2019 !)
  • La cible de 100 000 voitures électriques pour la fin de 2020 sera-t-elle maintenue ? (Et les enveloppes des subventions seront-elles à la hauteur ?)
  • Le programme de subvention des VÉs usagés sera-t-il maintenu ?
  • La subvention aux autobus scolaires électriques sera-t-elle bonifiée, et par le fait même la subvention du diésel sera-t-elle réduite ?
  • Les projets de développement de véhicules québécois seront-ils mieux subventionnés que sous le gouvernement précédent… et ces produits seront-ils privilégiés au Québec ? (Souvenons-nous que M. Legault est monté au créneau pour dénoncer l’achat des trains du REM en Inde)
  • Les ministères recevront-ils des directives pour qu’ils se procurent des véhicules électriques pour leurs flottes ? (Nordresa, Ecotuned et bien d’autres pourraient même fournir des véhicules conçus et fabriqués au Québec)  

Photo

Interrogé sur la question, M. Simon-Pierre Rioux, président de l’AVÉQ, s’engage pour sa part à talonner le nouveau gouvernement du Québec pour obtenir des réponses favorables à ces quelques questions.

​Par extension, l’AVÉQ consacrera toute son énergie à démontrer aux élus de toutes les régions que la transition vers la voiture électrique est plus que souhaitable : c’est un projet de société qui mérite qu’on y mette les bouchées doubles, car c’est tout le Québec qui en bénéficiera.



Auteur : Daniel Rochefort

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La nouvelle est pratiquement passée inaperçu chez les commentateurs économiques et automobiles malgré son importance fondamentale : le «short seller» Andrew Left (qui agit sous le nom «Citron Research») a fait une volte-face spectaculaire en avouant que la Model 3 est un succès incontestable et que les craintes de Wall-Street concernant la précarité de Tesla se révèlent non fondées. Mais surtout, Left fait une véritable profession de foi POUR la voiture électrique.

Photo

Dans son rapport du 23 octobre 2018, Andrew Left affirme, chiffres à l’appui, que Tesla est tellement en avance sur les autres manufacturiers automobile qu’il «détruit la compétition». Mais surtout, Andrew Left fait une véritable profession de foi POUR la voiture électrique : selon lui, les médias ont lamentablement échoué à réaliser la véritable disruption de l’industrie automobile que représente l’électrification, disruption DOMINÉE par Tesla [l’utilisation des majuscules est de Andrew Left lui-même].

La nouvelle est très importante… bien plus importante en fait que l’annonce de profits sur le dernier trimestre par Tesla. En effet, l’influent Andrew Left a toujours été un des plus grands détracteurs de Tesla et il mise depuis des années sur sa chute. Il est d’ailleurs à l’origine de la poursuite contre Elon Musk à la suite de déclarations de celui-ci concernant un retrait de  Tesla de la bourse… annonce qui visait justement à court-circuiter les «short-sellers».


Photo

Pour Left, les compétiteurs de Tesla n’ont visiblement rien compris et semblent même sous somnifère… et Tesla est actuellement la seule compagnie qui peut prétendre produire et vendre des voitures électriques. L’industrie automobile est à l’aube d’une transformation radicale que Tesla pilote À ELLE SEULE avec un modèle d’affaire radicalement novateur, une technologie à des années lumières des compétiteurs et une véritable vision de l’avenir de la mobilité. 

Certes, d’un point de vue financier, la note de Citron Research a fait bondir l’action de Tesla de 12,72%… ce qui fait prendre conscience de l’influence que peut avoir Andrew Left dans le monde financier. À titre de comparaison, l’annonce historique de profits pour le troisième trimestre a fait bondir l’action Tesla d’un autre 13%.

Mais le plus important, d’un point de vue d’électromobiliste, c’est l’électrochoc que représente cette profession de foi envers la voiture électrique… électrochoc qui risque de contaminer le monde financier. En espérant que ça réveille aussi un industrie automobile qui dort au gaz !



Sources : 
Citron Research (texte original en anglais)
The Street

Auteur : Daniel Rochefort

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Les transports électriques avaient le vent dans les voiles à la fin du 19e siècle, avec 100 taxis électriques à New York en 1898. Pourquoi les véhicules à combustion interne ont pris le dessus? En quoi les 20 dernières années ont été déterminantes pour la renaissance du transport électrique routier? Nous sommes à un tournant où il faut choisir entre l’énergie propre et l’énergie sale, ce qui constitue une motivation importante pour électrifier les transports. Toutefois, il ne s’agit pas uniquement de remplacer un véhicule à essence par un véhicule électrique. Il faut aussi réduire de beaucoup le nombre de véhicules sur les routes.
14 novembre 2018
Pavillon La Laurentienne de l’Université Laval
​Les véhicules électriques sont une technologie de rupture, et le point de rupture devrait arriver entre 2022 et 2025. L’électrification des transports ne se limite pas aux véhicules routiers. Les trains à grande vitesse (TGV) ont déjà fait leurs preuves. En Norvège, des traversiers électriques transportant plus de 100 véhicules et plus de 300 personnes sont déjà en service. Des avions légers électriques volent présentement pour une trentaine de minutes et bientôt une heure, grâce à la diminution constante du poids des batteries. On anticipe des trajets de 300 km à 300 km/h d’ici 2030. C’est une véritable révolution des transports qui approche à grands pas.

OBJECTIFS

  • Comprendre le contexte et les grands enjeux de l’électrification des transports;
  • Découvrir les technologies utilisées pour les véhicules électriques
  • Connaître les exigences des trois créneaux de transport terrestre : individuel, collectif et de marchandise;
  • Être sensibilisé au cycle de vie des véhicules, des réseaux et des carburants;
  • Comprendre en quoi les véhicules électriques sont une technologie de rupture;
  • Découvrir les autres domaines d’application de l’électrification en transport.

CONTENU DU COURS

  • Introduction aux transports électriques
  • Les technologies utilisées pour les véhicules électriques
  • Trois créneaux de transport terrestre avec des exigences particulières : individuel, collectif et de marchandises
  • Études de cycle de vie des véhicules électriques, réseaux électriques et carburants alternatifs
  • Une technologie de rupture en transport, incidence sur l’économie et opportunité pour une filière industrielle prometteuse
  • Au-delà des transports routiers : bateaux, aéronefs régionaux et monorails à grande vitesse

CLIENTÈLE VISÉE

​Ingénieurs, fonctionnaires, administrateurs d’entreprises, gestionnaires de flottes et toute personne impliquée dans une réflexion ou un processus impliquant l’électrification d’un moyen de transport.

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

L’AVEQ vous présente le troisième portrait détaillé de l’électromobilité au Québec en 2018 avec les données d’enregistrement de véhicules électriques (VÉ) au Québec pour le trimestre à l’aide des chiffres de la SAAQ en date du 30 septembre 2018.
Photo

Voici les données d’immatriculation au 30 septembre 2018 :

  • Nombre de véhicules électriques (VEÉ + VHR) immatriculés = 35170
  • Véhicules entièrement électriques = 16300 (incluant 45 VBV)
  • Véhicules hybrides rechargeables = 18870
  • Nombre de motos électriques (ME) et motocyclettes à vitesse limitée électriques (MVLE) = 218
Le nombre total de VÉ enregistrés au Québec a progressé de plus de 16% sur le trimestre, ce qui correspond à un ajout net de 4957 VÉ en trois mois, soit légèrement moins que le trimestre précédent, mais bien plus que tous les autres auparavant et plus du double de la période correspondante l’an dernier. Ceci représente encore un superbe trois mois pour la progression des VÉ dans la province. Durant les derniers six mois, le total de VÉ circulant sur les routes du Québec a augmenté de plus de 44%. Sur une base annualisée, la croissance est de 81%, ce qui constitue la plus forte progression en quatre ans (depuis que nous analysons les données). Depuis le début de l’année, ce sont plus de 13358 VÉ qui se sont ajoutés, c’est donc dire que plus d’un VÉ sur trois a été enregistré cette année. Bref, peu importe l’angle selon lequel on regarde cela, c’est impressionnant, car la base grossit et la croissance s’accélère encore!
Photo

Cette croissance exceptionnelle du nombre de VÉ se traduit par une moyenne de plus 1484 VÉ supplémentaires par mois en 2018 ou 50 VÉ qui s’ajoutent par jour. La progression continue à surpasser le rythme de croissance exponentielle attendue pour approcher 100 000 VÉ à la fin de 2020 tel qu’on peut le voir sur la figure suivante. C’est une bien bonne nouvelle en regard de l’objectif québécois et pour le climat. Qu’en sera-t-il du dernier trimestre de l’année 2018?
Photo

Le tableau suivant présente en détails le nombre de véhicules enregistrés par modèle, le pourcentage que cela représente dans la flotte québécoise ainsi que leur progression au classement pour les 15 modèles les plus populaires :
Photo

La Chevrolet Volt maintient depuis toujours sa place de leader, mais son poids relatif dans la flotte québécoise descend rapidement. Il passe sous la barre des 30% de la flotte, précisément à 28.4% versus 38.9% il y a un an. La croissance a ralenti en regard du trimestre précédent, avec seulement 4.5% sur le trimestre, correspondant à 433 voitures. Il faudra voir si ce n’est  que temporaire (en raison notamment d’un manque d’offre en attendant l’année-modèle 2019) ou si c’est une tendance de fond qui se confirme. Quand on regarde le reste du marché, on peut aussi se questionner à savoir quel modèle dépassera un jour la Volt au Québec et quand est-ce que cela se produira? La nouvelle Nissan LEAF notamment poursuit sur son succès avec 855 nouveaux enregistrements, pour 18% de croissance durant le trimestre. Ceci lui permet de maintenir ses parts avec une performance légèrement supérieure à la moyenne. Fait à noter, déjà presque 29% de toutes les LEAF au Québec sont de la seconde génération.

Après nos deux leaders historiques, il continue à y avoir énormément de mouvement. En effet, la Toyota Prius Prime (en comptant les quelques plug-in de première génération) coiffe de justesse la Chevrolet Bolt qui tombe au quatrième rang. Il faut dire qu’avec une croissance de 27% sur le trimestre, la Prime a surperformé, face à une Bolt légèrement au ralenti. Mais non loin derrière se pointe déjà le Mitsubishi Outlander PHEV, qui vient compléter le top 5. Ce modèle, arrivé il y a moins d’un an, représente désormais plus de 5% de la flotte de VÉ de la province. Il va sans dire qu’il connaît l’entrée en matière la plus spectaculaire de la courte histoire des VÉ au Québec.

La Tesla Model S a énormément ralenti et se retrouve désormais au sixième rang. Il faut dire que considérant sa catégorie de prix, c’était un exploit qu’elle soit demeurée dans le top 3 aussi longtemps. La toujours populaire Kia Soul EV est désormais 7e, devant les deux modèles Energi de Ford.

La Hyundai IONIQ électrique complète le top 10, avec une croissance qui s’est accélérée sur ce trimestre. Visiblement l’offre a été un peu plus grande, car la demande semble au rendez-vous pour ce modèle. Quand on regarde un peu plus loin, on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a aura probablement beaucoup de mouvement dans ce classement au 31 décembre, car déjà la spectaculaire Tesla Model 3 se glisse au 11e rang, tout juste derrière la IONIQ électrique, avec 776 enregistrements, soit plus de 2% du marché déjà. Ce serait un euphémisme de dire que l’arrivée de ce modèle était attendue. La Volkswagen e-Golf se voit donc reléguée en 13e place, car même la Ford Focus EV, fort surprenante, parvient à se hisser devant. Encore une fois, il va sans dire que l’offre limitée nous laisse croire que le marché de VÉ au Québec pourrait être encore plus spectaculaire.

Autres changements hors du tableau présenté: tel que prédit au trimestre précédent, la Mitsubishi iMiev, un précurseur de l’électrification des transports, est désormais hors du top 15. La version hybride rechargeable de la IONIQ (appelée la IONIQ Électrique plus) est le candidat le plus probable pour une apparition dans ce top 15 en décembre.

Enfin, soulignons la part des voitures hors des 15 premières positions qui monte encore, passant cette fois de 10.9% à 11.2% en un trimestre. La diversité des modèles continue de s’améliorer et plusieurs ont connu un fort trimestre.

Aucun nouveau venu à signaler ce trimestre-ci, en sera-t-il de même pour le dernier trimestre de l’année?

Pour rappel, les graphiques interactifs illustrant la progression des VÉ sur nos routes se sont améliorés.  En plus de vous permettre d’observer l’évolution des enregistrements pour tous les modèles et de comparer leur croissance selon la date, on vous offre l’option d’afficher selon le nombre de mois sur le marché. Ceci permet de comparer la croissance des modèles depuis leur arrivé en ramenant le tout sur une base commune. En plus, vous pouvez choisir les dates ou la durée selon l’affichage désirée. Amusez-vous!

Progression des différents modèles de Véhicule Électrique

Depuis août 2014 Depuis leur arrivée sur le marché québécois

Du
Au
Visualiser les premiers mois
* Les données avant le 31 août 2014 sont des approximations

Quelques éléments à souligner dans ces graphiques:

  • Les entrées en scène de la Tesla Model 3 et du Mitsubishi Outlander PHEV sont vraiment spectaculaires, il faudra voir si ce rythme de vente peut se maintenir.
  • La Chevrolet Spark, un modèle admissible au rabais à l’importation usagée poursuit sa progression de belle façon avec 33% de croissance! Ceci lui permet de devancer la BMW i3.
  • La Hyundai IONIQ Électrique Plus (PHEV) suit très bien les traces de la Hyundai IONIQ Électrique à quelques mois d’intervalle.
  • Il est amusant de voir que le Chrysler Pacifica suit à la trace les ventes du Tesla Model X.

En combinant tous ces chiffres, on constate que la part des véhicules 100% électriques versus les hybrides rechargeables remonte à un sommet historique, s’établissant maintenant à 46.35%. La Chevrolet Volt a ralenti et la LEAF et le Model 3 progressent notamment très rapidement.  Malgré tout, on ne peut établir de tendance claire et cela va au gré des nouveaux modèles qui arrivent. On devra regarder sur un horizon plus long avant de déceler une tendance de fond.

Photo

En plus de connaître le nombre de VÉ au Québec, il est intéressant de savoir où ils se trouvent. Voici, sans plus tarder, la compétition amicale de la progression de l’électrification dans les différentes régions et villes du Québec, où tout le monde peut gagner selon la façon de regarder les données :

Distribution géographique des Véhicules Électriques au Québec:

Pourcentage de la flotte* Nombre par 10 000 habitants Nombre
par Région par Région et Ville

* Le nombre total de véhicule de par ville / région est extrapolé à partir des données du Bilan 2016 : accidents, parc automobile et permis de conduire de la SAAQ.

On se répète, mais la région de Lanaudière demeure la championne incontestée des voitures électriques, une tendance qui continue à s’accélérer. Qu’est-ce que ça prendra pour la déloger? La région se dirige à bon rythme vers le 1% de VÉ dans la flotte régionale (présentement à 0.87%, selon nos estimations), ce qui correspond à près de 75 VÉ par 10 000 habitants, devançant largement les régions suivantes, soient la Montérégie (toujours largement championne dans l’absolu avec maintenant 9039 VÉ, plus du quart des VÉ du Québec) dont 0.73% du parc est électrifié et l’Estrie avec environ 0.70% de la flotte qui est électrifiée.

Laval demeure en quatrième place relative, et voit sa croissance s’accélérer, sans trop distancer toutefois la région des Laurentides. Ces deux régions ainsi que la Capitale-Nationale et Montréal dépassent maintenant le demi-pourcent de VÉ dans la flotte.

Pour ce trimestre, en terme relatif, la croissance est quasiment la même partout. Il n’y a que le Nord-du-Québec (sur des chiffres minimes) et le Saguenay-Lac-Saint-Jean qui ressortent du lot à 32% et 24% de croissance respectivement. Une mention d’honneur à l’Estrie également avec 19% versus la moyenne à 16%. La Capitale-Nationale et l’Abitibi-Témiscamingue sont celles qui ont la croissance la plus faible avec 13%.

Quant au classement des villes, il est légèrement modifié avec Terrebonne qui parvient à dépasser Longueuil pour s’emparer de la 4e place comme on peut le voir sur l’infographie. Mais la lutte est très chaude entre ces deux villes et Sherbrooke. Lutte qui est également très serrée entre Gatineau et Trois-Rivières pour les 7e et 8e position.

En terme relatif, la ville qui atteint le pourcentage de la flotte le plus élevé? Ça demeure Westmount maintenant à 2.15%, suivie de Ville-Mont-Royal, Hampstead, Rawdon et Beaconsfield. Boucherville demeure championne de la couronne sud de Montréal alors que c’est toujours Mascouche qui détient ce titre sur la couronne nord.

Parmi les villes du Québec présentées sur les graphiques, Lac-Beauport, dans la région de la Capitale-Nationale, mérite une mention, maintenant à 1.11 %. Les autres championnes régionales : Amos en Abitibi, Rimouski dans le Bas-Saint-Laurent, Nicolet dans le Centre-du-Québec, Saint-Lambert-de-Lauzon en Chaudières-Appalaches, Sept-Îles sur la Côte-Nord, Windsor en Estrie, Gaspé en Gaspésie, Saint-Colomban dans les Laurentides, Trois-Rivières en Mauricie, Chibougamau dans le Nord du Québec, Chelsea en Outaouais et Alma au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce trimestre fut encore une fois très impressionnant, bien qu’en-deçà du précédent. Cette croissance nous permet de demeurer sur la bonne piste pour atteindre l’objectif des 100 000 VÉ pour la fin de 2020 et ainsi améliorer les bilans environnementaux, de santé et financier du Québec. Mais avant cela, que nous réservera la fin de l’année 2018 avec la malheureuse fin des rabais en Ontario qui redirigera possiblement un important inventaire dans notre province?

Contribution: Jean-François Morissette, Frédérick St-Laurent et Simon-Pierre Rioux
Source: SAAQ. Il est à noter que l’AVEQ paye pour obtenir ces données.

* Notre analyse de la base de données de la SAAQ exclus de façon volontaire certains véhicules hybrides non rechargeables (au nombre de 730) ainsi que quelques véhicules à hydrogène (4). Cela explique la différence entre nos chiffres et ceux des autres organismes qui font la promotion des VÉ.

Rabais sur assurance pour voiture électrique!