Lorsque Tesla est entré sur le marché dans le but de faire des véhicules électriques la nouvelle norme, le géant de l’industrie automobile Hyundai ne s’est pas senti concerné et il a simplement concentré ses efforts sur les voitures à hydrogène.

Cependant, les choses ont rapidement changé en raison de la croissance fulgurante de la société californienne, qui oblige la marque coréenne à revoir sa stratégie pour conserver l’hégémonie du marché américain des véhicules électriques.

Hyundai prévoit maintenant introduire deux lignes de production dédiées aux véhicules électriques, une l’année prochaine et une autre en 2024. Il semble de plus en plus évident que l’entreprise ait désormais décidé d’attaquer agressivement le marché du véhicule électrique.

Euisun Chung, PDG du conglomérat Hyundai Motor Group qui comprend également Kia Motors, a tenu plusieurs réunions depuis mai avec ses homologues de Samsung, LG et SK Group, afin de sécuriser la fourniture de batteries à un moment où l’approvisionnement est de plus en plus serré alors que la course s’intensifie, selon plusieurs sources de l’industrie.

La société sud-coréenne vise à vendre 1 million de véhicules électriques annuellement et à conquérir une part de marché mondial de plus de 10% d’ici 2025. Cependant, l’objectif parait très ambitieux car Hyundai n’a vendu que 86 434 véhicules électriques l’année dernière.

Selon certaines sources, l’entreprise ne craignait pas Tesla aussi longtemps que l’entreprise de la Silicon Valley ne produisait que des voitures haut de gamme. Mais on a commencé à s’inquiéter lorsque Tesla a sorti le Model 3 beaucoup moins cher en 2017, qui offre une version d’entrée de gamme à un prix de base de 39990 USD.

Le chemin pour rattraper Tesla pourrait être long et sinueux, car Hyundai pourrait faire face à des réactions négatives de la part de son puissant syndicat, qui s’inquiète pour la sécurité d’emploi de ses membres.  En effet, les véhicules électriques nécessitent moins de composants et de travailleurs que les véhicules à essence. En outre, Hyundai fabrique à l’interne un certain nombre de composants clés pour les voitures conventionnelles, tandis que de nombreuses pièces de véhicules électriques sont actuellement sous-traitées. La société se trouve dans une position très similaire à BMW, alors que le syndicat de travailleurs a empêché, il y a quelques semaines, l’entreprise allemande de se concentrer pleinement sur les groupes motopropulseurs électriques.

Le syndicat qui représente les employés de Hyundai fait pression pour que l’entreprise assemble à l’interne les composants clés des véhicules électriques, comme les batteries et les moteurs, pour compenser toute réduction de main-d’œuvre.

«Nous ne sommes pas opposés au développement des VÉ. Kodak a fait faillite parce qu’elle voulait demeurer fidèle à la pellicule alors que l’industrie se tournait vers la photographie numérique », a déclaré le porte-parole du syndicat Kwon Oh-kook. «Nous voulons simplement protéger les emplois de nos membres.»

Hyundai se retrouve dans une position délicate pour un chef de file de l’industrie si elle veut compétitionner avec Tesla alors qu’elle avait plutôt misé sur l’avenir des voitures à hydrogène et qu’elle a perdu. En fait, la technologie n’a pas pris son envol puisque seulement 7 707 voitures à pile à hydrogène ont été vendues dans le monde l’année dernière, contre 1,68 million de véhicules électriques, selon le groupe LMC Automotive.

WHICH EV

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Des reportages intéressants et des informations pertinentes de la semaine pour nos électromobilistes québécois.
Les voitures électriques de plus en plus populaires au Canada
Le parc automobile électrique continue sa croissance. Statistique Canada a comptabilisé 31 000 voitures électriques neuves en 2019, un chiffre 38% plus élevé que l’année précédente. Au même moment, la quantité de nouvelles voitures à essence s’est abaissé pour une deuxième année d’affilée.
Par : François Carabin

Journal Métro
Transdev achète 27 nouveaux autobus scolaires électriques
Poursuivant son virage vert, Transdev Canada a récemment investi près de 4,5 M$ dans sa flotte d’autobus électriques scolaires en acquérant 27 nouveaux véhicules de la compagnie québécoise Lion Électrique.

Le Courrier du Sud

Le Tesla Model Y arrive au Québec
Les premiers exemplaires du nouveau Tesla Model Y ont commencé à être livrés à leurs nouveaux propriétaires au Québec.
Par : Frédéric Mercier

Le Guide de l’Auto

Essai – Nous avons testé le Coleen, la « Rolls » des vélos connectés
Il n’en a pas l’air, mais le Coleen est un vélo électrique et connecté. Il s’agit surtout d’un vélo de luxe fabriqué en France. Fait main, il a été inventé par une start-up du Pays Basque​

MSN

Entrée en vigueur de la loi sur les véhicules zéro émission en Colombie-Britannique
 Aujourd’hui, nous sommes sur le point de nous assurer que, dans moins de 20 ans, chaque voiture neuve vendue en Colombie-Britannique sera un véhicule zéro émission, a déclaré le ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières, Bruce Ralston en point de presse jeudi.

Radio-Canada

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Kandi America, la filiale américaine de Kandi Technologies Group, Inc. (NASDAQ GS: KNDI), un constructeur automobile international, a annoncé aujourd’hui son lancement officiel des véhicules électriques les plus abordables sur le marché américain et qu’elle concentrera initialement ses efforts sur la grande région de Dallas-Fort Worth.

«Chez Kandi, nous avons pour mission de rendre les voitures électriques accessibles à tous. Avec ces deux premiers modèles, nous lançons une « Auto EVolution » qui permettra à quiconque, quelle que soit sa situation financière, de s’offrir un véhicule électrique fiable et de haute technologie. »

La compagnie a également dévoilé la «Kandi Campaign Auto EVolution for all », un lancement virtuel de ses préventes le 18 août prochain qui permettra aux clients de verser un dépôt entièrement remboursable de 100 USD pour les modèles K27 et K23, qui seront disponibles pour livraison le quatrième trimestre de 2020.

«Les véhicules électriques sont appréciés depuis des années pour leur efficacité, leur durabilité et leur innovation. Cependant, les consommateurs qui souhaitaient un excellent véhicule électrique offrant tous les conforts de la vie moderne ne pouvaient en faire l’acquisition. Johnny Tai, PDG de Kandi America souhaite changer cela et révolutionner l’expérience d’achat de véhicules électriques pour l’ensemble des consommateurs. «Chez Kandi, nous avons pour mission de rendre les voitures électriques accessibles à tous. Avec ces deux premiers modèles, nous lançons une « Auto EVolution » qui permettra à quiconque, quelle que soit sa situation financière, de s’offrir un véhicule électrique fiable et de haute technologie. »

Le lancement virtuel aura lieu à 10 h HNC (heure normale du centre) le 18 août. Les participants auront droit à une expérience enrichissante, y compris un regard exclusif sur leur design et les fonctionnalités technologiques avancées des modèles K27 et K23. Kandi fera tirer un véhicule parmi les participants, l’heureux gagnant se méritera un modèle K23. Les inscriptions au concours ouvriront en août.

Au prix de 12 999 USD après crédits d’impôt fédéraux, le K27 est le modèle compact avec le plus d’espace intérieur pouvant accueillir confortablement jusqu’à quatre passagers. La voiture disposera d’une batterie au lithium de 17,69 kWh et d’une autonomie allant jusqu’à 160 km, ce qui en fait une voiture idéale pour la conduite urbaine.

Pour ceux qui recherchent un véhicule plus gros avec plus d’espace dans le coffre, le K23 devient une option abordable à 22 499 USD après les crédits d’impôt fédéraux. De la taille d’un petit VUS, ce modèle comprend une batterie au lithium de 41,4 kWh et une autonomie de plus de 290 km.

«C’est une période passionnante pour Kandi Technologies alors que nous mettons sur le marché les K27 et K23 aux États-Unis», a déclaré Kewa Luo, directeur des relations avec les investisseurs de Kandi Technologies Group. «Depuis le début de 2019, nous travaillons d’arrache-pied pour identifier le bon distributeur, obtenir les approbations règlementaires et démontrer que nous sommes prêts à réussir sur ce marché émergent et dynamique. Une fois ces étapes franchies, nous anticipons cette prochaine phase de croissance passionnante.

Pour vous inscrire à l’évènement virtuel, visitez www.drivekandi.com .

Business Wire

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Les voitures électriques existent depuis plus longtemps que beaucoup ne le pensent. Il y a environ 80 ans, par exemple, Peugeot en fabriquait des centaines.

En 1941, face à l’occupation allemande et au rationnement du gaz, Peugeot a développé une petite voiture électrique appelée VLV. Le nom est l’abréviation de Véhicule Léger de Ville, qui se traduit en anglais par «light city vehicle». Alors que la compagnie prévoit mettre plusieurs nouvelles voitures électriques sur le marché, Peugeot a profité de l’occasion pour présenter la semaine dernière cette relique de la Seconde Guerre mondiale.

Conçu pour être utilisé par des personnes dont les voitures avaient été réquisitionnées par les forces d’occupation allemandes, ou qui ne pouvaient pas obtenir de carburant en raison du rationnement, le VLV avait été baptisé «voiture vélo» par Peugeot. Il était monté sur quatre roues, mais l’espace entre les roues avant était plus large qu’entre les roues arrière.

Selon Peugeot, un seul moteur électrique était directement connecté à l’essieu arrière sans transmission ni différentiel. Le VLV avait une autonomie de 70 à 80 km, avec une vitesse de pointe de 34 km/h.

Peugeot a construit 377 voitures électriques entre 1941 et 1943 dans son usine de La Garenne, près de Paris. La plupart des véhicules étaient utilisés par les postiers et les médecins.

Alors que Peugeot s’est à nouveau concentré sur la production de voitures à essence et diesel après la guerre, il a continué à produire des véhicules électriques au fil des ans. Il a lancé une version électrique de la fourgonnette J5 en 1989, et une variante électrique à hayon la 106 en 1993. La 106 électrique a été produite pendant une décennie, ils ont vendu 3 542 voitures.

1941 Peugeot VLV

La gamme actuelle de voitures de Peugeot comprend la berline e-208 et le multisegment e-2008. Comme la 106 Electric, ce sont des variantes électriques de modèles à combustion interne existants.

Avant la fusion avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA), qui est en cours, la société mère PSA a déclaré qu’elle offrirait la marque Peugeot aux États-Unis à partir de 2026.

La société issue de la fusion, qui adoptera le nom de Stellantis, a pour ambition d’être un leader mondial de la mobilité durable .

PSA a déclaré que sa marque DS dirigerait les efforts d’électrification. DS a vu le jour comme une version haut de gamme de la marque Citroën de PSA.

Citroën a récemment dévoilé à la fois une fourgonnette électrique et sa berline électrique compacte ë-C4 .

Green Car Reports

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

L’ajout d’un véhicule à la flotte du club et le partenariat avec Next Ride font partie de la stratégie à long terme de l’organisation en matière de VÉ pour devenir l’un des premiers clubs automobiles à adopter les véhicules d’assistance routière électriques.

Même s’ils ne sont pas membres de la CAA, les Néo-Écossais peuvent faire l’essai d’une Tesla, grâce à un partenariat entre CAA Atlantic et le groupe Next Ride.

Le 23 juillet, CAA Atlantic a présenté son Model 3, qui a été acheté en 2019 avec des fonds du programme de subventions Connect2. Administré par le ministère de l’Énergie et des Mines de la Nouvelle-Écosse, Connect2 finance des projets de transport propre, de carburant de remplacement et d’infrastructure connexe.

Gary Howard, vice-président principal des communications chez CAA Atlantic, a déclaré que l’acquisition d’une Tesla faisait partie de l’objectif de CAA Atlantic qui est de rendre les véhicules électriques plus accessibles.

«L’éducation du public vers des transports plus propres et plus verts est nécessaire, et nous voulons y contribuer positivement», a déclaré Howard. «Nous sommes ici pour démontrer au public à quel point il est facile de faire la transition.»

Partenariat Next Ride

Pour faciliter cette prise de conscience, Next Ride , une initiative de Clean Foundation lancée en 2019 pour augmenter l’adoption des VE, organise ces essais.

Le directeur du programme de transport propre de Clean Foundation, Jérémie Bernardin, a déclaré que la Tesla s’ajouterait à une Chevrolet Bolt et une Hyundai Kona déjà utilisées pour le projet.

«Nous sommes ravis de ce partenariat avec la CAA qui nous permet d’offrir aux Néo-Écossais encore plus de chances de conduire un véhicule électrique», a déclaré Bernardin.

Les participants devront adhérer aux protocoles COVID-19 en se désinfectant les mains, en portant des masques, en remplissant un questionnaire COVID-19 et en fournissant des informations personnelles qui permettront de les rejoindre si nécessaire. La voiture sera désinfectée après chaque essai.

Stratégie à long terme

CAA Atlantic a déclaré que cette initiative faisait partie d’une stratégie élargie et à long terme pour les véhicules électriques et qu’elle prévoyait d’ajouter plus de technologies à mesure qu’elles deviendront disponibles. Selon un communiqué de presse, l’organisation utilisera la Tesla pour du service léger en cas d’urgence et continue d’évaluer les nouvelles opportunités d’utiliser les nouvelles technologies dans ses véhicules d’assistance routière.
 
À l’heure actuelle, des essais routiers du Model 3 sont en cours dans la municipalité régionale d’Halifax en juillet et août. D’autres essais routiers publics seront annoncés à une date ultérieure, tandis que des essais routiers privés peuvent être réservés en ligne .

Electric Autonomy

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

La planification des VÉ peut aider les villes à éviter des investissements importants dans les infrastructures de réseau à l’avenir. 
​Crédit: Mike Perkins, PNNL

Pour la fiabilité du réseau, l’étude PNNL a démontré qu’une planification préalable et des stratégies de recharge intelligentes pour les véhicules électriques pourraient aider les villes et les services publics à niveler la courbe de canard (la courbe de canard est un graphique de la production d’électricité au cours d’une journée qui démontre le déséquilibre temporel entre la demande de pointe et la production d’énergie renouvelable) et à éviter de créer de nouvelles infrastructures coûteuses.
Les véhicules électriques arrivent en masse. Comment les services publics locaux, les planificateurs de réseaux et les villes peuvent-ils se préparer? C’est la question clé abordée dans une nouvelle étude menée par des chercheurs du Pacific Northwest National Laboratory pour l’Office of Energy Efficiency and Renewable Energy Technologies du véhicule du département américain de l’énergie.

«Bien que nous ne sachions pas exactement quand le point de basculement se produira, les flottes de véhicules à recharge rapide vont changer la façon dont les villes et les services publics gèrent leur infrastructure électrique», a déclaré Michael Kintner-Meyer, ingénieur en systèmes électriques au sein du groupe d’infrastructure électrique de PNNL et l’auteur principal de l’étude. « Ce n’est pas une question de savoir si cela se produira, mais quand. »

L’étude, publiée aujourd’hui, intègre plusieurs facteurs non évalués auparavant, tels que les camions électriques pour la livraison et les longs trajets, ainsi que les stratégies de recharge intelligente des véhicules électriques.

Au cours de la prochaine décennie, les véhicules électriques de toutes tailles se connecteront de plus en plus aux bornes de recharge dans les maisons, les entreprises et sur les voies de transport.

L’électrification des transports est à nos portes

Selon le groupe EV Hub, environ 1,5 million de véhicules électriques, principalement des voitures et des VUS, sont actuellement en circulation aux États-Unis. Les chercheurs de PNNL ont évalué la capacité du réseau électrique dans l’ouest des États-Unis au cours de la prochaine décennie, car des flottes croissantes de véhicules électriques de toutes tailles, y compris des camions, se branchent sur des bornes de recharge dans les maisons et les entreprises et sur les itinéraires routiers.

Pour leur étude, les auteurs ont utilisé les meilleures données disponibles sur la capacité future du réseau du Western Electricity Coordinating Council, ou WECC. L’analyse a révélé la charge électrique maximale que le réseau pourrait supporter sans construire plus de centrales électriques et de lignes de transmission.

La bonne nouvelle est que jusqu’en 2028, le réseau électrique, de la production à la transmission, semble en bonne santé pour fournir jusqu’à 24 millions de véhicules électriques, soit environ 9% du trafic actuel des véhicules légers aux États-Unis.

Cependant, à environ 30 millions de véhicules électriques, la situation pourrait se compliquer. Au niveau local, des problèmes pourront éventuellement survenir même avec un taux moindre d’adoption de VÉ. En effet, un véhicule électrique à recharge rapide peut tirer autant d’énergie que 50 maisons. Si, par exemple, dans un secteur restreint chaque maison a son VÉ, il se peut que le transformateur de puissance normale ne puisse gérer la recharge simultanée de plusieurs VÉ.

Nivelage de la courbe du canard.

Tel que mentionné dans le rapport, la planification actuelle du réseau ne tient pas suffisamment compte d’un afflux massif de VÉ. Cette omission exacerbe une situation déjà stressante, la redoutable courbe de canard.

La courbe de canard est un profil de 24 heures de charge sur le système électrique, et se produit généralement dans les zones avec de nombreuses installations photovoltaïques ou solaires sur les toits. La courbe est basée sur une charge modérée le matin, une charge faible pendant la journée lorsque les unités solaires alimentent le réseau électrique et une charge élevée la nuit lorsque les gens rentrent du travail et que le soleil se couche.

Lorsque la demande augmente, la tension chute. Ce changement sévère est difficile pour les opérations du système qui n’ont pas été conçues pour s’allumer et s’éteindre comme un interrupteur d’éclairage. Et avec plus de VÉ qui se branchent pour se recharger le soir, la montée en puissance est accrue et augmente les coûts d’électricité.

Selon l’étude, des stratégies de recharge intelligentes comme éviter de recharger pendant les heures de pointe le matin et en début de soirée peuvent niveler les pics de demande et niveler la courbe de canard. L’approche a deux avantages. Premièrement, elle profiterait d’une énergie solaire relativement propre pendant la journée. Cela réduirait ou éliminerait également les changements brusques en soirée lorsque l’énergie solaire s’estompe et que d’autres sources interviennent pour compenser la différence.

Des scénarios plausibles soulignent le besoin de planification

En s’appuyant sur les données du WECC, l’équipe a développé et modélisé des scénarios plausibles pour 2028. Les scénarios ont été évalués par des chefs d’entreprises et comprenaient un mélange de véhicules légers (passagers), moyens (camions et fourgonnettes de livraison) et lourds (semi-remorques et cargo) des véhicules de service sur la route. C’est la première fois que les trois catégories de véhicules sont incluses dans une telle analyse. PNNL a également développé un modèle de transport pour le fret sur la route, avec des bornes de recharge sur les autoroutes inter-États tous les 80 km pour les trois classes de véhicules.

Les scénarios incluaient l’évolution du réseau et sa capacité aux niveaux national et régional. L’équipe s’est concentrée sur les scénarios présentant le plus grand potentiel d’impacts sur le réseau.

Les goulots d’étranglement dus à la nouvelle recharge de véhicules électriques sont apparus surtout dans les régions de la Californie, y compris Los Angeles, qui prévoit de passer au tout électrique avec sa flotte urbaine d’ici 2030. Le problème provenait principalement de la croissance des voitures à recharge rapide et des flottes commerciales de camions électriques. Ces véhicules peuvent tirer 400 ampères sur un circuit pendant 45 minutes, au lieu des 15 à 20 ampères tirés en 6 à 8 heures par la plupart des véhicules électriques aujourd’hui.

Dennis Stiles supervise le portefeuille de recherche sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables de PNNL. Il a déclaré que les véhicules à recharge rapide et l’intégration de recharges mobiles pour flottes sont parmi les plus grands défis pour les planificateurs aujourd’hui.

«Les administrations municipales n’avaient jamais vraiment eu à penser aux véhicules électriques auparavant, mais certaines villes recherchent déjà des systèmes de gestion intelligents et d’autres moyens de modifier leurs systèmes de distribution et leurs opérations», a déclaré Stiles. «La clé est de savoir maintenant comment éviter des dépenses en capital importantes à l’avenir. L’ajout d’un nouveau transformateur ici et là est bien différent d’une restructuration de sous-stations. »

Prendre une longueur d’avance

Mais le défi ne se limite pas aux grandes zones comme Los Angeles. Kintner-Meyer a déclaré que les petites villes aux ressources limitées auront besoin d’aide pour planifier leur infrastructure de recharge et leur capacité d’hébergement. C’est la prochaine étape.

Pour la prochaine étude, les chercheurs examineront de plus près les moyens d’intégrer les VÉ dans les systèmes de distribution d’énergie locaux et régionaux à travers le pays.

«Nous avons les données et la méthode pour exécuter des scénarios hypothétiques», a déclaré Kintner-Meyer. «Avec les données des services publics sur les lignes d’alimentation et l’infrastructure, nous pouvons créer les modèles puis les partager afin que les administrations puissent prendre une longueur d’avance.»

Sci Tech Daily

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

D’ici la fin de la décennie, un tiers de toutes les ventes de voitures neuves dans le monde sera électrique selon une nouvelle analyse de Deloitte. Cela porterait le nombre total de véhicules électriques (VÉ) vendus en une seule année à 31,1 millions dans le monde; dix millions de plus que prévu.

En dépit de la perturbation de la COVID-19, les ventes totales de véhicules électriques devraient encore atteindre 2,5 millions dans le monde en 2020. Sur la base d’un taux de croissance annuel composé de 29%, l’étude de Deloitte estime que ce chiffre dépassera 11,2 millions en 2025 et 31,1 millions d’ici 2030. Selon l’étude, les véhicules entièrement électriques représenteront 81% de tous les nouveaux véhicules électriques vendus, surpassant leurs homologues hybrides rechargeables.

Deloitte a identifié l’évolution de la confiance des consommateurs, comme étant un facteur clé pour stimuler la croissance des VÉ au cours des dix prochaines années car de nombreux obstacles à l’adoption se dissipent progressivement.

Jamie Hamilton, responsable des véhicules électriques chez Deloitte, a déclaré: «Le coût élevé des véhicules électriques a réduit le nombre d’utilisateurs précoces, mais comme le coût des véhicules électriques devient de plus en plus compétitif avec leurs compétiteurs essence et diesel, le bassin d’acheteurs potentiels est appelé à augmenter. Un plus grand choix de nouveaux véhicules électriques, combiné à un marché de l’occasion en pleine croissance, signifie que les véhicules électriques deviennent une option plus viable pour beaucoup. Cependant, surmonter les préoccupations des consommateurs concernant l’autonomie et améliorer la perception concernant le manque d’infrastructure de recharge seront des facteurs importants, car de plus en plus de conducteurs évaluent les aspects pratiques du passage à l’électrique.

Parmi les autres facteurs de croissance, citons un environnement règlementaire favorable, qu’il s’agisse d’incitatifs financiers ou d’objectifs d’émissions zéro, et le développement de nouveaux modèles de véhicules électriques qui offriront à la fois des véhicules abordables et luxueux. Étant donné que les voitures d’entreprises et les flottes représentent toujours la majorité de toutes les ventes de voitures neuves, le passage aux véhicules électriques par les entreprises favorisera la transition mondiale vers l’électrique.

Les mesures de quarantaine en réponse à l’épidémie de COVID-19 ont entraîné une perturbation majeure des chaînes d’approvisionnement internationales et la fermeture temporaire de concessionnaires.

Hamilton a déclaré: «Alors que les ventes globales de voitures ont chuté pendant cette période, les véhicules électriques ont fait preuve de résilience dans plusieurs régions par rapport au reste du marché. » Par conséquent, l’épidémie de COVID-19 signifie peut-être que les véhicules à essence et diesel ont possiblement atteints leur pic de ventes. Les ventes annuelles totales de voitures ont peu de chances de revenir aux niveaux d’avant la pandémie avant 2024 et même si la croissance des ventes des véhicules à essence ou au diesel reprend, il est fort probable que leur part de marché continue de diminuer par la suite.

Au Royaume-Uni, un mélange de politiques gouvernementales favorables et une plus grande sensibilisation des consommateurs au changement climatique ont été à ce jour des catalyseurs de la croissance des VÉ. Avec l’ambition d’atteindre une réduction des émissions nettes d’ici 2050 et l’interdiction de la vente de véhicules polluants reportée à 2035, le terrain est propice pour l’adoption des VÉ.

L’analyse de Deloitte a révélé que 50% des consommateurs britanniques considèreraient un véhicule électrique comme leur prochain achat de véhicule. Cependant, 33% indiquent que le manque d’infrastructure de recharge reste la plus grande préoccupation lorsque l’on envisage le passage au 100% électrique.

Hamilton a déclaré: «La poursuite des investissements dans les réseaux de recharge et la résolution des préoccupations des consommateurs concernant leur disponibilité et leur accessibilité pourraient permettre au Royaume-Uni de dépasser le pourcentage prévu du marché mondial des véhicules électriques de 32% d’ici 2030, atteignant plutôt 65% du marché des véhicules au cours de la même période.»

SOURCE: Deloitte

Automotive World

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Cette nouvelle berline Tesla moins chère et plus petite pourrait être conçue en Allemagne et potentiellement construite dans la nouvelle Gigafactory.

S’exprimant lors de sa conférence trimestrielle la semaine dernière, Elon Musk a mentionné que les voitures construites par Tesla sont encore trop chères. Même avec l’introduction du Model 3, qui aux États-Unis se vend maintenant à partir de 37 990 USD, Musk croit que le constructeur automobile devrait produire un modèle encore moins dispendieux.

Musk a dit aux investisseurs qu’il était ouvert à cette idée.

«Il est important de rendre la voiture abordable. Ce qui me dérange le plus actuellement, c’est que nos voitures ne sont pas assez abordables. Nous devons régler cela. ‘

Il n’a pas donné de délai précis à savoir quand ce nouveau modèle arriverait sur le marché, on peut facilement imaginer qu’il serait plus petit que le Model 3, et qu’il pourrait même ne pas être construit aux États-Unis ou en Chine. Plus tôt en juillet, Musk avait réagi à un tweet en mentionnant spécifiquement qu’il aimerait produire une petite berline de style européen.

«Probablement le véhicule à concevoir et à produire en Allemagne. »

Et comme il s’agirait d’un modèle destiné au marché européen, il pourrait également être construit dans la nouvelle Gigafactory de Tesla en Allemagne. Si le constructeur automobile donne le feu vert à ce projet, il pourrait potentiellement nommer le nouveau véhicule la Tesla Model 2.

INSIDEEVs

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Photo

Faisons connaissance avec Michel Turcotte, fier électromobiliste de la Rive-Sud de Montréal qui nous présente sa Chevrolet Volt. Michel nous dit, avec emphase : «je ne retournerai jamais en arrière». C’est une déclaration unanime chez les électromobilistes de l’AVEQ ! 

Écoutez son témoignage :


Photo

6 propriétaires, 6 voitures, 6 passions
​La vidéo ci-dessus s’insère dans une série de capsules coordonnée par l’AVEQ, dans le cadre de la campagne Roulons électrique.

Ces six électromobilistes, membres de l’AVEQ, ont accepté de vous présenter leur voiture électrique : Isabelle Boisvert, Richard Martel, Michel Turcotte, Sylvain Beauchesne, René Boisvert, et Marc Neiderer. 

Nous les remercions chaleureusement de leur participation! 

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Photo

Ce n’est pas seulement le groupe motopropulseur qui est différent dans les véhicules électriques. Ce sont aussi les pneus.

Les voitures électriques nécessitent des pneus spéciaux pour diverses raisons, a déclaré vendredi dans un communiqué de presse le fabricant de pneus Continental.

Leurs pneus doivent supporter plus de poids que les véhicules à combustion interne et fournir plus d’adhérence à la route lorsqu’ils démarrent, a noté la société.

En raison de leurs groupes motopropulseurs presque silencieux, le bruit des pneus est également plus perceptible dans les voitures électriques que dans les véhicules à combustion interne, alors qu’il est partiellement masqué par le bruit du moteur.

Lors de la conception de pneus pour voitures électriques, Continental leur a donné une capacité de charge accrue pour tenir compte du poids supplémentaire de la batterie. Le dessin et la composition de la bande de roulement sont également spécifiques aux véhicules électriques, pour gérer le démarrage presque instantané des moteurs électriques. Et pour atténuer le bruit des pneus, une incrustation de mousse a été ajoutée à l’intérieur. Les pneus Continental pour voitures électriques ont également généralement une forme haute et étroite pour réduire la résistance au roulement, ce qui contribue à augmenter l’autonomie.

Photo

GM, prototype de pneu sans air Michelin Uptis

Les pneus peuvent avoir un effet énorme sur l’autonomie des véhicules électriques, tout comme les roues. De nombreux tests ont démontré que le remplacement de pneus à faible résistance au roulement et de roues aérodynamiques par du matériel de rechange peuvent réduire l’autonomie, même s’ils peuvent améliorer la maniabilité.

La Volkswagen ID.3 à hayon aura des pneus spécifiques au modèle fabriqués par Bridgestone. Ils offriront non seulement une plus faible résistance au roulement que les pneus conventionnels, mais seront 20% plus légers. Selon Bridgestone, ils ont été conçus en tenant compte de la répartition plus uniforme du poids de l’ID.3.

Toyota a déjà envisagé des pneus sans air pour ses voitures électriques, tandis que General Motors a déclaré l’année dernière qu’elle pourrait proposer des pneus sans air de Michelin sur un prochain véhicule électrique en 2024 .

Si on continue de bien planifier l’avenir, et si nous voulons des véhicules véritablement zéro émission, nous devrons également examiner attentivement les émissions des poussières de pneus et de freins .

Green Car Reports

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!