Afin d’illustrer ce virage, St-Hubert procède aujourd’hui au dévoilement d’une coccinelle jaune Volkswagen Beetle 1967 – véritable symbole de St-Hubert depuis 70 ans – entièrement revampée et électrifiée.
image

Au cours des cinq prochaines années, St-Hubert investira plus de 200 000 $ en achat de crédits-carbone afin d’assurer la carboneutralité de son parc automobile. En plus de cet investissement, St-Hubert continuera ses efforts, en collaboration avec ses franchisés, afin d’augmenter le nombre de véhicules électriques et hybrides de sa bannière.

Un investissement pour l’environnement

Au cours des cinq prochaines années, St-Hubert investira plus de 200 000 $ dans l’achat de crédits carbone afin d’assurer la carboneutralité de son service de livraison. En plus de cet investissement, St-Hubert et ses franchisés continueront leur travail pour augmenter le nombre de véhicules électriques et hybrides de la bannière. À ce jour, c’est plus de 20% de la flotte de voitures de livraison de St-Hubert, comptant plus de 400 véhicules, qui sont électriques ou hybrides. La carboneutralité du service de livraison de l’entreprise s’inscrit dans son plan de développement durable. Cette nouvelle initiative rejoint ainsi les autres actions environnementales réalisées par le passé, tel que l’implantation du compostage en rôtisserie, le remplacement, par des matières recyclables, de la composition de ses emballages et son implication comme membre fondateur du Circuit électrique propulsé par Hydro-Québec. Dans les dernières années, c’est donc plus de 2 millions de dollars que St-Hubert a investis pour l’environnement. Avec cette nouvelle annonce, l’entreprise continue de jouer un rôle de précurseur dans son industrie.

L’achat de crédits carbone au Québec

St-Hubert s’est tournée vers la compagnie Les Solutions WILL, une entreprise canadienne certifiée B Corp. dont le siège social est à Beloeil au Québec, pour concrétiser son engagement vers la carboneutralité de son service de livraison. Depuis plus de 12 ans, l’entreprise accompagne de nombreuses PME québécoises dans la réduction de leurs gaz à effet de serre (GES), notamment grâce à son projet « Communauté Durable ». Ce projet certifié par le programme reconnu VCS-VERRA est un catalyseur d’actions locales qui permet à différents intervenants d’agir pour réduire leurs émissions de GES. Chaque crédit carbone acheté représente la réduction d’une (1) tonne de GES réalisée par des PME, des municipalités et des organismes communautaires du Québec.

Toutes les réductions sont qualifiées, mesurées, vérifiées par un auditeur externe et inscrites au registre du programme des marchés volontaires VCS-VERRA.

L’électrification d’un emblème par Ingenext

C’est à la compagnie Ingenext de Trois-Rivières, qui se spécialise dans l’électrification des transports et dans le développement de technologies automobiles, que la tâche d’électrifier la coccinelle jaune a été confiée. La société trifluvienne qui mise sur la réutilisation de composants de véhicules électriques a mis son expertise à l’œuvre pour offrir un symbole significatif de l’initiative verte de St-Hubert. Elle a changé la motorisation originale de la Beetle 67 par une batterie de Chevrolet Volt et par un moteur Tesla Model 3, un défi technique de taille considérant l’espace restreint de ce modèle rétro. Un écran tactile a aussi été ajouté au tableau de bord afin d’afficher des données et de contrôler plusieurs fonctions du véhicule. Après une évaluation poussée, la nouvelle coccinelle électrifiée a atteint les niveaux de sécurité exigée par la SAAQ et pourra donc se promener de manière sécuritaire sur les routes. Elle sillonnera les routes du Québec dans les prochaines semaines afin de marquer le 70e anniversaire de St-Hubert et la carboneutralité de son service de livraison.

St-Hubert, c’est bon depuis longtemps

En 1951, Hélène et René Léger fondaient la toute première rôtisserie St-Hubert Bar-B-Q sur la rue St-Hubert à Montréal, sans savoir que leur restaurant deviendrait un jour l’une des chaînes favorites des Québécois. Avec persévérance, ils ont fait grandir leur entreprise, notamment en devenant le premier restaurant au Canada à offrir la livraison gratuite au début des années 1950.

La coccinelle jaune est ainsi devenue un emblème fort de St-Hubert. Dans les années 1960, l’entreprise commence la commercialisation en épicerie de sa légendaire sauce BBQ. Cinq décennies plus tard, St-Hubert commercialise 450 produits sous plusieurs marques qui se retrouvent dans nos supermarchés. En 2012, St-Hubert crée la Fondation St-Hubert qui, à ce jour, a remis plus de 7 millions de dollars à 450 organismes. En 2021, St-Hubert invite ses clients à célébrer avec elle 70 ans de bon goût, de réconfort et d’implication dans la communauté avec des concours et des activités surprises.

Citations

« St-Hubert a toujours fait partie de ceux qui innovent et de ceux qui osent des changements positifs pour ses clients, mais aussi pour les communautés dans lesquelles elle s’implante. Cette annonce de la carboneutralité de notre service de livraison nous apporte une grande fierté, spécialement en cette année où nous célébrons notre 70e anniversaire. Depuis sept décennies, nous nous faisons un devoir de constamment innover, tout en restant authentique et fidèle à nos valeurs et à notre loyale clientèle. Ce sera une réelle joie de voir notre coccinelle électrique sillonner les routes en portant à la fois le message de nos ambitions et celui de nos souvenirs. »
– Richard Scofield, président, Groupe St-Hubert

« Ingenext est très fier d’avoir collaboré avec St-Hubert afin d’électrifier et de restaurer leur Volkswagen Beetle. C’est gratifiant d’avoir eu leur confiance pour réaliser ce projet, sachant que nous sommes la seule entreprise au Québec à miser sur la réutilisation de moteurs et de batteries provenant de divers manufacturiers automobiles. Forts de notre expertise en électrification, nous avons su intégrer des composants modernes à la coccinelle St-Hubert, ce qui fait maintenant d’elle une voiture unique et 100% électrique. » Nous avons très hâte de la voir sillonner les routes pour célébrer le 70e anniversaire de St-Hubert ! »
– Guillaume André, directeur général d’Ingenext

À propos de Groupe St-Hubert

Groupe St-Hubert compte plus de 6 000 employés répartis au sein de deux divisions. Fondée en 1951 à Montréal, Les Rôtisseries St-Hubert Ltée comprend plus de 120 rôtisseries au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, et sert plus de 28 millions de repas annuellement. Groupe St-Hubert, c’est également une division Détail qui fabrique et distribue plusieurs produits alimentaires, entre autres sous la marque St-Hubert, mais aussi sous d’autres marques: sauces, soupes, côtes levées, tourtières et pâtés. L’entreprise détient une longue tradition d’innovation et s’applique constamment à satisfaire les besoins de ses clients.
@St-Hubert sthubert Groupe St-Hubert @sthubert

À propos d’Ingenext

Ingenext est une entreprise basée à Trois-Rivières composée d’ingénieurs et de techniciens se spécialisant dans l’électrification des transports. Misant sur l’économie circulaire, Ingenext réutilise des moteurs et des batteries provenant de différentes marques de véhicules électriques afin de développer des trousses de conversion électrique. L’entreprise vend également des contrôleurs de moteur et de batterie en plus de posséder le plus grand centre de démantèlement exclusivement dédié aux véhicules électriques en Amérique du Nord.

CISION

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Tesla invite tous les propriétaires de véhicules électriques à communiquer avec le Ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, et le Ministre de l’Économie et de l’Innovation, Eric Girard, pour leur faire part de votre soutien à une meilleure approche pour la récupération et le recyclage des batteries de VÉ.

Compte tenu du nombre croissant de véhicules électriques (VÉ) qui circulent chaque année sur les routes du Québec, il devient de plus en plus important que les grandes batteries au lithium-ion soient récupérées et recyclées lorsqu’elles atteignent la fin de leur vie utile. En s’assurant qu’un système efficace est en place pour gérer les batteries des VÉ, les fabricants de batteries de VÉ pourront plus facilement se procurer des matériaux recyclés pour fabriquer de nouvelles batteries, entre autres. La première étape pour y parvenir est que le gouvernement exige des producteurs de batteries qu’ils gèrent la collecte et le recyclage de leurs produits lorsqu’ils ne sont plus désirés ou nécessaires.

Ce principe est connu sous le nom de « responsabilité élargie du producteur » ou « REP »

Chez Tesla, nous savons combien le recyclage des batteries est important pour l’avenir de l’électrification. Les batteries des VÉ, et d’autres grandes batteries industrielles, contiennent des métaux très recherchés comme le nickel et le lithium. Un marché concurrentiel se développe déjà pour réutiliser et recycler ces précieuses batteries lorsqu’elles sont retirées des véhicules électriques. Cependant, Tesla est consciente que les décideurs politiques doivent avoir l’assurance qu’aucune batterie en fin de vie ne finira dans un site d’enfouissement ou ne sera pas recyclée. Tesla pense qu’il existe une approche viable pour la REP qui maximisera la durée de vie utile des batteries et minimisera les impacts environnementaux.

Les batteries des VÉ sont très différentes des batteries domestiques typiques et elles nécessitent une solution de gestion différente. Le gouvernement du Québec propose de réglementer le recyclage des batteries à l’aide d’outils généralement appliqués aux ampoules électriques et aux appareils électroniques domestiques. Cette approche n’est pas adaptée aux batteries de VÉ et aura un impact négatif sur les propriétaires de VÉ et sur l’environnement.

L’approche envisagée par le Québec, si elle est mise en œuvre, pourrait signifier que:

Selon les propres estimations du gouvernement, les prix des VÉ augmenteront de 3 %. Cela signifie qu’un VÉ comme la Model 3 Autonomie Standard Plus coûterait environ 1 550 $ de plus au Québec après l’entrée en vigueur du règlement. Ce coût plus élevé freinera l’adoption des VÉ.

Le gouvernement veut déterminer quand votre batterie a atteint sa fin de vie en se basant sur une « moyenne de l’industrie », sans tenir compte du fait que votre batterie et votre VÉ répondent encore ou non à vos besoins. L’utilisation d’une formule basée sur le temps qui ne tient pas compte de la chimie des batteries, des systèmes de gestion thermique, des scénarios d’utilisation des véhicules ou des innovations en matière de durée de vie des batteries.

Pour respecter un taux de récupération arbitraire qui ne tient pas compte de ce qui précède, les constructeurs automobiles devront apparemment retirer et récupérer prématurément les batteries du marché, ce qui aurait un impact négatif sur les consommateurs et l’environnement.

L’industrie serait dissuadée de vendre des VÉ à grande autonomie et à longue durée de vie au Québec. L’industrie pourrait plutôt être encouragée à vendre des VÉ contenant des batteries ayant une durée de vie plus courte et une autonomie inférieure, car cela pourrait réduire les coûts de conformité.

La position de Tesla est que les batteries devraient être récupérées par les producteurs lorsqu’elles ne sont plus utiles pour les consommateurs et qu’elles ne sont plus désirées sur le marché. Cette approche aura les meilleurs résultats environnementaux, des avantages pour les conducteurs de VÉ, et encouragera l’innovation des leaders de l’industrie.

Le coût, la fiabilité et la durée de vie des batteries lithium-ion sont si importants pour la transition vers l’énergie durable que Tesla a même un laboratoire au Canada qui se consacre à la réduction des coûts et à l’allongement de la durée de vie de nos batteries.

Partagez votre opinion sur le recyclage des batteries avec le gouvernement du Québec. Signalez-lui votre désaccord avec le projet actuel de prescrire aux producteurs une seule voie de gestion des batteries VÉ – ce qui entraînerait des coûts plus élevés pour les consommateurs et des résultats environnementaux néfastes – et que vous êtes en faveur d’une approche qui obligerait les producteurs à reprendre sur demande les batteries de VÉ en fin de vie.

**Qu’est-ce que la responsabilité élargie des producteurs?

Selon l’OCDE, la responsabilité élargie des producteurs (REP) est une « approche de politique environnementale dans laquelle la responsabilité d’un producteur pour un produit est étendue à l’étape post-consommation du cycle de vie du produit ». Tesla appuie le principe fondamental de la REP et la proposition de Tesla correspond à cette définition. Plutôt que de rendre les producteurs responsables des batteries non désirées, l’approche envisagée par le Québec vise à gérer ce que les consommateurs peuvent faire avec leurs batteries usagées privées.

Les futurs acheteurs de VÉ (toute marque et modèle confondus) bénéficieront de cette initiative de Tesla.

Pour manifester votre intérêt pour la cause, et pour communiquer avec les ministres, rendez-vous sur le site:

Tesla

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

APERÇU :

  • Port de recharge rapide CHAdeMO standard pour toutes les versions
  • Technologies de pointe, y compris l’assistance ProPILOT et l’écran de visualisation du périmètre intelligent Around View®, de série sur les modèles SV et SV PLUS
  • Offert en deux versions : LEAF et la LEAF PLUS à autonomie étendue

Mississauga (Ontario) – Depuis plus d’une décennie, Nissan est un pionnier sur le marché de masse pour les véhicules électriques avec plus de 500 000 véhicules LEAF vendus à l’échelle mondiale1 et plus de 8 milliards de kilomètres parcourus par des véhicules électriques dans le monde entier. Aujourd’hui, l’entreprise démontre davantage son engagement à l’égard des voitures électriques sur le marché de masse en réduisant le PDSF3 de la LEAF 2022 entièrement électrique pour la rendre plus accessible et offrir encore plus de valeur ajoutée aux clients qu’auparavant.

La Nissan LEAF 2022 sera mise vente avec un PDSF de départ de 37 498 $ pour la LEAF SV. Les acheteurs qualifiés peuvent également être admissibles à des incitatifs provinciaux et fédéraux potentiels pour les véhicules électriques4.
« Nissan a été le premier constructeur automobile à offrir un véhicule électrique sur le marché de masse à l’échelle mondiale et nous poursuivons la tradition de rendre les véhicules électriques accessibles à tous », a déclaré Ken Hearn, directeur du marketing chez Nissan Canada. « Avec la technologie offerte par la LEAF, combinée à de nouveaux prix, il s’agit simplement d’une valeur incroyable ».

  • La LEAF est équipée d’une batterie au lithium-ion de 40 kWh et d’un moteur électrique de 110-kW qui génère 147 chevaux, 236 lb-pi de couple et une autonomie allant jusqu’à 240 km4. Elle est offerte en modèle SV.
  • La Nissan LEAF PLUS est dotée d’une batterie au lithium-ion 62-kWh de plus grande capacité, ce qui augmente l’autonomie jusqu’à 363 km5 (LEAF S PLUS seulement). La LEAF PLUS est également dotée d’un moteur plus puissant de 160 kW, qui produit 214 chevaux et 250 lb-pi de couple. La LEAF PLUS est offerte en trois modèles : S PLUS, SV PLUS et SL PLUS.

Les prix de détail suggérés par le fabricant pour les Nissan LEAF et LEAF PLUS 2022 sont les suivants :

Chaque Nissan LEAF 2022 est offerte avec une garantie limitée sur la pile au lithium-ion6 couvrant les défauts de matériaux ou de fabrication pendant huit ans ou 160 000 km, selon la première éventualité, pour le bloc-piles. Nissan offre également une garantie limitée pour la perte de capacité de la pile sous neuf barres de capacité, comme indiqué sur la jauge de capacité de la pile du véhicule pendant les huit premières années ou 160 000 km pour tous les modèles.
Pour en savoir plus sur la Nissan LEAF 2022, ainsi que sur la gamme complète de véhicules Nissan, veuillez visiter Canada.NissanNews.com/fr-CA.

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

« Maintenant, vous pouvez rouler dans toute la province », déclare Jon Seary, défenseur des véhicules électriques.
Jennifer Williams, présidente et chef de la direction de Newfoundland and Labrador Hydro, affirme que l’achèvement du réseau de bornes de recharge amènera davantage de personnes au volant de voitures électriques. (Lukas Wall/CBC)

Le premier réseau de recharge rapide pour véhicules électriques est maintenant opérationnel à Terre-Neuve, ce qui, espère le principal fournisseur d’énergie de la province, facilitera les déplacements routiers pour les propriétaires de voitures électriques et encouragera davantage de conducteurs à passer à l’électricité.

Avec la mise en ligne de la dernière des 14 bornes de recharge à Corner Brook plus tôt ce mois-ci, les conducteurs ont désormais une place pour recharger environ tous les 70 kilomètres le long de la route transcanadienne de Port aux Basques à St. John’s, ainsi qu’une au parc national de Gros Morne.

Jennifer Williams, présidente et chef de la direction de Newfoundland and Labrador Hydro, affirme que de nombreux propriétaires potentiels de véhicules électriques ont hésité à renoncer à l’essence en l’absence de bornes de recharge rapides disponibles à travers la province.

« La majorité des personnes intéressées par les véhicules électriques ont déclaré que l’un des principaux obstacles pour elles était en effet de ne pas avoir accès à un réseau de recharge rapide « , a-t-elle déclaré.

« Nous pensons vraiment que ce réseau va aider les gens à devenir propriétaires de VÉ. »

Le réseau de recharge a été présenté pour la première fois en octobre 2019 , l’objectif était d’avoir les 14 chargeurs opérationnels d’ici la fin de 2020. Lorsque les travaux ont commencé, Terre-Neuve-et-Labrador était la seule province au Canada sans aucune borne de recharge de niveau 3 accessible au public.

Après quelques retards liés à la pandémie de la COVID-19, les stations sont maintenant opérationnelles et peuvent recharger la plupart des véhicules électriques à 80 % en moins d’une heure à un coût calculé au prorata de 15 $ l’heure
« La pandémie a eu un effet négatif, mais nous y sommes maintenant et nous sommes vraiment heureux et ce n’est qu’un début », a déclaré Williams.

La recharge publique n’est plus un problème

C’est encourageant pour Jon Seary, propriétaire d’une voiture électrique et co-fondateur du groupe de défense Drive Electric NL.

« Maintenant, vous pouvez traverser la province en voiture électrique. Vous pouvez choisir de vous arrêter à l’un de ces sites pour faire le plein », a déclaré Seary.

Nous sommes maintenant en mesure de répondre à une adoption accrue des véhicules électriques.
– Jon Seary

Joe Butler, qui est également co-fondateur du groupe, affirme que les bornes de recharge rapides ont déjà facilité les déplacements car ils sont maintenant opérationnelles à travers l’île.

« Dans le passé, c’était un obstacle majeur, pour aller n’importe où, mais maintenant, la situation a radicalement changé », a déclaré Butler.

« Je viens de rentrer de Gros Morne et j’ai fait deux arrêts pour revenir à la maison, cette accessibilité fait toute la différence si vous voyagez au-delà de votre environnement habituel. »

Jon Seary et Joe Butler se tiennent devant une borne de recharge de niveau deux sur Kenmount Road à St. John’s. « Nous sommes maintenant sur le point d’assister à une énorme augmentation de véhicules électriques », a déclaré Seary. (Gavin Simms/CBC)

Seary a déclaré que selon les données concernant l’immatriculation provinciale des véhicules à moteur, il y avait 195 voitures électriques sur la route à la fin de 2020, mais il estime qu’il y a maintenant plus de 300 véhicules en service dans la province avec un nouveau potentiel de croissance.

« Nous sommes maintenant sur le point de voir de nombreux nouveaux véhicules électriques », a-t-il déclaré.

« Le coût des voitures a baissé. De plus en plus de concessionnaires les vendent et la disponibilité de recharge publique est de moins en moins problématique alors que nous installons de plus en plus de stations de recharge. »

L’avenir est électrique, mais l’infrastructure de la province est à la traîne, selon un organisme à but non lucratif. Seary a déclaré qu’il restait encore beaucoup de travail pour améliorer l’infrastructure de recharge de la province afin de rattraper les autres régions du pays.

« Nous devons profiter du financement fédéral pour bonifier notre infrastructure de recharge et elle doit se faire maintenant. Nous avons le surplus hydroélectrique de Muskrat Falls à utiliser et nous avons un climat qui se détériore de plus en plus rapidement c’est le moment de commencer maintenant. «

Quatorze bornes de recharge rapide, comme celle de Galway à St. John’s, sont maintenant opérationnelles le long de la Transcanadienne à travers Terre-Neuve. Le plan a été légèrement retardé par la pandémie de COVID-19. (Lukas Wall/CBC)

Williams a déclaré qu’en collaboration avec Newfoundland Power, NL Hydro travaille actuellement sur 19 nouvelles bornes de recharge rapides qui seront placés ailleurs dans la province.

« Les habitants du Labrador, ainsi que d’autres régions de la province ont clairement dit qu’ils souhaitent avoir des bornes de recharge dans leur coin du pays », a-t-elle déclaré.

« En les plaçant au Labrador, nous pensons que nous aiderons les gens à surmonter cette inquiétude et cette peur. Il y a des propriétaires de véhicules électriques au Labrador, nous pensons donc que cela peut également fonctionner là-bas. »
Avec plus de bornes de recharge et de véhicules électriques, la dépendance à l’égard des combustibles fossiles diminue, et Williams a déclaré que déjà 21 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre avaient déjà été compensées grâce aux bornes de recharge qui ont été mises en ligne au cours des derniers mois.

« C’est en fait comme si vous aviez alimenté toute une maison toute l’année, mais il faut surtout retenir que ces bornes sont des catalyseurs. Les installer permet aux gens d’acheter des véhicules électriques », a-t-elle déclaré.

« Vous effectuez 90 % de votre recharge à la maison, donc si pendant la courte période de leur service, environ 20 tonnes ont été compensées alors que les véhicules se rechargent principalement à la maison, imaginez quel est le réel pourcentage de compensation. Nous pensons que c’est bien au-delà de 200 tonnes. »
Luc De Lucas

CBC

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Alors qu’elle entreprend un rappel massif de voitures électriques Chevrolet Bolt EV en raison de défauts dans les cellules de batterie, General Motors parle des avantages d’avoir plusieurs fournisseurs de batteries pour ses futurs véhicules électriques.

Dans une interview avec Bloomberg publiée jeudi dernier, la PDG de GM, Mary Barra, a confirmé que le constructeur automobile continuerait d’utiliser LG comme fournisseur de batteries, mais a déclaré que la société disposait de plusieurs options pour répondre adéquatement à la production croissante de véhicules électriques.

Son fournisseur LG ne fournit pas seulement les cellules de la Bolt EV ; elle est également partenaire avec GM dans une coentreprise appelée Ultium Cells LLC, qui prévoit construire quatre usines de batteries pour équiper les véhicules électriques de GM au cours de la décennie.

Le fournisseur de batteries demeure un partenaire important, a déclaré Barra, tout en précisant que les systèmes de batteries modulaires Ultium de GM permettent un degré élevé de flexibilité, y compris différents composants chimiques. Elle a notamment souligné un partenariat avec Solid Energy Solutions, une startup qui développe une batterie lithium-métal.

Les batteries Ultium seront utilisées dans un certain nombre de futurs véhicules électriques GM, à commencer par la camionnette GMC Hummer EV et le VUS Cadillac Lyriq.

2022 GMC Hummer EV

Pour l’instant, cependant, le constructeur automobile se concentre sur un rappel des modèles Bolt EV, équipés de batteries LG différentes.

Suite à quelques incendies, GM procède actuellement au rappel de chaque Bolt EV et Bolt EUV. Le rappel concerne plus de 100 000 voitures, comprenant des cellules produites en Corée du Sud et au Michigan, et devrait coûter près de 2 milliards de dollars USD. GM a signalé deux défauts de fabrication spécifiques dans les cellules de batterie Bolt EV qui seraient responsables de ce problème.

Pour la batterie Ultium, la stratégie de GM s’est concentrée sur des cellules de poche de grand format qu’elle peut adapter à toute sa gamme avec seulement deux variations chimiques et à une réduction spectaculaire de la complexité. Ultium offre quelques premières dans l’industrie, comme la première gestion de batterie sans fil . On croit également qu’une autonomie de 965 km est possible, avec une capacité potentielle de 1,6 million de km.

Ford tente actuellement de conclure un accord similaire pour la fourniture de batteries, avec le fabricant de batteries sud-coréen SK Innovation compétiteur direct de LG Chem.

Green Car Reports

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

#element-a9046133-1a42-4d32-9a6e-1aa367e8f047 .colored-box-content { clear: both; float: left; width: 100%; -moz-box-sizing: border-box; -webkit-box-sizing: border-box; -ms-box-sizing: border-box; box-sizing: border-box; background-color: #d5d5d5; padding-top: 20px; padding-bottom: 20px; padding-left: 20px; padding-right: 20px; -webkit-border-top-left-radius: 0px; -moz-border-top-left-radius: 0px; border-top-left-radius: 0px; -webkit-border-top-right-radius: 0px; -moz-border-top-right-radius: 0px; border-top-right-radius: 0px; -webkit-border-bottom-left-radius: 0px; -moz-border-bottom-left-radius: 0px; border-bottom-left-radius: 0px; -webkit-border-bottom-right-radius: 0px; -moz-border-bottom-right-radius: 0px; border-bottom-right-radius: 0px;}

Vous pouvez maintenant réserver votre place pour l’enregistrement devant publique de la 100ème de Silence on Roule. Jean Gariepy de Bectrol, en collaboration avec Flo se rend à la Baie-James en installant des bornes en chemin, la Giga Factory de Tesla en Allemagne accuse des retards, la Volvo C40 Recharge sera disponible aux États-Unis d’ici la fin de l’année, Volkswagen Canada offre 3 ans de recharges gratuites sur le réseau Electrify Canada, Montréal dévoile sa stratégie d’électrification des transports, GM étend le rappel à toutes les Bolt EV et EUV. Chronique Y a pas juste des voitures , on parle du scooter électrique Kumpan 1954 impulse. Les réflexions branchées de Claude Gauthier : relativiser le rappel de GM et les risques d’incendies. Comprendre son auto en 60 secondes top-chrono : la sollicitation des freins avec un VÉ. En grande entrevue nous discutons avec nos invités de la micromobilité électrique. Les événements à venir dans les prochaines semaines.
Photo

Photo

Si vous ne l’avez pas déjà dans votre appareil, c’est que vous n’êtes pas abonnés !

>> S’abonner et recevoir les épisodes
​     automatiquement

    (C’est la meilleure méthode !)

>> Écouter l’épisode sur le site de Silence on Roule

​>> Page archive des baladodiffusions

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Des reportages intéressants et des informations pertinentes de la semaine pour nos électromobilistes.
Le patron de Lion exerce des options
Le président fondateur du constructeur de camions et d’autobus électriques Lion a réalisé un gain brut de 13 millions de dollars cette semaine en vendant des actions de l’entreprise de Saint-Jérôme.
Richard Dufour

La Presse

Nuvation Energy devient revendeur des systèmes de stockage d’énergie d’EVLO
Les sociétés Stockage d’énergie EVLO, filiale d’Hydro-Québec spécialisée en systèmes de stockage d’énergie, et Nuvation Energy ont conclu une entente pour la revente des systèmes de stockage d’énergie d’EVLO. Cette dernière se spécialise dans les systèmes de stockage d’énergie de très grande capacité basés sur la chimie de batterie au phosphate de fer lithié (LFP) brevetée par Hydro-Québec, alors que Nuvation Energy offre des régulateurs de batterie et des services d’ingénierie en stockage d’énergie aux fabricants de batteries ainsi qu’aux concepteurs de systèmes de stockage d’énergie.

CISION

Lancement de la troisième édition d’IMPULSION MTL : Propulsion Québec annonce un retour au format présentiel pour le Forum international sur la gestion des parcs de véhicules
Propulsion Québec, la grappe des transports électriques et intelligents du Québec, est heureuse d’annoncer la tenue de la 3e édition du Forum international sur la gestion des parcs de véhicules IMPULSION MTL. L’événement aura lieu en présentiel et en virtuel du 21 au 23 septembre 2021 au Centre Mont-Royal de Montréal. Les participants auront la chance d’en apprendre davantage sur différentes thématiques portant sur l’actualisation, la gestion et l’électrification des parcs de véhicules.

CISION

Un VTT 100% électrique verra le jour en 2022
La production des premiers véhicules tout-terrain (VTT) 100% électriques du fabricant Theron devrait débuter en 2022.
Raphael Brouillette

Journal de Montréal

Les défis de la recharge des véhicules électriques dans Ahuntsic-Cartierville
Alors que le Québec se prépare à passer aux véhicules électriques exclusivement en 2035, de plus en plus de bornes publiques de recharge électrique sont installées à Montréal. Cependant, des citoyens ont des questionnements quant à l’utilisation des bornes.
Éloi Fournier

Journal des Voisins

Virage électrique: les gros buveurs en désintox
«C’est comme le grand pardon des manufacturiers automobiles. […] Là, ils sont en train de faire leur chemin de croix et de présenter leurs excuses en montrant une image plus verte et en offrant des options plus écologiques aux consommateurs», pense le président de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ), Simon-Pierre Rioux.
Clara Loiseau

Journal de Québec

Polluer coûtera plus cher
Le prix des émissions de CO2 est passé de 22,66 $ à 29,41 $ la tonne au Québec lors des dernières enchères trimestrielles du Marché du carbone Québec-Californie. Cette hausse marquée du prix des émissions de CO2 se traduira en pratique par une hausse d’environ 1,55 cent le litre du prix de l’essence à court terme.
Vincent Brousseau-Pouliot

La Presse

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

L’Association véhicules électriques du Québec (AVEQ) est fière d’être partenaire de l’événement électrisant Les Rendez-vous Zéro qui aura lieu les 4 et 5 septembre 2021 à Trois-Rivières.

  • ️ Essais routiers de véhicules électriques 
  • ️ Kiosques d’information
  • ️ Invités d’honneur : Bernard Godin et Alain Dumas (alias Jean-Guy Hood)
  • ️ Innovations électriques : Voiture téléguidée, voiture à l’hydrogène, trottinettes et vélos électriques
  • ️ Et plus encore !

 
Sur le circuit du Grand Prix de Trois-Rivières, c’est un rendez-vous !
 
Inscrivez-vous dès maintenant : http://lesrendezvouszero.com/essais-routiers/ 

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

À la date de publication de cette chronique, nous sommes déjà au jour 10 de la présente campagne électorale canadienne qui aboutira par une élection le 20 septembre prochain.

Cette chronique a pour but de présenter et résumer les positions des principaux partis politiques engagés dans la campagne, spécifiquement sur le sujet qui touche une majorité des lecteurs de Roulez électrique : les véhicules électriques (ou dans le jargon politique et légal, les véhicules à zéro émission (VZE).

À partir de sources disponibles publiquement, voici ce que j’ai pu obtenir :

Je constate après avoir colligé les informations du précédent tableau que les mesures ou promesses électorales en matière d’électrification des transports occupent une mince part du gâteau des mesures et promesses. Cela est d’autant plus préoccupant que, selon un article publié hier par Radio-Canada portant sur les enjeux des électeurs ayant participé à Boussole électorale, l’environnement remporte la première place, loin devant l’économie. Cela dit, il reste encore plus d’une vingtaine de jours avant les élections. Certains partis semblent dévoiler des promesses et construire leur plateforme électorale pendant la campagne, peut-être certains partis bonifieront leurs mesures et promesses.

Sources : Comparateur programmes et plateformes électorales (Radio-Canada), documents public de plateforme électoral des partis politiques (lorsque disponible)

Documents de plateformes électorales :

Libéral : (non disponible publiquement) Quelques engagements sont publiés sur cette page : https://liberal.ca/fr/notre-plan/

Conservateur : https://cpcassets.conservative.ca/wp-content/uploads/2021/08/23123139/866a7a8a28e63a2-1.pdf

NPD : http://xfer.ndp.ca/2021/Commitments/Oser%20mieux%20-%20Engagements%20NPD%202021.pdf

Bloc Québécois : https://www.blocquebecois.org/wp-content/uploads/2021/08/blocqc-Plateforme-2021-planche.pdf

Vert : uniquement la plateforme de la campagne de 2019 est disponible publiquement.

Texte de Richard Lemelin

Roulez Électrique

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!

Ottawa veut connaître l’opinion des électromobilistes canadiens sur la tarification des bornes de recharge publiques. Avec la popularité grandissante des véhicules électriques, l’option de payer au kilowattheure est-elle plus logique que celle de débourser à la minute ?

Le gouvernement fédéral propose de faire passer la tarification à la minute des bornes de recharge publiques pour véhicules électriques à une tarification en unité d’énergie, comme c’est le cas pour les véhicules à essence (en litres) et l’électricité à domicile (en kWh), pour répondre à l’évolution de la technologie.

Depuis l’arrivée des premiers véhicules électriques ou hybrides rechargeables sur le marché, les types de chargeurs intégrés dans les véhicules électriques sont plus nombreux et le temps de recharge a passablement diminué pour la plupart des modèles. On se retrouve donc avec des véhicules qui nécessitent moins de temps que d’autres – plus anciens – pour recharger la batterie.

Et comme l’aventure électrique automobile n’en est qu’à ses débuts, Ottawa doit s’assurer que le passage à une tarification au kWh soit équitable pour tous ; les utilisateurs, les opérateurs de bornes et les fabricants des appareils de recharge devront se soumettre à des instruments de mesure standardisés, advenant un règlement en faveur d’une tarification au kWh.

Quels seront les coûts pour les utilisateurs ?

Le président de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), Simon-Pierre Rioux, prend une pause avant de répondre. « Dans certains États américains, qui ont fait le changement d’une tarification à la minute à une au kilowattheure, ça coûte vraiment plus cher. » Il utilise l’exemple d’une Nissan Leaf pour illustrer la différence de coût. Au Québec, son propriétaire doit débourser 7 $ pour la recharger à une borne de recharge publique. Dans les États américains concernés, la même opération lui coûtera plutôt 15 $ US (un peu plus de 19 $ canadiens selon le taux d’échange en vigueur au mois d’août 2021). C’est presque trois fois le prix !

M. Rioux précise toutefois que la comparaison avec un État américain n’est probablement pas la meilleure. Il se demande même comment ces tarifs beaucoup plus élevés ont été établis.

Il émet l’hypothèse que les opérateurs de bornes de recharge se sont rendu compte que leur plan d’affaires avec la recharge tarifée à la minute n’était pas à point pour faire face aux frais imprévus liés notamment au vandalisme et aux réparations coûteuses des bornes de recharge.

« Je suis content qu’il [le gouvernement fédéral] fasse les consultations et du fait qu’il va évaluer la situation et discuter avec les opérateurs. Et je demande qu’il consulte les entreprises de recharge pour savoir quel sera l’impact sur le prix de la recharge. Parce que les consommateurs s’attendent à ce que la recharge soit offerte à un prix inférieur », ajoute-t-il.
Des changements à prévoir ?
 
Simon-Pierre Rioux estime que de nouvelles normes standardisées pourraient ajouter des frais pour les propriétaires de bornes publiques, qui les refileraient aux consommateurs. « Le gouvernement va certainement vouloir vérifier ces bornes, simplement pour s’assurer de leur bon fonctionnement, un peu comme le font déjà les entreprises de service de pompes à essence une à deux fois par année », dit-il.

Il ne croit toutefois pas que toutes les bornes installées au Canada sont appelées à changer. Selon lui, les bornes régulières de 240 V pourraient conserver le modèle « à la minute », contrairement aux bornes rapides et ultrarapides.

Les utilisateurs n’auront pas besoin de changer leurs habitudes de recharge, sauf exception. Par exemple, le propriétaire d’une voiture dotée d’une capacité de recharge maximale de 50 kW qui se stationne à une borne ultrarapide de 350 kW pourrait devoir payer des frais supplémentaires à la tarification courante. C’est qu’une voiture limitée à 50 kW ne se chargera pas plus rapidement sur une borne de 350 kW, mais sa présence pourrait pénaliser les propriétaires de véhicules capables d’accepter plus de kW.

Par contre, en hiver, une tarification au kWh serait plus équitable puisque les batteries mettent plus de temps à se recharger en raison du froid.

Des effets pervers ?

L’électromobiliste qui laisse sa voiture garée pendant des heures devant une borne en se disant que, de toute manière, il paye uniquement pour le nombre de kWh requis pour recharger sa batterie : voilà l’un des effets pervers possibles d’un changement vers la tarification au kWh. Une fois de plus, le président de l’AVEQ rappelle qu’aux États-Unis, dans certaines stations de recharge, l’automobiliste qui abuse en ce sens voit des frais ajoutés à sa facture aussitôt que la recharge est complétée. Le même type de mesure pourrait être appliqué ici.

Où donner son avis ?

Les consommateurs qui veulent se prononcer sur la proposition fédérale doivent remplir le sondage de Mesures Canada avant le 18 octobre 2021. Leurs commentaires aideront l’organisme gouvernemental à élaborer les nouvelles exigences relatives aux bornes de recharge pour véhicules électriques.

Protégez-vous

Contribution: André H. Martel

Rabais sur assurance pour voiture électrique!